Accueil > Orientation > Métiers

Le Cloud Computing séduit les ingénieurs

Technologie innovante, le Cloud : stockage dématérialisé, fait appel aux compétences des ingénieurs mais nécessitent de nouvelles formations.

"Aujourd’hui on ne peut plus faire l’impasse sur le Cloud Computing dans nos formations", affirme Gérard Memmi, chef du département informatique et réseaux de Télécom ParisTech.

Le Cloud Computing (littéralement, l’informatique dans les nuages) est un service de stockage de données sur des serveurs installés dans des data centers (centres de données). Son déploiement et sa gestion font appel aux compétences traditionnelles des ingénieurs informaticiens : mise au point d’algorithmes, programmation, architecture de logiciels et réseaux .
Pour autant « les enjeux économiques, les questions de gestion de projet et de sécurité du Cloud Computing sont spécifiques. Nous montons donc des cours pour préparer nos élèves à les appréhender et à être en mesure d’y apporter des réponses », poursuit Gérard Memmi.

Cloud : un domaine émergent dans les écoles spécialisées


Les écoles d’ingénieurs les plus en pointe dans ce domaine sont logiquement celles spécialisées en informatique et réseaux comme l’EPITA, l’ISEP, Télécom Lille1, Télécom ParisTech, Eurecom, Télécom Bretagne, Télécom Sud Paris.
A Télécom ParisTech, les élèves suivent par exemple des cours sur l’architecture du Cloud Computing et des data centers.
L’école lance même à la rentrée prochaine un certificat d’études spécialisé. « Pour ce cours, nous collaborons avec des exploitants et des clients du cloud. »

Les professionnels ont également la part belle à l’EPITA qui a organisé mi-mai une semaine dédiée au sujet. Laurent Letourmy, l’un de ses diplômés et fondateur d’Ysance, une société de conseil pionnière dans le domaine, intervient régulièrement pour faire découvrir les acteurs, les techniques et les atouts pour l’entreprise.
Il a même fait venir l’an dernier le président d’Amazon, leader mondial et entreprise à l'initiative du mouvement il y a cinq ans. « Quelques acteurs français émergent, observe Laurent Letourmy. Pour l’instant ce sont des start-ups. »

Le Cloud Computing est clairement un débouché d’avenir pour les ingénieurs, même si seulement 20% des entreprises françaises font appel à ces services à ce jour.
«L’objectif de nos cours spécifiques est que les futurs chefs de projet développent des réflexes en termes de gestion de budget et d’organisation, en intégrant une certaine souplesse », résume Laurent Letourmy.
Le Cloud Compting induit en effet une évolution des business models des entreprises en permettant de mutualiser les ressources informatiques.


Les data center permettent de stocker toutes les informations sur des serveurs... donc les données sont accessibles de n'importe où ! Les webmails comme Hotmail, Yahoo! Mail sont les premiers petits exemples de stockage de données (mail) accessibles de n'importe ou car non stockés sur votre ordinateur. Cette tendance de dématérialisation se repend à tous les secteurs...


Cloud : Les ingénieurs sont sollicités sur la sécurité, l'architecture des données et l'écologie


Les enseignements sont aussi renforcés pour répondre à un enjeu crucial : la sécurisation des données. Elle fait appel aux compétences en cryptologie, mathématiques et architecture des systèmes et logiciels.
« Il s’agit d’évaluer quelles sont les données les plus sensibles, de les encoder, de déterminer comment les coordonner », explique Gérard Memmi.

La révolution du Big Data change également la donne. Le fait que, grâce au Cloud Computing, on puisse stocker des données dans des volumes quasi infinis, est un autre nouvel aspect du métier d’ingénieur informaticien.
« Pour pouvoir accéder à autant de données, il faut les organiser, souligne Gérard Memmi. Nous enseignons donc les techniques et méthodologies du data scientist. Ce spécialiste de la manipulation, de l’archivage et du stockage des données est de plus en plus demandé. »

Enfin, un autre cours aborde désormais le Cloud : celui en green IT et efficacité énergétique. Composés de centaines de serveurs alimentés à l’électricité, les data centers sont très énergivores. Les futurs ingénieurs apprennent donc comment optimiser leurs consommations.

