En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

L'université Paris-Saclay enfin créée : qu'est-ce que cela va changer pour les étudiants ?

"Notre objectif : être la première université d’Europe" Entretien avec Dominique Vernay, président de la Fondation de coopération scientifique (FCS)

Paris-Saclay. 2 universités, 10 grandes écoles et 7 établissements de recherche sont réunis au sein de ce nouveau campus. Dominique Vernay veut en faire un leader dans le monde de l’enseignement supérieur.

Il a un an de retard, mais le décret créant l’université Paris-Saclay, qui réunit deux universités, sept organismes de recherche et dix grandes écoles, est enfin paru. En plus du Premier ministre, pas moins de sept ministres et trois secrétaires d’Etat l’ont paraphé. Dominique Vernay, président de la Fondation de coopération scientifique (FCS), qui a mené à bien cette mission, répond à nos questions.

L’université Paris-Saclay avait été annoncée pour le 1er janvier 2014. Pourquoi ce retard ?


"Cette date avait été avancée en 2011-2012. En 2012, il y a eu une alternance et une modification de l’outil juridique pour créer Paris-Saclay. On a pris six mois dans la vue. Et puis, nous avons peut-être été trop optimistes sur les délais entre le moment où les statuts de l’université ont été convenus, dès janvier 2014, et le moment où l’Etat signerait. Le processus de validation a pris du temps. L’important, c’est que toutes les écoles doctorales et la nouvelle offre de masters est prête pour la rentrée 2015."


Vous avez été nommé à la FCS en avril 2011. Quels sont les blocages que vous avez rencontrés ?


"On partait d’une situation où tous les établissements étaient autonomes et indépendants. Et on leur disait qu’il allait falloir habiter dans une maison commune à dix-neuf ! C’était, et ça reste, gonflé. Car il ne s’agit pas d’établissements de catégories secondaires. Chacun avait sa vision de ce qu’il convenait de faire. Et le mot « université » écorchait les oreilles de certains. L’échec à l’Idex (NDLR : en mars 2011, le projet Paris-Saclay rate le label Initiatives d’excellence (Idex), destiné à recevoir les financements du grand emprunt. Label finalement décroché en février 2012) a été un détonateur. Le jury a noté que nous avions un problème de gouvernance. Nous nous sommes inspirés du modèle de Cambridge, qui fédère 31 collèges, afin de créer une marque commune visible à l’international, tout en maintenant des identités fortes."


Quel est l’intérêt de créer cette nouvelle université ?


"Nous sommes dans un siècle de compétition mondiale qui touche aussi l’enseignement. Il y a un marché global des bons étudiants. Ils sont courtisés, car c’est eux qui font la qualité du diplôme. La France est entrée tardivement dans cette compétition, imbue de ce qu’elle pensait être sa force. Notre paysage était très fragmenté entre universités, grandes écoles et organismes de recherche. Il fallait inventer une université où tout le monde travaille ensemble… sans faire semblant."


Qu’est-ce que cela va changer pour les étudiants ?


"Sur le parchemin et sur la carte d’étudiant, il sera écrit université Paris-Saclay. Sur le long terme, ça va surtout servir à ceux qui vont à l’international. A l’étranger, on vous demande d’où vous sortez ? D’une grande école ? Vous avez neuf chances sur dix de perdre votre interlocuteur. Un DRH ne saura pas vous situer. Notre système ne rentre pas dans les grilles des entreprises. Pendant longtemps, nous nous sommes réfugiés dans ce particularisme français. Ce n’est plus tenable. Quand on est seul à avoir raison, soit on est génial, soit on a tort. L’autre changement, ce sont les masters. Nous avions une liste très riche mais illisible. Nous avons simplifié avec des thématiques transverses qui collent aux grands sujets économiques, sociaux… Et nous avons établi des passerelles entre les établissements, ce qui permet plus de choix pour les étudiants. Nous avons décloisonné les formations."


