En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

Maximilian, surdoué, à l'université à... 12 ans

Maximilian, un jeune Suisse surdoué inscrit à Perpignan, est le plus jeune étudiant de France.

Dans les amphis, impossible de manquer Maximilian Janisch : il fait une tête de moins que ses camarades. Oui, mais une tête bien faite.

A seulement 12 ans, ce jeune Suisse vient en effet d’intégrer une deuxième année de licence de maths et d’informatique à l’université de Perpignan (Pyrénées-Orientales). Il fera donc turbiner son impressionnant cerveau sur l’algèbre linéaire, les structures algébriques et les fonctions à plusieurs variables. Vous voyez mal de quoi il retourne, mais vous n’avez peut-être pas 149 de QI comme Maximilian.

En fait, le jeune prodige germanophone n’a « que » quatre ans d’avance, puisqu’il est inscrit en 2de à Lucerne où il vit, mais il se trouve actuellement en « voyage linguistique » à Perpignan où ses parents ont une résidence secondaire.

Sa biographie à 10 ans


L’objectif ? Peaufiner la langue de Molière qu’il ne parle pas tout à fait aussi bien que son allemand maternel. Il a bénéficié d’une dérogation, et profitera des cours magistraux, des TD et passera ses examens s’il le veut. Mais il ne pourra pas valider de diplôme, c’est interdit en France si l’on n’a pas 16 ans…

Même si le cas de Maximilian est hors normes, sortir des enfants avec des capacités intellectuelles spectaculaires de leur parcours scolaire classique, de peur qu’ils ne décrochent par ennui, est une bonne idée. « Mais le point d’équilibre est difficile à trouver, tempère Valérie Husson, la directrice de l’association Zebra qui prend en charge de jeunes surdoués. Ces petits, même très brillants, restent des enfants dans leurs réactions émotionnelles, leurs relations avec les autres. Le passage du cap de l’adolescence peut aussi être particulièrement douloureux. »

Pour l’heure, Maximilian semble bien vivre sa différence. « Je ne suis pas quelqu’un de spécial, explique-t-il en effet. Je me sens comme un garçon de 12 ans. » Mais un garçon pas tout à fait comme les autres tout de même.

Vidéo - Portrait d'un surdoué




Il a en effet décroché sa maturité de mathématiques, l’équivalent du bac avec la meilleure note du barème à seulement 9 ans. A 10 ans, il a écrit sa biographie avec son père : « Moi, un phénomène ? » Enfant unique d’une mère économiste et d’un père mathématicien à la retraite, ses incroyables aptitudes intellectuelles seraient dues, selon son père, à un environnement familial stimulant : « J’affirme qu’il existe probablement des milliers d’enfants qui possèdent un pareil don, expliquait-il à la télé suisse lors du lancement du livre. Le phénomène, si on tient à l’appeler ainsi, c’est que Maximilian a grandi dans un environnement dans lequel ce don peut être pris en compte de façon optimale. »

Émilie Torgemen


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
02.10.2015

Retour au dossier Universités
Universités : Maximilian, surdoué, à l'université à... 12 ans
Imprimer

Universités : consultez aussi...

orientation
Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Pour mettre fin au tirage au sort à l'entrée de l’université... les prérequis sont ils la bonne solution ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Voix Express du Parisien : à votre avis, faut-il instaurer une sélection à l'entrée à l'université ? 5 avis / témoignage... propos recueillis par Margaux Dussaud.

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CIFACOM - L'école du graphisme, du multimédia et de l'audiovisuel
Passionné par le graphisme, le multimédia ou l'audiovisuel ? Une de nos...
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...
Ifa A. Chauvin
l'Institut de Formation par Alternance Adolphe Chauvin, implanté à Osny dans...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.