En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Jobs / Stages > Le VIE : volontariat international en entreprise

Jobs/Stages

Le VIE : volontariat international en entreprise

Plus de 5 000 sociétés en France font appel au volontariat international en entreprise.

stages-jobs  Le VIE : volontariat international en entreprise Plus de 5 000 sociétés en France font appel au volontariat international en entreprise. vie, partir à l'étranger vie, travailler à l'étranger après ses études, volontariat international en entreprise

Le VIE permet à un jeune de 18 à 28 ans mandaté par une entreprise de réaliser une mission professionnelle à l'étranger à sa sortie de l'école, pour une durée de 6 à 24 mois.

Institué légalement en 2000, le volontariat international en entreprise est en quelque sorte le descendant du service national de la coopération, lorsque le service militaire existait en France, à la différence qu’il s’effectue désormais en entreprise. Le concept ? Permettre à un jeune Français (de 18 à 28 ans) mandaté par une entreprise française de réaliser une mission professionnelle à l’étranger à sa sortie de l’école, pour une durée de six à vingt-quatre mois.
« Nous dénombrons actuellement 8 268 VIE à travers 132 pays, pour 5 300 entreprises utilisatrices de la formule, dont 66 % de PME. Et notre CVthèque contient 50 000 candidatures », note Michel Lodolo, directeur du VIE pour le compte d’Ubifrance, l’agence française pour le développement des entreprises, déléguée par le secrétariat d’Etat des Français de l’étranger.

Ni stagiaire ni travailleur expatrié, le volontaire jouit d’un statut particulier. A ce titre, le statut public du volontaire exonère l’entreprise de tout lien contractuel (le contrat est passé entre Ubifrance et le candidat) ainsi que de toute charge sociale en France. « L’entreprise assure seulement le pilotage de la mission, et nous gérons les aspects administratifs, l’indemnisation reversée au volontaire et sa protection sociale », précise Michel Lodolo. Bien qu’ouvert à tous les niveaux de formation, dans les faits, 91 % des VIE concernent des bac + 5 minimum. Il est surtout plébiscité par les filières de l’ingénierie technique, des finances, du développement commercial et du marketing.

Reste la sempiternelle question : combien coûte le volontaire à l’entreprise ? En moyenne, 28 000 € par an. Mais tout dépend en réalité de l’endroit de la mission : l’indemnité perçue par le VIE (et donc déboursée au préalable par l’entreprise qui le mandate, même si Ubifrance sert d’intermédiaire) est indexée sur l’indice du coût de la vie de la ville où il est envoyé, selon une grille salariale préétablie par Ubifrance, allant de 1 300 € à 3 700 € par mois. Un budget auquel il faut ajouter des frais mensuels de gestion et de protection sociale (allant de 215 € à 420 €) ainsi que le transport et les dépenses opérationnelles liées à la mission confiée. La mission, elle, se réalise soit dans une antenne de l’entreprise, soit au sein d’une structure d’accueil partenaire (distributeurs, clients, etc.).
« A l’automne 2013, nous avons envoyé une volontaire dans une jeune filiale que nous venions de créer à Milan, pour un poste de coordinatrice marketing. Cela nous coûte 40 000 € par an, mais nous ouvre également la porte pour postuler au crédit d’impôt export », souligne Rocco Pacchioni, directeur de l’international pour le laboratoire Puressentiel.

Le recours à un VIE ouvre droit, en effet, à ce crédit d’impôt destiné aux PME qui engagent des dépenses de prospection commerciale afin d’exporter. Plafonné à 40 000 €, il est égal à 50 % des dépenses éligibles, engagées dans les vingt-quatre mois qui suivent le recours au VIE, et est valable deux ans.

L’enjeu est également énorme en termes d’employabilité

Il faut également noter que, dans la plupart des régions, les PME qui font appel au volontariat peuvent bénéficier de subventions. S’il est difficile de chiffrer le retour sur investissement, l’enjeu est énorme en termes d’employabilité. Le VIE permet en effet de tester un jeune sur une mission précise pour, au final, recruter un collaborateur qui possède déjà une expérience du terrain et un vécu international. « Et pour l’embaucher à un niveau de responsabilité supérieur. C’est l’idéal quand on souhaite avoir une vision à l’export ou ouvrir une filiale hors Hexagone. Selon nos études, 92 % des volontaires avaient un CDI un an après leur retour, le plus souvent au sein de l’entreprise qui les a missionnés », appuie Michel Lodolo, alors que Rocco Pacchioni estime que « cette solution est plus efficace que de prendre un stagiaire en local, car ils ont à la fois un haut niveau de formation et, étant français, une connaissance de la marque dont la notoriété à l’international est encore restreinte ».
A ce jour, 40 % des cadres français à l’étranger sont issus soit de la coopération pour les plus anciens, soit du VIE.

1009 VIE français étaient en activité en Allemagne en mai 2014, principal pays d’affectation devant les Etats-Unis (889), la Belgique (774), le Royaume-Uni (715), la Chine et Hongkong (564).

En savoir plus

- Cursus Mundus : site d'information pour partir à l'étranger.

- La page du VIE sur Ubifrance

- Civiweb : le centre d'information du volontariat international

Marc Hervez


Réagir sur le Forum Job étudiant / stage / emploi

Le Parisien
11.08.2014

Retour au dossier Stages/jobs
Stages/jobs : Le VIE : volontariat international en entreprise
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Stages/jobs : consultez aussi...

orientation
Un concours de start-up étudiantes dans... des oeufs !

Un concours de start-up étudiantes dans... des oeufs !

A Val-d'Isère, des entrepreneurs en herbe ont eu le temps d'une montée en télécabine pour convaincre un jury de la pertinence leur projet. Retour sur cette expérience insolite : certains ont même passé un entretien d'embauche sur des skis !

Job d'été : profitez des forums emploi dans toute la France

Job d'été : profitez des forums emploi dans toute la France

Le CIDJ organise une journée spéciale dédiée au job d'été le 14 mars prochain. Envie de travailler chez Monoprix, Tie Rack ou dans un magasin Eric Bompard, entre autres ? Ou au moins de voir comment cela se passe ?

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Selon une étude, les jeunes Français jugent l’accès à la vie professionnelle difficile et considèrent que l’école les prépare mal.

Emploi. Le bachelor est un visa pour l'entreprise

Emploi. Le bachelor est un visa pour l'entreprise

Bien préparés à la vie active, les diplômés n’ont aucune difficulté à trouver un job : la majorité d’entre eux sont en poste six mois après leur sortie de l’école.

Secteur qui recrute : la distribution recherche toujours de nouveaux talents

Secteur qui recrute : la distribution recherche toujours de nouveaux talents

Avec plus de 3 millions de collaborateurs et près de 100 000 recrutements prévus cette année, le secteur de la distribution gagne à être connu. Avec ou sans diplôme.

Exemple de CV

Exemple de CV

8 exemples de CV : il s'agit d'exemples de CV pour vous aider et vous donner des idées de mise en page de CV. 8 exemples de CV gratuits - chaque CV est disponible à télécharger au format .rtf / word

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
IPAG Business School
Située dans l'un des plus beaux quartiers de l'une des plus belles villes du...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...
CFA d'Alembert
Le CFA d'Alembert est l'une des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France qui...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.