Paris-Saclay est appelé à devenir un pôle d’excellence mondial. Quels objectifs lui ont été fixés ?


"La question des classements internationaux est importante. En faisant une simulation, l’université Paris-Saclay devrait être, au moment de sa constitution, classée 19 e ou 20 e au classement international de Shanghai… (NDLR : la meilleure université française, Pierre-et-Marie-Curie, est actuellement 35 e, Paris-Sud étant 42 e) à condition que tous les établissements qui la constituent acceptent de ne pas être classés individuellement. A plus long terme, l’objectif est d’être dans les dix premiers mondiaux et la première université d’Europe continentale. Nous avons toutes nos chances pour être leader."


Quand sera désigné le président ?


"Les élections auront lieu début mai. Le conseil d’administration comprendra dix représentants des établissements, deux personnalités qualifiées, deux élus, deux représentants du monde économique et social et dix élus parmi les chercheurs, étudiants, personnels. Gilles Bloch, directeur des sciences du vivant du CEA, est pressenti pour être président. Il a notamment contribué à créer l’Agence nationale de recherche et a travaillé dans des cabinets ministériels…"


Chiffres clés de l'Université Paris-Saclay


60 000 étudiants
10 500 chercheurs et enseignants-chercheurs
25 000 étudiants en master
5 700 doctorants
3 prix Nobel en physique
6 médailles Fields (mathématiques)
8 000 publications par an
23 % d’étudiants et chercheurs étrangers



Le quartier de l’Ecole polytechnique fait partie intégrante de la première université française


Dix-neuf membres


Deux universités : Paris-Sud, et Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Sept organismes de recherche : Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), Institut des hautes études scientifiques (IHES), Institut national de la recherche agronomique (Inra), Institut national de recherche en informatique et automatique (Inria), Office national d’études et de recherches aérospatiales (Onera), Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Dix établissements d’enseignement supérieur et de recherche : Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement Agro Paris Tech (APT), Ecole centrale Paris (ECP), Ecole des hautes études commerciales (HEC), Ecole Polytechnique (X), Ecole normale supérieure de Cachan (ENS Cachan), Ecole nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA ParisTech), Ecole supérieure d’électricité (Supélec), Groupe des écoles nationales d’économie et statistique (Genes), Institut Mines Télécom (IMT), Institut d’optique Graduate School (IOGS)).



Sébastien Morelli
Article issu du Parisien du 2 janvier 2015

Métiers liés : Enseignant-chercheur, Ingénieur, Chercheur,


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
06.01.2015

Retour au dossier Universités
Universités : L'université Paris-Saclay enfin créée : qu'est-ce que cela va changer pour les étudiants ?
Imprimer

Universités : consultez aussi...

orientation
APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

APB. Tirage au sort en médecine : plus de 800 étudiants en liste d'attente

APB. Tirage au sort en médecine : plus de 800 étudiants en liste d'attente

857 jeunes remplissant toutes les conditions pour entrer en licence de santé ont pourtant été retoqués, après tirage au sort. Face au tollé, le ministère a promis hier de leur trouver une solution

Soigner son orthographe fait aussi progresser en maths

Soigner son orthographe fait aussi progresser en maths

Une étude montre que l'entraînement à la grammaire et à la syntaxe aide à réduire l'échec universitaire.

Ma thèse en 180 secondes : avec eux, les sciences c'est facile.

Ma thèse en 180 secondes : avec eux, les sciences c'est facile.

La 4e saison de « Ma thèse en 180 secondes » vient de démarrer. Rencontre avec des lauréats de ce concours qui dépoussière l’image de la recherche.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...
ESMAE - Ecole des professionnels du recrutement et de l’intérim
Devenez acteurs des métiers du recrutement et de l’intérim. Les fonctions...
Atelier Prép'art
Le projet de Prép’Art est de délivrer un enseignement culturel et...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.