Le Parisien Etudiant   Imprimer cette page
orientation
Masters 2018 : les spécialités les plus prisées des étudiants et entreprises
Les besoins des entreprises changent, les envies des étudiants aussi. Aperçu de plusieurs filières devenues très prisées.
L'époque est propice aux mutations : digitale, écologique, managériale, etc. Elles apportent leur lot de nouvelles compétences à acquérir.

Certains domaines sont nouveaux, comme l’IA (Intelligence artificielle) ou se développent à grande vitesse (big data, cybersécurité). D’autres connaissent une simple renaissance. L’une des filières les plus tendances le prouve bien : l’entrepreneuriat. Un métier vieux comme le monde… Boosté par la génération start-up, il est désormais une spécialisation phare des écoles. « Être entrepreneur est très valorisé, tout le monde vous le fait sentir », admet Antony Giordano, ancien de Skema Business School, qui a conclu son cursus par le MSc Entrepreneuriat et monté, avec trois amis de l’école, l’entreprise Père et Fish, concept de burgers au poisson frais issus de la pêche durable. « L’intérêt de cette filière est de plonger dans un univers », explique-t-il : incubateur, rencontres avec des entrepreneurs, business angels, investisseurs, participation à des concours (gagnés), etc.

La tentation de la mode


Le grand public entend parler de la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) depuis peu. Le master 2 Management de la RSE de l’IAE Gustave-Eiffel – UPEC (Université Paris-Est Créteil) existe, lui, depuis 17 ans ! « Nous avons légèrement plus de candidats aujourd’hui, s’amuse Anne-Catherine Moquet, co-responsable du programme. Mais à présent ils savent mieux pour quoi ils postulent ! » La filière attire ingénieurs, profils commerciaux, juristes… mais ne s’étendra pas à l’infini : « Nous restons sur une niche, au nombre de postes restreint », prévient-elle.

L’Université Côte d’Azur propose, quant à elle, un master 2 GEDD (Gestion de l’environnement et du développement durable) depuis 26 ans. Aujourd’hui les postulants se pressent : « Nous recevons 250 candidatures pour une vingtaine de places », explique Stéphane Bouissou, responsable du master. Et s’il n’est pas trop assailli, c’est parce que des dizaines d’autres formations sont apparues récemment… Mais il n’en prend pas ombrage et met en avant les atouts de son diplôme : ancienneté et réseau, surtout. « Nous avons aussi opté pour l’alternance », précise-t-il. Résultat : phénomène de mode ou pas, 100 % de ses diplômés ont trouvé un emploi dans l’année.

LE CHIFFRE


85% des métiers de 2030 n’existent pas encore, d’où l’émergence de nouvelles filières. Si ce chiffre est à prendre prudemment (d’autres études évoquent 50 ou 60 %), nul ne peut ignorer la tendance. (Source : Étude Dell et Institute for the Future)

«  Nous cherchons des bac +5 à haut potentiel »


3 questions à...
Jean-Christophe Sauriac Directeur des formations spécialisées de Mines ParisTech


Comment gérez-vous l’arrivée de nouvelles filières ?
Parmi nos cursus, 18 mastères sont spécialisés. Chaque programme est adossé à un centre de recherche et un conseil auquel participent des entreprises. Nous actualisons nos contenus pédagogiques chaque année, pour nous adapter aux attentes de l’industrie. Ainsi,
nous répondons présents à l’innovation, tout en garantissant à nos programmes une solidité dans le temps.

Quels sont les domaines les plus en vogue ?

L’énergie et l’environnement sont très demandés, comme la gestion des risques (industriels, financiers, psychosociaux). Citons aussi l’entrepreneuriat, qui séduit de plus en plus les ingénieurs. Nous lançons d’ailleurs un mastère spécialisé Deep Tech Entrepreneurs. Il y a enfin des défis technologiques majeurs à relever. Nous proposons déjà un programme d’intelligence artificielle en lien avec le mouvement et les objets connectés. Nous en lançons un nouveau, AIMove, qui aborde cette technologie de manière plus globale.

À qui s’adressent vos mastères spécialisés ?
Nous demeurons bien sûr une école d’ingénieurs mais nous réjouissons que des filières nous permettent d’accueillir d’autres profils : sciences politiques, doctorants de plusieurs disciplines… Pour nos mastères spécialisés, nous cherchons des bac +5 à haut potentiel. Notre sélectivité est forte mais ouverte. 50 % de nos participants ont déjà une expérience professionnelle et apportent leurs propres compétences et parcours.
Une richesse !


Guide spécial Masters 2018


→ Des filières qui collent à l’air du temps : quelles sont les spécialités de Masters les plus prisées ?
→ Masters. Des études toujours plus pointues et plus longues : pour plus d'international et de proximité avec les entreprises
Mastères Spécialisés (MS, MSc), Masters, MBA... comment choisir ? Définitions et guide...
Un MBA, excellente idée… Mais pour quoi faire ?
Alternance et Master : c’est fait : l’alternance côtoie les plus hautes sphères
→ Quel Master pour compléter votre profil ? Manager, Technique, Scientifique... selon votre profil choisissez le M qu'il vous faut.
→ Bac +5, ou quand l’anglais devient langue officielle

Retour au dossier Masters

Par Le Parisien - Le 05.12.2018