En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Se Loger > Logement : les jeunes restent plus longtemps chez...

Se Loger

Logement : les jeunes restent plus longtemps chez papa-maman

Un jeune sur deux en Ile-de-France est toujours hébergé chez ses parents à 23 ans.

se-loger  Logement : les jeunes restent plus longtemps chez papa-maman Un jeune sur deux en Ile-de-France est toujours hébergé chez ses parents à 23 ans. logement, étudiant, jeunes, paris, île-de-france, franciliens

Alice a dû attendre 27 ans et avoir suffisamment d'argent de côté pour enfin être en mesure de payer un loyer. Ses premiers revenus ne lui permettaient pas de s'assumer.

Consultez aussi :

Parents, réjouissez-vous… ou pas : vos enfants ont toutes les chances (risques ?) de ne pas quitter le cocon familial avant leurs 23 ans. Et s’ils sont nés dans la région, un sur deux y restera même jusqu’à 25 ans.

C'est ce que révèle une étude que vient de publier l’IAU, Institut d’aménagement et d’urbanisme (1). Une évolution contraire à celle de la province, où les jeunes qui résident dans leur région d’origine y décohabitent peu après 22 ans, soit un an plus tôt qu’en 1999.

Un départ de plus en plus tardif


En Essonne, par exemple, l’âge médian pour quitter le nid familial est de 24 ans et demi, soit deux mois de plus qu’en 2006. C’est l’évolution la plus faible. Le record est détenu par la Seine-Saint-Denis : 52 % des jeunes de 25 ans habitent chez leurs parents, l’âge médian du départ dépassant 25 ans et 8 mois.

L’exception parisienne


C’est dans la capitale que l’âge de décohabitation est le plus bas (23 ans et 3 mois). Mais c’est à relativiser : compte tenu de la concentration d’universités et de grandes écoles, nombre de banlieusards y louent leur premier appartement et peuvent fausser les chiffres. Cela ne signifie donc pas que les jeunes Parisiens quittent leurs parents beaucoup plus tôt que les autres.

« Quand j’avais ton âge, j’étais déjà… »


A l’échelle de la région, l’âge médian du départ est de 24 ans et 7 mois. C’est au moins deux ans plus tard que leurs parents et grands-parents, puisqu’il était de 21 ans pour les femmes nées après-guerre et de 22 ans et demi pour les hommes de la même génération. Pour la génération post-1968, le chiffre avait déjà grimpé à 22 ans et 7 mois pour les femmes, et 24 ans et demi pour les hommes (2).

Tanguy malgré eux


Si le personnage de fiction du film d’Etienne Chatiliez a tout à fait les moyens de s’émanciper et fait le choix, à 28 ans, de rester chez ses parents, ce n’est pas le cas des Franciliens des années 2010. Chez les 20-29 ans, ce sont logiquement les étudiants (62 % d’entre eux) et les chômeurs (76 %) qui habitent le plus souvent chez leurs parents.



Des familles compréhensives


A l’inverse du long-métrage décrivant des parents prêts à tout pour mettre leur progéniture dehors, la solidarité familiale joue à plein. Bon gré, mal gré, le nombre de familles vivant avec un jeune de 25 à 30 ans a augmenté de 20 % en Seine-Saint-Denis et dans le Val-d’Oise entre 1999 et 2011. Alors que la tendance du nombre de ces familles était plutôt à la baisse entre 1999 et 2006, la hausse est générale entre 2006 et 2011, même si elle est moins forte dans les zones les plus favorisées, comme les Yvelines et les Hauts-de-Seine.

Le double effet crise et hausse des loyers


En décryptant les chiffres de 1999, 2006 et 2011, Juliette Dupoizat, de l’IAU, a surtout voulu analyser les tendances « avant et depuis la crise de 2008 ». « On voit ainsi une évolution marquée dès 1999 à Paris et dans les Hauts-de-Seine, déjà fortement touchés par la hausse des prix de l’immobilier, en particulier pour les petits logements », explique-t-elle. En revanche, en Seine-Saint-Denis, c’est surtout « l’effet crise qui joue », continue Juliette Dupoizat. Comme dans le Val-de-Marne, dans le Val-d’Oise et en Seine-et-Marne.

Les précaires plus touchés


Les deux tiers de la même tranche d’âge en CDI se sont installés, comme la moitié des CDD et seulement un tiers des intérimaires, emploi jeunes et autres apprentis. Or, entre 2006 et 2011, la part des moins de 25 ans en CDI a baissé de quatre points. Les jeunes décohabitent plus tardivement, quelle que soit leur catégorie socioprofessionnelle. « Mais le report est plus marqué pour les ouvriers et les employés (+ 7 mois) que pour les cadres et les professions intermédiaires (+ 4 mois), relève l’IAU.
Au final, les ouvriers cohabitent désormais deux ans plus tard que les cadres et professions intellectuelles : à 25 ans et demi, contre 23 ans et 7 mois. »

(1) Enquête menée par l’IAU-IDF à partir des résultats des recensements de 1999, 2006 et 2011. L’analyse se limite aux Franciliens nés en Ile-de-France, puisque leurs parents sont susceptibles de résider également dans la région et donc de leur offrir une possibilité d’hébergement. C’est le contraire pour ceux qui viennent d’une autre région et occupent forcément un logement indépendant s’ils sont venus seuls.

