Le Parisien Etudiant   Imprimer cette page
orientation
Palmarès 2013 des Grandes écoles de Commerce post prépa : la cote de popularité
Les écoles de commerce préférées des candidats : classement selon le recrutement des écoles de commerce post prépa.
Le Palmarès 2014 des Ecoles de Commerce du Parisien sera dévoilé le lundi 26 mai prochain !

Dans le petit monde des dirigeants d’école, on sait combien le choix des candidats est important. « Après tout, le seul palmarès qui compte, c’est celui de nos clients, à savoir les candidats à l’entrée », résume l’un d’entre eux. Notre dernier classement présente donc aujourd’hui les écoles les plus attractives aux yeux des candidats. Un classement qui complète ceux de nos confrères, plutôt fondés sur des aspects académiques.

Attention, il ne suffit pas d’avoir beaucoup de candidats pour être bien classé. L’évolution du nombre de ces derniers est certes essentielle, aussi bien pour la voie classique que pour les admissions parallèles, mais la capacité à attirer les meilleurs est également décisive. Et à ce petit jeu, c’est bien entendu HEC qui détient la palme et se retrouve fort légitimement à la première place. Les meilleurs candidats de prépas choisissent HEC sans hésitation et les désistements en faveur d’autres établissements demeurent très faibles. Derrière, l’ESSEC et l’ESCP Europe se disputent une fois encore les deux autres places du podium. Au final, le tiercé de tête constitue véritablement l’élite des grandes écoles de commerce, que ce soit en termes de qualité ou d’attractivité.
L’Edhec côtoie désormais l’EM Lyon. L’une comme l’autre poursuivent leur ascension vers l’excellence, aussi bien en matière de recherche que de visibilité internationale. Un effort qui les propulse dans la même cour que leurs consœurs du trio de tête et leur permet également de faire partie des meilleures business schools mondiales. Rappelons par exemple que l’EDHEC vient de signer un accord de partenariat avec Stanford University, qui permettra à ses élèves d’étudier durant huit semaines sur le campus californien. Cet accord conclu avec un établissement français, initiative assez rare pour Stanford, couronne “l’excellence à la française”. Derrière, Audencia et l’ESC Grenoble font encore cause commune, même si Audencia demeure, encore et toujours, leader sur le recrutement des prépas, position qu’elle occupe depuis longtemps déjà.

Le groupe qui suit illustre les mouvements de nos écoles puisqu’il s’agit exclusivement d’établissements en fusion (voir notre article "Fusion or not Fusion ?") ou qui ont fusionné (SKEMA Business School). À n’en pas douter, la masse critique qu’ils devraient atteindre en 2014 leur permettra sans doute de bousculer un peu plus la hiérarchie du palmarès.

Les écoles de la suite du classement, entre la 10e et la 20e place, tout aussi engagées sur la voie de l’excellence que celles qui les précèdent, poursuivent leur course vers le sommet. Tout comme les établissements du haut du panier, ces écoles ont investi massivement dans les enseignements, l’organisation et les moyens. À l’instar de l’ESC Rennes, qui va une fois encore s’agrandir en intégrant de nouveaux locaux, histoire de fêter sa récente accréditation AACSB : deux atouts qui lui permettront de conforter sa croissance.

Toutes les grandes écoles de commerce recensées dans notre tableau, qui accomplissent des efforts considérables pour atteindre les standards de qualité internationaux, démontrent la pertinence du modèle de grande école à la française. N’en déplaise à ceux qui voudraient les voir disparaître ou les diluer dans les universités…



Le Palmarès 2013 n'est plus disponible ici (consultez le PDF si besoin).
Consultez ici le nouveau :
Palmarès des Ecoles de Commerce du Parisien



MÉTHODOLOGIE DU PALMARES
Pour notre enquête, les écoles des concours BCE et ECRICOME ont été contactées. Sont présentées dans ce tableau, celles qui ont répondu à notre questionnaire. Les écoles de France Business School sont hors classement.

Critère 1. Nombre d’intégrés : prise en compte du nombre de préparationnaires intégrés au concours 2012. (note sur 5)
Critère 2. Évolution du nombre de candidats : prise en compte de la progression du nombre de candidats entre 2011 et 2013. (note sur 5)
Critère 3. Matchs Sigem : il s’agit d’un pourcentage de matchs gagnés ou perdus par chaque école face à ses concurrents. (note sur 5, coefficient 2)
Critère 4. Taux de remplissage : pourcentage d’intégrés sur le nombre de places offertes (note sur 5)
Critère 5. Présents aux oraux : proportion des étudiants présents aux oraux sur le nombre d’admissibles. (note sur 5, coefficient 2)
Critère 6. Vitesse de confirmation : mesure du rang du dernier affecté sur le nombre d’admis + liste complémentaire. (note sur 5)
Critère 7. Sélectivité : écart entre le rang du dernier et le nombre d’admis. (note sur 5)
Critère 8. Intégrés bac +3 : nombre
d’intégrés concours Bac +3. (note sur 4)
Critère 9. Évolution des candidatures bac +3 entre 2011 et 2013. (note sur 4)
Critère 10. Part des admis bac +3 : part des admis bac +3 sur les présents aux oraux. (note sur 4)
Critère 11. Concrétisation : part des présents aux oraux sur les admissibles, concours bac +3. (note sur 5)
Critère 12. Étudiants étrangers : nombre d’étudiants étrangers intégrés hors accords d’échanges. (note sur 5)

G.A.

###MENUECOLES
Retour au dossier écoles

Par Gilbert - Le 27.05.2013