En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

L'université forme des antipirates... "hacker éthique"

L'université de Valenciennes forme des étudiants uniques en leur genre en Europe : des "hacker éthique"

orientation universites L'université forme des antipirates... "hacker éthique" L'université de Valenciennes forme des étudiants uniques en leur genre en Europe : des "hacker éthique" formation anti pirate, formation hacker, comment devenir hacker, comment devenir anti pirate internet

Maubeuge (Nord), le 19 avril. Alexandre, Fabien, Juan, Sarah et Younès, tous déjà diplômés d’informatique, font partie des 26 étudiants de la 4e promotion de cette formation.

Consultez aussi :

Le bâtiment, à l’entrée d’une banale zone artisanale en périphérie de Maubeuge, ne paie pas de mine. Cette antenne de l’université de Valenciennes accueille pourtant des étudiants uniques en leur genre en Europe. Ici, en toute discrétion, depuis 2008, on forme des hackeurs, des pirates informatiques.

Les 26 étudiants de la quatrième promotion de licence professionnelle CDAISI (collaborateur pour la défense et l’anti-intrucion des systèmes informatiques) seront diplômés dans quelques jours. « Nous leur apprenons les techniques qu’utilisent les pirates parce qu’il est indispensable d’avoir les moyens de défense basés sur les méthodes utilisées par les attaquants, explique Franck Ebel, responsable de la formation. C’est ce qu’on appelle du hacking éthique, de la protection informatique dans une forme offensive. »

Inutile de dire que les autorités universitaires ont toussé lorsque, en 2005, quelques « illuminés » leur ont proposé de former des pirates informatiques. « Il a fallu être convaincant, et surtout changer l’intitulé initial qui contenait le mot hacking, rigole Jérôme Hennecart, responsable du module défense de l’université. On nous considérait, il y a encore quelques mois, comme des malades, mais tout a changé quand certains d’entre nous ont été appelés pour former les gendarmes. »

Sous la surveillance de la DCRI


Les apprentis hackeurs, tous déjà diplômés en informatique, apprennent à détruire avec leurs seuls ordinateurs des « forteresses virtuelles » conçues par leurs professeurs. « Ce sont les travaux pratiques, explique Fabien, 22 ans, venu spécialement de Carcassonne pour suivre ce cursus unique. On peut mettre trois jours à découvrir la seule petite faille quasiment indétectable. » Pour ne pas basculer dans l’illégalité, mais seulement flirter avec, la promotion est placée sous la surveillance de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), qui scrute chaque demande de dossiers et chaque profil de candidat. De surcroît, un avocat spécialisé suit constamment les travaux des élèves. « La formation n’est pas seulement technique, des cours de droit sont aussi nécessaires, poursuit Franck Ebel, et les étudiants se rendent progressivement compte de la puissance de ce qu’ils ont entre les mains. »

Mieux vaut en effet garder un œil sur ces petits génies de la bidouille informatique et de la manipulation d’octets. En quelques minutes, certains sont capables de pirater une carte bancaire sans même la toucher des mains (lire ci-dessous). « Nous sommes d’abord et avant tout des passionnés, confie Sara, la seule femme dans cette promotion de geeks. Notre objectif, c’est de travailler pour des grandes entreprises, Google, Microsoft, ou dans des sociétés d’audit informatique. » Côté job, les vingt-six étudiants de la promotion 2013 n’ont aucun souci à se faire : 100% de leurs prédécesseurs diplômés ont trouvé un emploi.

Aymeric RENOU

Il clone une carte d’étudiant



Younès, 20 ans, étudiant anti-hackeur, accepte de faire la démonstration.
Face à lui, un ordinateur portable, un boîtier en plastique et un lecteur de cartes sans fil « acheté environ 300 € sur Internet ». « Tu me donnes ta carte d’étudiant, Juan ? » demande-t-il à son alter ego avant de poser la carte sur le boîtier. « Il existe une faille dans ce type de carte à basses fréquences qui permet de casser les clés protégeant les données. »

Créditée de 100 € en deux minutes

Deux minutes s’écoulent pendant que d’énigmatiques formules défilent à l’écran, que Younès agrémente parfois avec une ou deux formules connues des initiés. « Voilà, c’est fait! Je peux maintenant fabriquer un clone de cette carte, ou alors la modifier. Il suffit par exemple que j’entre 100 à la place du 0 ici pour créditer 100 € et Juan peut manger à l’œil dans tous les restos universitaires de la région… » Les autorités universitaires régionales, prévenues de cette faille, s’emploient depuis des semaines à régler le problème.

La portée de la démonstration impressionne, mais peut-il le faire aussi avec des cartes bancaires ? « C’est encore plus simple avec celles permettant les paiements sans contact, à la manière d’un passe Navigo, rigole Younès. J’ai un programme sur mon smartphone Android qui me permet de lire le contenu de la carte d’une personne en m’installant à côté d’elle. Je peux copier à distance le numéro, la date d’expiration et le nom du titulaire… et aller faire des achats sur les sites Internet qui ne demandent pas le cryptogramme, la seule donnée que je ne peux pas copier. Vous me prêtez votre carte et je vous fais voir ? »


Article issu du Parisien / Aujourd'hui en France du vendredi 31 mai 2013


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
04.06.2013

Retour au dossier Universités
Universités : L'université forme des antipirates... "hacker éthique"
Imprimer

Universités : consultez aussi...

orientation
Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

APB. Tirage au sort en médecine : plus de 800 étudiants en liste d'attente

APB. Tirage au sort en médecine : plus de 800 étudiants en liste d'attente

857 jeunes remplissant toutes les conditions pour entrer en licence de santé ont pourtant été retoqués, après tirage au sort. Face au tollé, le ministère a promis hier de leur trouver une solution

Soigner son orthographe fait aussi progresser en maths

Soigner son orthographe fait aussi progresser en maths

Une étude montre que l'entraînement à la grammaire et à la syntaxe aide à réduire l'échec universitaire.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Audencia Business School
Audencia Business School : Innovative leaders for a responsible...
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...
Ifa A. Chauvin
l'Institut de Formation par Alternance Adolphe Chauvin, implanté à Osny dans...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.