Les Cinq métiers du secteur du Cloud Computing


Sécurisation de l’accès aux données.
Optimisation des consommations d’énergie des data centers.
Architecture des logiciels et infrastructures.
Data scientist : spécialiste de la gestion de volumes gigantesques de données. Urbanisme de l’information : où et comment sont distribuées et stockées les données en fonction de leur sensibilité.

TEMOIGNAGE

Alexis HAFNER,
22 ans, diplômé d’Eurecom (filiale de l’Institut Mines-Télécom à Sophia Antipolis) en 2011


Qu’est ce qui vous a attiré dans le Cloud Computing ?
J’ai réalisé mon stage ingénieur de dix-huit mois chez IBM en 2011. A l’époque, c’était un domaine très neuf et dont on entendait beaucoup parler. J’ai eu envie de le découvrir.

Votre formation vous a-t-elle préparé à ce domaine émergent ?
Le Cloud utilise des méthodologies et technologies existantes. J’avais donc abordé en cours des techniques que j’ai pu utiliser de manière innovante et parfois surprenante !
La pédagogie par projet est aussi un entraînement pour apprendre à poser un problème, trouver une solution.
J’ai enfin pu m’appuyer sur mes connaissances en mathématiques et en programmation.

Quel était l’objet de votre stage chez IBM ?
Mon premier projet a été de développer des solutions de « Cloud Storage » (stockage d’informations) sécurisées : en encryptant les données demanière à ce que, si une personne vole un serveur dans un data center d’IBM, elle ne puisse pas lire les données stockées dessus.
Pour les chiffrer, nous utilisons des algorithmes existants mais qu’on assemble de manière innovante.
Le second projet consistait à trouver comment effacer des données de manière sécurisée. De façon à ce qu’IBM puisse certifier à un client qui décide de résilier son abonnement Cloud, que les informations qu’il lui avait confiées sont définitivement effacées. J’ai programmé un prototype de cette solution.


Dossier réalisé par Ariane Despierres-Féry
en partenariat avec Le Journal des Grandes Ecoles
Article paru dans le Parisien Economie du mardi 29 mai 2012

Métiers liés : Ingénieur télécoms et réseaux, Ingénieur R&D, Architecte de systèmes d'information,


Réagir sur le Forum Métiers

Contact
04.06.2012

Retour au dossier Métiers
Métiers : Le Cloud Computing séduit les ingénieurs : Imprimer
Derniers articles "Métiers"

Métiers : consultez aussi...

orientation
Six écoles d'Etat forment les audioprothésistes

Six écoles d'Etat forment les audioprothésistes

Quand il suffisait d'une semaine d’enseignement pour apprendre à régler et adapter des prothèses auditives il y a quarante ans, il faut aujourd’hui intégrer une école d’Etat reconnue pour obtenir un bac+3

Huissiers de justice : les vocations se multiplient

Huissiers de justice : les vocations se multiplient

Ils n’ont pas toujours eu bonne réputation, mais les vocations se multiplient. Autrefois par défaut, après un échec dans la magistrature ou à l’examen pour devenir avocat. Depuis une dizaine d’années, le métier d’huissier est devenu un premier choix. »

Une semaine pour découvrir l'industrie

Une semaine pour découvrir l'industrie

La 4e édition de la Semaine de l’industrie a lieu du 7 au 13 avril 2014. De nombreuses entreprises, grands groupes et PME, se mobilisent à cette occasion pour accueillir des jeunes et leur présenter leurs métiers et leurs activités.

3 métiers impactés par la géopolitique.

3 métiers impactés par la géopolitique.

Conflits en Ukraine ou en Crimée, Coupe du Monde au Brésil, disparition du Bitcoin, … Les événements mondiaux impactent les métiers de l’entreprise

Le métier de cariste tend à se professionnaliser

Le métier de cariste tend à se professionnaliser

C’est un métier qui est au cœur du secteur de la logistique et qui revêt plusieurs aspects. En effet, le cariste est la personne chargée de la « conduite des équipements de travail mobiles automoteurs et des équipements de travail servant au levage ».

Croque-mort : un métier désormais enseigné à l'université

Croque-mort : un métier désormais enseigné à l'université

L'université Paris-Dauphine, dans le XVIe arrondissement, lance une formation destinée aux gérants d'entreprises de pompes funèbres. Une première en France.

CHOISISSEZ VOTRE VILLE

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

Paris Job France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf