En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

Les étudiants dentistes en colère contre des "tarifs déconnectés"

Grèves, manifs, facs bloquées... les étudiants dentistes dénoncent les mauvais remboursements de la sécu ne favorisant pas la prévention médicale

orientation universites Les étudiants dentistes en colère contre des "tarifs déconnectés" Grèves, manifs, facs bloquées... les étudiants dentistes dénoncent les mauvais remboursements de la sécu ne favorisant pas la prévention médicale dentistes, greves, manif, étudiants chirurgiens dentistes, etudiant dentiste, fac, soins

Rassemblement d'étudiants dentistes à Paris le 27 janvier 2017 (AFP/PHILIPPE LOPEZ)

Consultez aussi :

Facs bloquées, Caisses primaires d'assurance maladie envahies, manifestations : depuis plus d'un mois, des centaines d'étudiants en chirurgie dentaire protestent contre les nouveaux tarifs de la Sécu qui, déplorent-ils, "ne prennent pas en compte les innovations techniques qu'on leur enseigne".

Anticipant un éventuel échec des négociations entre la Sécu et les syndicats sur les prises en charge des soins par l'Assurance maladie et les mutuelles, les étudiants se sont mis en grève le 13 janvier dans les Centres hospitaliers universitaires où nombre d'entre eux assurent des soins.

Rejoints par des dentistes récemment installés, les étudiants dentistes multiplient depuis les actions coup de poing. A Paris, ils ont dans la nuit de jeudi à vendredi dressé un mur de parpaings devant le siège de l'Assurance maladie, bloqué la rocade à Rennes, fait des sit-in à Clermont-Ferrand ou encore Nancy, manifesté au domicile de La Ministre de la Santé (Marisol Touraine). Ensemble, ils entendent alerter la population sur "l'avenir de leur profession" menacé selon eux par ce texte qui devrait s'imposer à partir de 2018.

Une nouvelle manifestation "du monde dentaire" est prévue le 3 mars.


"On ne nous donne pas les moyens d'appliquer ce que l'on apprend depuis six ans à l'université", dénonce Jennifer Gelly, étudiante en dernière année à Paris en distribuant des tracts pour "sensibiliser" les patients.
Mais les raisons financières conduisent déjà une personne sur six à renoncer à se faire soigner les dents, notamment quand il s'agit de poser des prothèses.
Ces actes, onéreux pour les patients mais plus rémunérateurs pour les professionnels, seront plafonnés selon la feuille de route fixée par la ministre de la Santé, Marisol Touraine. En contrepartie, les prix des soins conservateurs (carie, détartrage...) et de prévention seront augmentés. En 2015, ils représentaient environ un quart des honoraires, mais plus de la moitié des actes.

Avec 806 millions d'euros en quatre ans consacrés à la revalorisation d'une partie de ces actes, l'Assurance maladie soulignait "un effort sans précédent". Mais le gain net pour les professionnels a été ramené à 341 millions d'euros en raison du manque à gagner induit par le plafonnement des prothèses.

Favoriser la prévention bucco dentaire et non les actes lourds


"Nous ne sommes pas contre le plafonnement, mais ce que l'on voudrait c'est qu'il y ait un vrai investissement dans les soins de prévention ce qui n'est pas le cas", critique Thomas Roux associé depuis trois ans d'un cabinet du XIIe arrondissement de la capitale.
Si "les soins prothétiques coûtent cher" c'est parce qu'ils arrivent en fin de parcours quand on n'a pas sauvé la dent à temps", observe le trentenaire. Pourtant, dit-il, on peut sauver la dent et faire des économies. "On a des outils innovants qui permettent cette préservation, mais qui ne sont pas ou très peu remboursés par l'Assurance maladie", déplore le chirurgien dans son cabinet doté de machines sophistiquées au coût dépassant les 500.000 euros.

Ainsi équipé, il refuse de "revenir trente ans en arrière en soignant "avec des amalgames de mauvaise qualité ou en dévitalisant une dent car c'est moins cher, même si c'est moins bien pour la santé du patient".

Un désengagement de la sécu au profit des mutuelles...


"La mâchoire est primordiale pour se nourrir, mais c'est aussi une porte d'entrée pour les bactéries. Les infections dentaires peuvent avoir un impact sur des maladies cardiaques, sans parler de l'importance du sourire dans la vie sociale", rappelle le dentiste également enseignant à l'université.

A 28 ans, Julien Gala ne cache pas non plus son agacement face à ce texte. Il en espérait une prise en compte des techniques minutieuses nécessitant plusieurs heures de travail, mais finalement le trouve "déconnecté des pratiques enseignées".

Le dentiste se dit "conscient que certaines personnes n'ont pas les moyens de se payer certains soins comme les couronnes". Mais "ce n'est pas en les plafonnant qu'on améliore leur remboursement par l'Assurance maladie", nuance-t-il aussitôt.
"Malheureusement la Sécu s'est désengagée au fil des ans au profit des mutuelles et aux dépens des patients", conclut le dentiste. Avec "40.000 euros gagnés par an", il réfute "l'image de nanti" accolée à sa profession.

Les dentistes et profs soutiennent le mouvement


Les dentistes déjà bien installés soutiennent le mouvement via des cagnottes en ligne, financement... et participeront aussi au mouvement du 3 mars - ils sont solidaires même si ce sont les étudiants qui mènent le mouvement de contestation.
Les profs à l'université encouragent aussi les étudiants à manifester pour garantir une amélioration des soins dans le futur - les nouvelles techniques de soins plus onéreuses - pousser vers le haut la qualité des soins.

Le Parisien Etudiant avec l'AFP

Métiers liés : Prothésiste dentaire, Chirurgien dentiste,


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
20.02.2017

Retour au dossier Universités
Universités : Les étudiants dentistes en colère contre des "tarifs déconnectés"
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Universités : consultez aussi...

orientation
Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Pour mettre fin au tirage au sort à l'entrée de l’université... les prérequis sont ils la bonne solution ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Voix Express du Parisien : à votre avis, faut-il instaurer une sélection à l'entrée à l'université ? 5 avis / témoignage... propos recueillis par Margaux Dussaud.

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CIFACOM - L'école du graphisme, du multimédia et de l'audiovisuel
Passionné par le graphisme, le multimédia ou l'audiovisuel ? Une de nos...
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.