En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > écoles

Les écoles de commerce en 4 ans : Bachelor ou Master 1 ?

Quatre ans qui font la différence : entre les masters en 5 ans et les bachelors de niveau bac+3, il existe une 3e voie : le bachelor en quatre ans

Entre les masters accessibles en cinq ans et les bachelors de niveau bac+3, il existe une troisième voie : le bachelor en quatre ans. Quel est son ADN ? En quoi se distingue-t-il des autres cursus ? Tour d’horizon d’un programme atypique et non dénué d’intérêt.

En septembre, le campus d’EMLyon Business School à Saint-Étienne accueillera la première promotion du Bachelor in Business Administration (BBA) de l’école. Celle-ci rejoint ainsi le club des établissements – souvent reconnus pour leurs autres programmes, dont le master Grande École – qui proposent un bachelor en quatre ans. Les futurs étudiants bénéficieront d’un cursus articulé autour de trois priorités : l’entrepreneuriat, l’innovation et, surtout, l’international, avec notamment un stage à l’étranger dès la deuxième année, des opportunités de séjour académique et une seconde langue obligatoire. Rien d’étonnant à cela : tous ces programmes bac+4 partagent cette orientation.

Priorité à l’international


Les bachelors en quatre ans, s’ils s’éloignent de la logique qui prévaut désormais dans l’enseignement supérieur européen (des diplômes en trois, cinq et huit ans), imitent le modèle des formations à l’américaine et sont donc bien identifiés sur le marché international. « Il s’agit d’un format atypique en France mais qui correspond au schéma anglo-saxon, et dont la durée permet de multiples expériences à l’étranger », souligne Catherine Léon-Suberbielle, responsable du programme INBA de l’ESC Troyes. Un programme en effet réalisé pour moitié hors des frontières de l’Hexagone, sous forme de stages et de séjours dans des universités partenaires.
« En quatre ans, l’étudiant a le temps à la fois de maîtriser les fondamentaux du management et de bénéficier d’une immersion internationale », estime Olivier Oger, directeur général de l’Edhec, dont le programme Espeme prévoit dix à vingt mois de stage à l’étranger et un semestre académique.

Insertion professionnelle ou poursuite en master ?


Tout en partageant un ADN commun, chaque bachelor en quatre ans n’en a pas moins une identité propre. « La dimension entrepreneuriale est très marquée pour l’Espeme, et 10 à 15 % de ses diplômés se lancent dans la création d’entreprise », poursuit Olivier Oger. De la même façon, l’axe international peut répondre à des objectifs différents. Née de la fusion de Rouen Business School et de Reims Management School, Neoma Business School a conservé les deux bachelors issus des deux écoles : le BSc in International Business et le Cesem. « Bien que la connotation internationale soit très forte dans les deux programmes, ils diffèrent dans leur structure, leur format et sur le plan du profil des étudiants, confirme Sarah Cooper, directrice du BSc. Le BSc a un positionnement multi-pays et multi-langues, visant à former des global managers. » De son côté, le Cesem propose deux années de formation en France et deux autres à l’étranger, avec un double diplôme à la clé. « Les étudiants peuvent choisir l’un des onze parcours dédiés à un pays, afin de devenir spécialistes d’une zone géographique dans tous ses aspects – culture, business, etc. », précise le directeur du programme, Ross Mac Artain.
À l’issue de la formation, deux options s’offrent alors aux diplômés : l’insertion professionnelle ou la poursuite d’études, pour obtenir un master. « La quatrième année correspond à un début de spécialisation dans une fonction, comme les RH ou la logistique, que certains jeunes souhaitent approfondir en master », explique Catherine Léon-Suberbielle. Pour autant, « nos diplômés disposent d’une formation complète, synonyme d’employabilité immédiate », insiste Olivier Oger. Autrement dit, le bachelor en quatre ans n’est pas forcément l’antichambre du master.

DOSSIER SPECIAL
PALMARES DES ECOLES DE COMMERCE 2014

» Classement des Ecoles de Commerce de Grade Master
 
» Rentrée 2014 : les nouveautés des écoles de commerce
» Les actions des grandes écoles pour renforcer l'insertion des diplômés
» Ecoles de commerce : les nouveaux enjeux numériques
» Expérience à l'international : avec ou sans double diplôme ?
» Etranger : reportage sur le campus de SKEMA à Suzhou
» Ecoles : Junior entreprises, assos… la vie après l'amphi
ecoles
» Bernard Belletante, (EMLyon) - « Inventer de nouveaux business models »
» Bernard Ramanantsoa (HEC) - "Nos étudiants veulent plus de mobilité et d'instantanéité"
» KEDGE : Interview de Thomas Froehlicher, nouveau directeur général et François Pierson, Président du Conseil d’administration
Admissions / Oraux en école de commerce :
» Ecole de commerce : avec ou sans prépa ?
» Admission parallèle après un Bac+2 à Bac+4
» Oraux - Réussir votre entretien d'admission à une école
 
Réagir sur notre forum Ecoles de Commerce


Réagir sur le Forum Ecoles

LE PARISIEN
26.05.2014

Retour au dossier écoles
écoles : Les écoles de commerce en 4 ans : Bachelor ou Master 1 ?
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
Palmarès des Ecoles de Commerce du Parisien Etudiant - Le classement 2017

Palmarès des Ecoles de Commerce du Parisien Etudiant - Le classement 2017

Prestige, puissance, enseignements, international… Les business schools françaises jouent sur tous les tableaux pour séduire les étudiants. Notre dossier complet et notre classement 2017 des écoles de commerce.

9e édition du Palmarès des Ecoles de Commerce du Parisien

9e édition du Palmarès des Ecoles de Commerce du Parisien

Le Parisien - Aujourd’hui en France publie la version 2017 de son Palmarès des Grandes Ecoles de Commerce. Post-prépa, post-bac... comment se positionnent les établissements les uns par rapport aux autres ?

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

La formule a trouvé sa place dans les écoles de commerce. Pour les étudiants, c’est avoir un pied dans l’entreprise et pouvoir mettre en application les apprentissages théoriques.

Le savoir-être, un atout idéal pour votre CV

Le savoir-être, un atout idéal pour votre CV

Au-delà du savoir-faire, les entreprises attendent des jeunes diplômés un savoir-être. Une qualité à laquelle les écoles préparent de plus en plus.

Recrutement. « Les diplômés d'écoles de commerce ont une grande soif d'entreprendre »

Recrutement. « Les diplômés d'écoles de commerce ont une grande soif d'entreprendre »

Interview : Jennifer Kempf Responsable Recrutement chez Lidl. La grande distribution recrute beaucoup de jeunes diplômés issus des grandes écoles de commerce. Quelles sont leurs qualités ?

Écoles. Les cursus doubles ou triples ont le vent en poupe

Écoles. Les cursus doubles ou triples ont le vent en poupe

Manager-ingénieur, manager-architecte, manager-juriste, manager-designer... les doubles diplômes sont un must aux yeux des recruteurs.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ENGDE - Ecole supérieure de gestion et expertise comptable
Etablissement d'enseignement supérieur privé spécialisé depuis 1965 dans...
EMC - Ecole supérieure des métiers de l'image, du son et du multimédia
Visez l’expérience, Vivez l’alternance. Créée en 1989 par Jean-Paul...
Ifa A. Chauvin
l'Institut de Formation par Alternance Adolphe Chauvin, implanté à Osny dans...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.