(2) Enquête « Famille » de 1999, menée par l’Institut national d’études démographiques.

Aurélie Foulon

« Quitter mes parents a été un soulagement »

Alice, 28 ans, est parti du foyer il y a quelques mois

Elle commençait à franchement à stresser. Ses parents étaient également inquiets. Non pas qu’ils ne s’apprécient plus mais tout ce petit monde se demandait quand Alice, Parisienne alors âgée de 27 ans, allait quitter le cocon familial du XIVe. Finalement, l’envol a eu lieu il y a quelques mois. Cette jeune vidéaste a posé ses valises à Boulogne (Hauts-de-Seine).

« Ça devenait oppressant d’être encore chez mes parents. Pourtant j’étais privilégiée. Ils ont un duplex et j’étais à l’étage. J’étais relativement autonome. La situation était donc vivable pour tout le monde », explique Alice, avec franchise et énergie.

Après un master en management de l’information à la Sorbonne, elle prend la direction de l’Ecosse pendant un an. A son retour, elle devient autoentrepreneur mais s’aperçoit vite que son nouveau métier de vidéaste ne correspond pas à son diplôme. « Mes revenus étaient très instables. Je versais une contribution à mes parents mais je ne pouvais vraiment pas me permettre d’avoir mon appartement et d’assumer un loyer. » Elle décide donc de se lancer dans l’alternance pour mettre en adéquation sa réalité professionnelle et son CV. Là encore, impossible de déménager.

« J’aurais dû trouver un job en plus le soir mais c’était juste impossible. Alors j’ai encore attendu. J’ai constitué une cagnotte pour le jour J. Quitter mes parents a été un soulagement », conclut Alice. Ce jour est arrivé et, aujourd’hui, elle respire.

N.M


5 chiffres clés


1 famille francilienne sur trois héberge un enfant majeur, soit 621 000 familles.
1 Francilien sur 2 né en Ile-de-France vit toujours chez ses parents après 25 ans.
6 Franciliens sur 10, âgés de 20 à 29 ans, sont nés en Ile-de-France.
23 ans C’est l’âge auquel une majorité de jeunes Franciliens (tous lieux de naissance confondus) vit dans un logement autonome.
50 % des 20-29 ans logés par leurs parents ont un emploi.


Réagir sur le Forum Se loger / logement

Contact
26.10.2015

Retour au dossier Se loger
Se loger : Logement : les jeunes restent plus longtemps chez papa-maman : Imprimer
Derniers articles "Se loger"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Se loger : consultez aussi...

orientation
Campus vert : ses logements à la ferme pour les étudiants cartonnent

Campus vert : ses logements à la ferme pour les étudiants cartonnent

Se loger à la ferme : les "campus vert" représentent une solution tendance pour éviter les prix élevés en ville et un retour bienvenue au calme de la campagne.

Quartier à Paris : où habiter à Paris ?

Quartier à Paris : où habiter à Paris ?

Colocation ou location classique... où habiter à Paris ? Voici une présentation rapide des différents quartiers à Paris (pour résumer : rive gauche, au sud c'est tranquille, rive droite à l'est ça bouge !, plus c'est au centre plus c'est cher)

Au Crous de Paris, une chambre pour soixante demandes

Au Crous de Paris, une chambre pour soixante demandes

Si trouver un logement privé relève de la galère pour les étudiants franciliens, il est encore plus difficile de décrocher un logement public du Crous (Centre régional des oeuvres universitaires et scolaires).

Logement étudiant : le déficit de chambres se réduit

Logement étudiant : le déficit de chambres se réduit

Depuis quelques années, le Crous multiplie les projets pour combler le déficit de la capitale en logements étudiants. A la fin de l'année universitaire, le Crous approchera le cap des 7 000 places...

Les meilleures villes où étudier en France en 2016

Les meilleures villes où étudier en France en 2016

Quelles sont les meilleures villes pour étudier, se loger, travailler, se déplacer, se distraire... bref la meilleure ville étudiante ? La réponse avec le palmarès 2016 de l'enquête annuelle du journal L'Etudiant. Cette année Rennes se distingue...

Le baromètre des loyers dans les villes étudiantes

Le baromètre des loyers dans les villes étudiantes

Le baromètre des loyers réalisé par Location-etudiant.fr montre la moyenne globale des loyers proposés aux étudiants (chambre, studio, 2 pièces et 3 pièces). Mise à jour Août 2016.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Ecole EGO
« La grande illusion du monde des affaires est de croire que l’on peut...
ESRA - Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle
Le groupe ESRA est une école de cinéma (Paris, Rennes, Nice) proposant des...
Euridis Paris
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...


COLOCATION : PETITES ANNONCES

Je cherche une colocation
J'ai un appartement
appartager

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.