En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > écoles

La création d'entreprise soutenue par les écoles de commerce

VÉRITABLES couveuses de créateurs d'entreprise, les écoles de commerce ont déployé au fil des années un ensemble de mesures pour accompagner leurs étudiants dans cette aventure. Formations à l'entrepreneuriat, pépinières, parrainage de patrons confirmés, tout est fait pour aider les porteurs de projet.

Dernière initiative en date, l'Ecole supérieure de commerce et de management (Escem), située à Tours (Indre-et-Loire) et à Poitiers (Vienne), lance son propre fonds d'investissement. C'est le réseau des anciens élèves, fort d'un fichier de 12 000 membres, qui vont gérer Escem Pro Invest et qui viennent de tenir leur première réunion (lire ci-dessous). « Le problème numéro un d'un créateur d'entreprise, c'est de trouver des financements, souligne Geoffroy Regouby, président d'Escem Pro. Là, nous mettons face à face des diplômés de l'Escem qui ont des projets intéressants et des business angels (investisseurs privés) qui savent que notre sélection est rigoureuse. Tout le monde gagne du temps. » Grâce à la loi Tepa, ces investisseurs peuvent désormais déduire 25 % de leur investissement du montant de leur impôt.

Avant l'Escem, l'Essec, qui fait partie du trio de tête des écoles de commerce française (avec HEC et l'ESCP), s'est lancée dès 2006 avec son fonds Essec Ventures I. Doté d'une dotation de 500 000 euros fournie par l'école, il a financé 14 projets, pour des montants allant de 20 000 euros à 100 000 euros.

La France manque de fonds d'amorçage

« Nous investissons dans cinq ou six entreprises chaque année, détaille Julien Morel, le directeur du fonds. Elles font partie de la pépinière de l'école, nous les connaissons donc très bien. Deux d'entre elles emploient déjà 15 personnes chacune. » Contrairement aux pays anglo-saxons, la France manque de fonds d'amorçage, qui permettent le démarrage des entreprises.

« Pour des financements compris entre 50 000 euros et 300 000 euros, il y a dix fois moins d'investisseurs en France qu'en Grande-Bretagne », souligne Guilhem Bertholet, en charge de l'incubateur à HEC.

L'école, qui vient d'être classée première « business school » (école de commerce) par le « Financial Times », n'a pas souhaité créer un fonds pour financer ses créateurs d'entreprise. Mais elle organise, le 16 décembre, un petit déjeuner réunissant 7 « incubés » et des investisseurs potentiels. « Aujourd'hui, neuf mois sont nécessaires en moyenne entre l'appel à un financement et la levée de fonds effective, précise Gulhem Bertholet. Il faut tout faire pour raccourcir ce délai. »

Bénédicte Alaniou

Article paru dans Le Parisien du Lundi 14 Décembre 2009


Réagir sur le Forum Ecoles

Le Parisien
11.06.2010

Retour au dossier écoles
écoles : La création d'entreprise soutenue par les écoles de commerce
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
Concours d'écoles : se préparer efficacement aux épreuves écrites

Concours d'écoles : se préparer efficacement aux épreuves écrites

Les vacances de Février étant maintenant derrière nous, nous entrons officiellement dans la dernière ligne droite avant les concours. Cette période doit permettre à tous les étudiants de peaufiner leurs révisions, tout en gardant du temps pour soi...

Ces grandes écoles qui s'inspirent des stratégies militaires pour enseigner le management

Ces grandes écoles qui s'inspirent des stratégies militaires pour enseigner le management

S’inspirer de la stratégie militaire pour réussir en entreprise. L’idée est devenue aujourd’hui à la mode dans les écoles de commerce. Edhec, Neoma… De plus en plus d’établissements envoient leurs élèves en stage d’immersion dans l’armée.

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2017

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2017

Le classement 2017 des programmes Bachelors des écoles de commerce / management par Le Parisien Etudiant. Fondé sur des critères simples et clairs, il apporte un éclairage supplémentaire pour choisir sa future formation.

Hult : un nouveau mode d’apprentissage basé sur la pratique

Hult : un nouveau mode d’apprentissage basé sur la pratique

L’école américaine, Hult International Business School, propose une méthodologie axée sur la pratique. Reportage dans son campus londonien "A new kind of business school"

Bachelor & Ecoles d'ingénieurs : « La France manque de cadres intermédiaires »

Bachelor & Ecoles d'ingénieurs : « La France manque de cadres intermédiaires »

Dans le cadre de notre dossier spécial Bachelor " la formation qui monte" - Témoignage de Sylvain Orsat, Directeur général de l’EIGSI La Rochelle (école d’ingénieurs)

Bachelor : les écoles d'ingénieurs aussi

Bachelor : les écoles d'ingénieurs aussi

Depuis environ deux ans, le bachelor fait son apparition dans les écoles d’ingénieurs. L’École nationale supérieure des arts et métiers (Ensam) a été la première, en 2014, à créer un bachelor de technologie.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Ecole EGO
« La grande illusion du monde des affaires est de croire que l’on peut...
CFA d'Alembert
Le CFA d'Alembert est l'une des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France qui...
ENGDE - Ecole supérieure de gestion et expertise comptable
Etablissement d'enseignement supérieur privé spécialisé depuis 1965 dans...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.