En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formation > Masters

MBA/Masters - Témoignages de professionnels

3 interviews de professionnels sur leur vision du marché de l'emploi et de l'intérêt d'une formation MBA

4 questions à...
Jean-Christophe LE FEUVRE,
PDG de Piana HR Group


Comment se porte le marché de l’emploi pour les jeunes diplômés ?
Cette rentrée 2011 se révèle difficile, soufflant le chaud et le froid, y compris dans des secteurs très porteurs – conseil, informatique, banque, services. Même pour les diplômés de grandes écoles de commerce, le contexte de guerre des talents n’est pas aussi favorable qu’on pouvait l’espérer. On observe ainsi un phénomène inverse à ce qu’on constate d’habitude : les pré-recrutements sont moins fréquents, donc les candidats doivent être plus proactifs dans la recherche d’un emploi.

À quoi attribuez-vous cette situation ?
Avec la crise, de nombreux diplômés des promotions précédentes ont décalé leur intégration professionnelle, notamment en poursuivant leurs études. Ceux-là reviennent en masse, renforçant la concurrence entre candidats. Pour les choix de carrière, plusieurs questions s’imposent : faut-il accepter un job moins intéressant, en CDD ou mal rémunéré, en attendant de meilleures opportunités ? Ou s’en tenir à ses ambitions initiales ? Du côté des entreprises, la gestion des recrutements se fait actuellement à court-terme. Les propositions de salaire risquent aussi d’évoluer à la baisse. Heureusement, la prochaine vague de départs en retraite va fortement profiter aux diplômés. De plus, il existe aujourd’hui de belles opportunités de carrière internationale, c’est le moment de s’ouvrir à de nouveaux horizons !

Quels conseils donnez-vous aux jeunes diplômés ?
Surtout, de ne pas repousser leur entrée sur le marché de l’emploi. Il ne s’agit pas de brader ses qualifications et ses compétences, mais de se comporter en stratège. Cela implique d’être moins exigeant et d’accepter différentes missions, avec l’idée d’en tirer le meilleur et de valoriser leurs acquis devant un futur recruteur.

Comment peuvent-ils tirer parti de leur formation ?
Ces jeunes ont une vraie carte à jouer : le nombre et la diversité de leurs expériences au cours de leur scolarité. Pour séduire les entreprises, il faut mettre en valeur ses stages, avec les missions effectuées de A à Z, mais aussi la vie associative, par exemple dans la gestion d’un budget ou le management d’équipe. Tout ce qui fait la différence peut apporter une valeur ajoutée, par exemple une expérience humanitaire intéressante. Aux yeux des recruteurs, l’image de marque de l’école ne suffit plus, ils privilégient tout ce qui relève de la mécanique d’action. En étant dynamique et en adoptant un esprit entrepreneurial, l’insertion professionnelle sera d’autant plus rapide et réussie.


Portrait
Claire GAUTHIER,
Chef de produit chez Tenesol


D’hypokhâgne à l’énergie solaire
La principale force des grandes écoles ? Probablement leur capacité à s’adapter à la diversité de leurs étudiants et à leur proposer des parcours originaux, adaptés à leurs attentes. Diplômée en 2010 du Master In Management de ESCP Europe, Claire Gauthier en est le parfait exemple. « Je suis un pur produit made in ESCP, estime la jeune fille. Après un bac S et Khâgne, j’ai intégré cette école qui m’a permis de multiplier les expériences intéressantes.» Elle suit notamment en 2e année une option finance sur le campus de Londres, qui lui permet de « travailler sur des projets concrets, dans des équipes multiculturelles », puis une majeure entrepreneuriat pour sa dernière année. Claire Gauthier a opté pour la voie de l’apprentissage chez Total, sur 14 mois : « C’est une formule intelligente, qui alterne les phases d’études et les périodes dans l’entreprise ».
Elle est alors chef de projet au sein de la Business Unit photovoltaïque, en charge du développement d’un serious game qui valorise le mix énergétique. Une fois diplômée, elle rencontre plusieurs recruteurs et réalise la plus-value de l’apprentissage : « Pour les entreprises, cette formule est intéressante car elle permet de bénéficier de jeunes recrues rapidement opérationnelles. » Elle choisit finalement de rester chez Total, « pour capitaliser sur cette première expérience et poursuivre dans le secteur de l’énergie solaire ». Depuis deux mois, elle est devenue la plus jeune chef de produit de Tenesol, la filiale solaire de Total. « Grâce aux expériences et à la formation proposées par ESC Europe, je me sens bien armée d’un point de vue professionnel », confirme Claire Gauthier.


3 questions à ...
Thomas ROIZOT,
Responsable de l'espace carrières de l'ESC DIjon


Pourquoi l’ESC Dijon a-t-elle créé un espace carrières en 2010 ?
La crise économique a provoqué de fortes tensions sur le marché de l’emploi, dont les jeunes diplômés sont les principales victimes. Pour faciliter leur insertion, une évidence s’est imposée : ils doivent être accompagnés et conseillés tout au long du processus, le plus en amont possible. La seconde raison provient des caractéristiques de la génération Y et de son rapport au recrutement et au monde du travail.
Là encore, une préparation peut s’avérer utile pour faciliter la prise de conscience des réalités.

Un an après son lancement, quel bilan en tirez-vous ?
Plusieurs actions de communication ont été menées : une page Facebook, présentant les services de l’espace carrières, et une application pour les smartphones, afin de faciliter les échanges entre étudiants et entreprises par la diffusion de CV. Parmi les outils, nous avons créé un nouveau portail entreprises, avec le dépôt d’offres et les réponses, afin de faciliter le suivi des candidatures. Un bilan comportemental est également proposé, complété de façon progressive : un auto-diagnostic en fin de première année, un travail sur la définition du projet professionnel en 2e année, et un séminaire de préparation à l’emploi en 3e année.

Quelle est la perception des principaux concernés, à savoir les étudiants ?
Ils apprécient, tout comme nos entreprises partenaires ! 550 rencontres en face à face, 240 étudiants informés lors des cours, et 500 participants aux ateliers thématiques, par exemple de préparation à l’entretien… En tenant compte de ceux qui ont été concernés par différents canaux, on estime à 900 le nombre d’étudiants touchés par nos actions. L’objectif est d’aller plus loin, par exemple en transformant le portail en véritable CVthèque, et en intégrant une dimension internationale.



DOSSIER SPECIAL MBA & MASTERS

Masters, mastères, MBA : la meilleure arme anti-crise ?
Choix de formation : valeurs sûres ou nouvelles tendances ?
Comment financer sa formation ?
Comment les diplômés séduisent les entreprises
Une tendance en plein essor : les ingénieurs managers
Insertion professionnelle : 3 témoignages de professionnels
Masters, MS ou MBA : définitions et comment faire le bon choix ?

Télécharger le dossier spécial MBA, MS & Master au format PDF


Dossier réalisé par Gilles MARCHAND
Article paru dans Le Parisien Économie du lundi 12 décembre 2011


Réagir sur le Forum Orientation

Contact
13.12.2011

Retour au dossier Masters
Masters : MBA/Masters - Témoignages de professionnels : Imprimer
Derniers articles "Masters"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Masters : consultez aussi...

orientation
MBA, Mastères spécialisés, Masters of science : la formation française au top !

MBA, Mastères spécialisés, Masters of science : la formation française au top !

Mardi 6 décembre : retrouvez en kiosque et sur notre site le cahier spécial Le Parisien Etudiant "Masters / MBA" - Tout savoir sur ces programmes

Masters / MBA : La "triple couronne" pour 13 écoles françaises

Masters / MBA : La "triple couronne" pour 13 écoles françaises

En novembre 2016, Skema Business School a obtenu l’accréditation AMBA (Association of MBAs), qui distingue les meilleurs MBA.

Masters / MBA : Un diplôme bac+6, pour quoi faire ?

Masters / MBA : Un diplôme bac+6, pour quoi faire ?

Un mastère spécialisé ou un MBA peut répondre à plusieurs objectifs : se doter d’une expertise dans un secteur d’activité ou donner un nouvel élan à sa carrière.

Masters / MBA : International et finance, les deux tendances 2016

Masters / MBA : International et finance, les deux tendances 2016

Les nouveaux programmes / formations MS ou MSc accrédités en 2016 par la CGE (Conférence des Grandes Ecoles).

Maters / MBA & Recrutement : ces profils séduisent les recruteurs

Maters / MBA & Recrutement : ces profils séduisent les recruteurs

RECRUTEMENT Les programmes sont adaptés en permanence aux attentes du monde économique. C’est l’une des plus grandes forces des business schools.

MBA / Masters : les spécialisations qui font le plein

MBA / Masters : les spécialisations qui font le plein

Des marchés porteurs, comme le luxe ou la santé, et la digitalisation des métiers attirent toujours plus de candidats dans des formations très pointues et de haut niveau.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.