Accueil > Orientation > écoles

Grandes écoles : Le boom des formations à l'entrepreneuriat

Spécialisations en création d’entreprise: ces dernières années, les grandes écoles renforcent leurs dispositifs pour l’entrepreneuriat.

« Les grandes écoles sont les établissements qui font le plus en matière de formation à l’entrepreneuriat », affirme Francis Bécard, directeur du groupe ESC Troyes et animateur du groupe de travail Entrepreneuriat de la Conférence des grandes écoles. Ce fervent promoteur d’un écosystème favorable à la création d’entreprise vient de réaliser pour la CGE une enquête sur les formations à l’entrepreneuriat.
Son credo : « Ce qu’il faut à la France, ce sont des PME de croissance. Or, pour passer le cap de la TPE, gérer ces structures et l’export, il faut une formation de haut niveau. Je constate avec plaisir que les formations en entrepreneuriat se développent dans les grandes écoles. Certaines sont impliquées depuis 1977 ! »

Une sensibilisation dès la première année

Dans un grand nombre d’écoles, les élèves sont sensibilisés à l’entrepreneuriat en première année et sont souvent appelés à réaliser un projet en groupe. A l’EM Lyon, ils créent une entreprise virtuelle comme le raconte Régis Goujet, professeur entrepreneuriat et PME, responsable de l’incubateur Espoirs. « La stratégie est qu’ils découvrent in situ des choses essentielles pour entreprendre : la débrouillardise, le choix d’une équipe, d’une idée, le montage du projet, être performants ensemble, stimuler sa créativité. »

Dès ces premiers pas dans le monde entrepreneurial, des personnalités se révèlent, qu’il n’est pas rare de retrouver en parcours de spécialisation. « On identifie ceux qui trouvent des idées, un modèle économique, son marché, confirme Régis Goujet. Notre objectif est de laisser le plus de chance au plus grand nombre de se révéler. »

Des options de spécialisation

Dans une seconde étape, les élèves d’EM Lyon passent de « l’autre côté de la barrière » pour un cours d’analyse de projets. Tels des investisseurs, ils évaluent le potentiel de projets réels en incubation. « Cela leur donne une acuité sur la manière de mener ces projets et de trouver des solutions pour les renforcer », explique Régis Goujet. Les options de spécialisation sont fréquentées par des élèves ayant déjà un projet ou l’ambition de se lancer. Elles mêlent cours pratiques par des experts et périodes dédiées au montage du projet.

L’accompagnement d’un incubateur

La sélection est de mise pour intégrer un incubateur et bénéficier de conseils et d’un accompagnement pour lancer sa société. « Nous accompagnons ceux qui sont sûrs de leur destin ou ont un projet qui tient la route », précise Régis Goujet. De beaux projets sont ainsi sortis de l’incubateur Espoirs comme Geolid, site de développement de pages Web pour commerçants. L’émulation et l’entraide entre porteurs de projet, Francis Bécard y croit lui aussi. L’incubateur de l’ESC Troyes est transversal, ouvert à des profils divers, « pour permettre de s’appuyer sur les compétences de l’autre ou de monter ensemble des projets ».

Business angels et pôles labellisés

Lancer une entreprise demande des fonds. Pour pallier la difficulté de franchir ce premier pas, l’incubateur de Troyes a un club de business angels. Des proches de l’école sont prêts à mettre sur la table le fonds d’amorçage qui rassurera les institutionnels quant à la qualité du projet. Les jeunes pousses ont ainsi le soutien de Fabien Pierlot, diplômé de l’ESC Troyes et créateur de Coyote. Le directeur espère que les Assises de l’entrepreneuriat où il siège lanceront un statut de jeune entrepreneur. « Nous avons aussi créé en septembre un référentiel entrepreneuriat pour l’enseignement supérieur et, en trois ans, 20 pôles entrepreneuriat permettant un effort concerté ont été labellisés. »

Une réelle prise de conscience



L’enquête de la Conférence des grandes écoles (CGE), menée auprès des 182 écoles de management et d’ingénieurs membres de la CGE au cours du second semestre 2011, souligne une prise de conscience de la nécessité que les diplômés de haut niveau soient porteurs d’une dimension entrepreneuriale. Quatre-vingt-huit écoles ont répondu, dont 26 de management et 62 d’ingénieurs. Les écoles de management ont été les premières à se positionner entre 1977 et 2006, les écoles d’ingénieurs, entre 1993 et aujourd’hui. Selon la CGE, 97% des structures interrogées se considèrent comme entrepreneuriales, au sens où elles proposent des enseignements en entrepreneuriat et 41% des élèves ayant bénéficié d’un accompagnement de projet entrepreneurial disent souhaiter le poursuivre. Leur envie s’est traduite en incubation de projet dans en moyenne 54% des cas, et 47% en création ou reprise d’entreprise.

Dossier réalisé par Ariane Despierres-Féry
en partenariat avec Le Journal des Grandes Ecoles
Article paru dans le supplément éco du Parisien daté du lundi 4 février 2013

Réagir sur le Forum écoles

Contact
11.02.2013

Retour au dossier écoles
écoles : Grandes écoles : Le boom des formations à l'entrepreneuriat : Imprimer
Derniers articles "écoles"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
Vous trouvez ça « Drone » ? - Hackathon autour des drones à l'école 42

Vous trouvez ça « Drone » ? - Hackathon autour des drones à l'école 42

GDF Suez organise un Hackathon autour des drones à l’école 42 les 24/25/26 avril prochains. Tous les projets sont les bienvenus pour inventer, innover et pourquoi-pas trouver une idée magique !

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2015

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2015

Le classement 2015 des programmes Bachelors des écoles de commerce / management par Le Parisien Etudiant. Fondé sur des critères simples et clairs, il apporte un éclairage supplémentaire pour choisir sa future formation.

Bachelor et poursuite d'études : le choix de la raison ?

Bachelor et poursuite d'études : le choix de la raison ?

Aujourd’hui, une grande majorité des diplômés de Bachelor décident de ne pas entrer sur le marché du travail et préfèrent opter pour un master. Quelles sont leurs motivations ? Cette tendance est-elle justifiée – et inéluctable ?

Bachelor : des têtes bien pleines... et bien faites

Bachelor : des têtes bien pleines... et bien faites

Stages, intervenants professionnels, mises en situation progressives : les diplômés d’un bachelor peuvent faire valoir auprès des recruteurs une formation marquée par les expériences et la montée en compétences.

Dossier spécial Bachelors : les “petites-grandes” écoles prennent leurs marques.

Dossier spécial Bachelors : les “petites-grandes” écoles prennent leurs marques.

Reconnues par les entreprises, les formations de niveau bachelor trouvent désormais leur place sur le marché du travail. Voici l’enquête exclusive et le classement du Parisien Étudiant de ces filières très prisées par les jeunes bacheliers.

Bachelor : les programmes s'internationalisent de plus en plus.

Bachelor : les programmes s'internationalisent de plus en plus.

Étudiants, diplômés : le monde est à vous ! Une ouverture qui fait désormais partie des fondamentaux de la pédagogie, que l’on se destine ou non à une carrière à l’étranger.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Cours Minerve
Spécialisé depuis plus de 60 ans dans l'enseignement à distance pour...
IFSA - Institut de Formation en Soins Animaliers
L'Institut de Formation en Soins Animaliers propose des formations...
EICAR - Ecole Internationale de Création Audiovisuelle & de Réalisation
EICAR est un établissement d'enseignement supérieur qui forme à...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf