En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Pratique

Les Pokémon à l’école, c’est parti !

Éducation. Avant même la rentrée scolaire, la chasse aux Pikachu, Carapuce, Salamèche et Roucool fait déjà rage sur les façades des écoles, collège...

orientation mieux-travailler Les Pokémon à l’école, c’est parti ! Éducation. Avant même la rentrée scolaire, la chasse aux Pikachu, Carapuce, Salamèche et Roucool fait déjà rage sur les façades des écoles, collège... pokemon, collège, lycée, école, jeu, pratique,

On a déjà trouvé un pokemon dans le gymnase, témoigne le proviseur du lycée Paul Bert

Consultez aussi :

« C’EST PAS VRAI », soupire la directrice de l’école de la rue Marsoulan à Paris (XII e) en découvrant que sa façade est devenue un PokéStop, l’un de ces kiosques virtuels où se procurer des balles pour attraper des petites bestioles dans Pokémon Go.

Succès de l’été
, le jeu de la start-up californienne Niantic consiste à capturer avec son téléphone une galerie de 150 monstres dans la rue, les parcs, les musées, les hôpitaux et, bien sûr, les établissements scolaires. Qui sont même des lieux privilégiés de chasse. Une simple balade dans les rues de Paris et de sa banlieue suffit à s’en convaincre.

La façade bariolée de l’école Zefirottes, à Montreuil (Seine-Saint-Denis) ? Un PokéStop. Idem pour la fresque colorée du collège Maurice-Ravel, à Paris (XII e), qui permet d’attraper trois Poké Balls. Tout près, voici Nosferapti, sorte de chauve-souris aux dents pointues. Et l’oiseau Roucool bat des ailes devant le collège Gambetta (XX e). L’entrée du lycée Hélène-Boucher (XX e) permet aussi de recharger les munitions. Quant à l’école élémentaire de la Plaine (XX e), elle accueille une arène où peuvent s’affronter les créatures.

« Allez, hop, l’école de mon petit frère, c’est fait ! » se réjouit sur Twitter cet internaute, fier d’avoir attrapé une bestiole dans un établissement de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne). « Les Pokémon aiment les quartiers résidentiels, mais on peut les trouver également dans les universités et les écoles. Du coup, à vos cahiers ! » ironise le premier site de fans de Pokémon Go en France.

Pas sûr que les chefs d’établissement, qui bannissent des cours l’usage des téléphones portables, goûtent la boutade. Si Pikachu et ses amis aiment tant les écoles, collèges et lycées, c’est que le jeu a été développé à partir d’Ingress, une application de chasse au trésor virtuelle qui utilise « des points d’intérêt relevés via Google Maps, auxquels se sont ajoutés d’autres sites pointés par des joueurs », explique le porte-parole de Niantic. Résultat : les établissements scolaires, qui sont de bons points de repère, abritent nombre d’arènes et de PokéStop, attirant au passage les petits monstres, eux-mêmes programmés pour se montrer de façon privilégiée autour de ces haltes. Et si le hasard de l’algorithme ne s’en charge pas lui-même, les élèves ont une solution pour chasser sous leurs cahiers : le jeu permet d’appâter les Pokémon en y déposant des « leurres ».



Le proviseur du lycée Paul-Bert à Paris (XIVe) : « il faudra en débattre avec les élèves »

« Il y a des Pokémon autour de nous. On en a déjà trouvé un dans le gymnase. » Philippe Pradel, proviseur parisien, vient de « prendre conscience de l’ampleur du phénomène » Pokémon Go. Pour l’instant, aucune demande de l’Education nationale pour rayer les établissements scolaires du monde des Pokémon n’est parvenue à l’éditeur du jeu, Niantic, inondé de courriers comminatoires de particuliers, de communes ou de lieux de mémoire. Philippe Pradel, qui dirige le lycée Paul-Bert à Paris (XIV e), a décidé qu’il faudra « débattre du sujet avec les élèves : les lycéens doivent comprendre qu’ils n’ont aucun intérêt à entrer dans une escalade qui nous forcerait à interdire strictement les portables, explique-t-il. En tout cas, si je me retrouve avec une arène virtuelle dans mon lycée, je demanderai sa suppression ». Au ministère de l’Education, on rappelle qu’il est « en principe » interdit aux élèves d’utiliser leur mobile en classe. Mais dehors et dans les couloirs, on pianote à chaque intercours. « Si Pokémon peut nous débarrasser de Periscope (NDLR : une application qui permet de filmer en direct), ce n’est peut-être pas mal », ironise Philippe Tournier, proviseur du lycée Victor-Duruy (VII e) et porte-parole du syndicat SNPDEN. Pas inquiet pour deux sous, lui a déjà rangé la mode Pokémon à côté de celles, oubliées, « des scoubidous et des Tamagotchis ».



Christel Brigaudeau, Jila Varoquier


Réagir sur le Forum Orientation

Contact
30.08.2016

Retour au dossier Pratique
Pratique : Les Pokémon à l’école, c’est parti ! : Imprimer
Derniers articles "Pratique"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Pratique : consultez aussi...

orientation
4L Trophy : partez 10 jours au Maroc et devenez reporter pour Le Parisien Etudiant

4L Trophy : partez 10 jours au Maroc et devenez reporter pour Le Parisien Etudiant

Du 16 au 26 février 2017 : partez 10 jours au Maroc suivre le 4L Trophy et devenez reporter pour Le Parisien Etudiant. Participez maintenant à notre jeu concours !

4L Trophy : en famille pour la 20e édition !

4L Trophy : en famille pour la 20e édition !

Père-fils Pour les 20 ans du 4L Trophy, Alain, 48 ans, et Alexandre, 20 ans, vont participer en duo à la course de 4L organisée chaque année au Maroc.

Université. Et si vous contribuiez à sauver les réserves zoologiques de l'UPMC ?

Université. Et si vous contribuiez à sauver les réserves zoologiques de l'UPMC ?

Pour préserver, réinstaller et mettre en valeur la collection unique de zoologie, connue des scientifiques du monde entier, la Fondation de l’UPMC fait le pari risqué du financement participatif pour récolter la somme de 15 000 €.

En quête de sponsors pour le 4L Trophy

En quête de sponsors pour le 4L Trophy

Les équipages du 4L Trophy 2017 recherchent en ce moment leurs sponsors : exemple ici avec un équipage d'étudiants de l'Université de technologie de Compiègne !

Adok, une start-up née sous X

Adok, une start-up née sous X

« L’IDÉE m’est venue lorsque je faisais des présentations en entreprise : je n’avais qu’une tablette pour cinq ou six participants, c’était tout sauf pratique ! Je me suis dit qu’il fallait trouver un nouvel outil de présentation, plus interactif. »

Loyer, transports... Le coût de la vie augmente encore pour les étudiants

Loyer, transports... Le coût de la vie augmente encore pour les étudiants

L’augmentation du coût de la vie enfonce un peu plus à chaque rentrée les étudiants dans la précarité. » Le constat de l'Union nationale des étudiants de France (Unef), est clair : le coût de la vie étudiante connaît à la rentrée 2016 une nouvelle...

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
EMC - Ecole supérieure des métiers de l'image, du son et du multimédia
Visez l’expérience, Vivez l’alternance. Créée en 1989 par Jean-Paul...
ISIS - Institut Supérieur de l'Image et du Son
L’institut Supérieur de l’Image et du Son, implanté dans le quartier du...
ESRA - Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle
Le groupe ESRA est une école de cinéma (Paris, Rennes, Nice) proposant des...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.