En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

Médecine : les étudiants apprennent à dialoguer avec les malades pour mieux les soigner

Mieux parler à son patient, ça s’apprend ! Dans le labo de simulation de la fac de médecine Paris-Descartes, l'humain est au cœur de la formation.

orientation universites Médecine : les étudiants apprennent à dialoguer avec les malades pour mieux les soigner Mieux parler à son patient, ça s’apprend  ! Dans le labo de simulation de la fac de médecine Paris-Descartes, l'humain est au cœur de la formation. étude médecine, médecin, anesthesiste, fac de medecine, iLumens, communiquer, soigner

Faculté de médecine Paris-Descartes. Des acteurs comme patients, de « vrais » étudiants, confrontés à la réalité de situations telles qu’ici, l'annonce d’une récidive de cancer à une patiente.

Consultez aussi :

Le geste est là, la main se fait douce en se posant sur celle de la patiente. Mais le geste est fugace, la main vite retirée, et les mots beaucoup trop « jargonneux ». Assénés comme on se débarrasse d’une corvée redoutée. Brutal et « inhumain », l’échange de cette scène étonnante, qui se déroule dans une chambre d’hôpital plus vraie que nature ?

Oui, mais… c’est un mal pour un bien : ce jeune médecin maladroit est un étudiant, la patiente à laquelle il annonce la récidive d’un cancer, parle de métastases et se dit « désolé », est une actrice.

Communiquer pour mieux soigner...


Nous sommes au 5 e étage de la faculté de médecine Paris-Descartes, derrière les portes du laboratoire de simulation iLumens. Ce jour-là pas de mannequin ni de gestes techniques à effectuer, c’est « l’humain » qui est au cœur la séance. Quelques semaines après la sortie du « livre choc » de Dr Martin Winckler, « Les brutes en blanc » dans lequel il dénonce la violence et la brutalité inutile de confrères, les formations sur le thème de la relation soignant patient font encore plus sens. Elles ne datent pas de cet automne, et le Pr Antoine Tesnière, l’un des fondateurs d’iLumens, les voit de plus en plus sollicitées. Comme si « l’humanisme » et la bienveillance étaient des attributs un peu perdus, entre patients, soignants, familles, et que le monde de la santé éprouvait le besoin de réapprendre — ou d’apprendre — à « communiquer pour mieux soigner ».

A iLumens, « c’est plus simple que dans la vraie vie », souligne le Pr Tesnière, mais tous les scénarios sont envisagés et pratiqués, leur contenu dûment validé par la Haute autorité de santé (HAS), et chaque séance minutieusement « débriefé » par une équipe pluridisciplinaire. Cette fois ce sera l’annonce d’une maladie grave ou d’une complication, plus tard il faudra expliquer à une mère que son petit garçon n’a pu être opéré, à cause d’une réaction allergique grave au moment de l’anesthésie… Ou bien encore, annoncer à cette future maman inquiète venue passer une échographie, que son enfant est mort.

« Vous n’entendez plus rien madame, parce que son petit cœur ne bat plus… », explique un autre étudiant, voix ferme mais physiquement plus attentif que son camarade précédent. A chaque situation, chaque personnalité aussi, sa façon de « gérer ».

Comme les gestes purement cliniques la relation médecin patient, ça se travaille aussi.


« Les étudiants n’ont pas toujours le bon vocabulaire, commente le Pr Tesnière. On se rend compte qu’ils ont tendance à vouloir se débarrasser très rapidement d’une annonce difficile. Or comme les gestes purement cliniques la relation médecin patient, ça se travaille aussi. »

En savoir plus sur le laboratoire de simulation iLumens : Laboratoire universitaire médical d’enseignement basé sur les technologies numériques et de simulation, créé il y a 4 ans au sein de l’université. Avec ses mannequins, son bloc opératoire reconstitué et ses outils numériques, il permet de recréer toutes les situations possibles, des plus simples aux plus complexes, dans toutes les spécialités.

« Si l’on parvient à bien communiquer cela va nous aider à mieux gérer le stress »


Thaïs, 24 ans, en 6e année de médecine

Future anesthésiste, Thaïs vient d’achever sa 6 e année de médecine et se prépare à l’internat. Elle fait partie des convaincus de l’importance de ces entraînements par la simulation, y compris dans « l’humain, la relation avec le patient ». « La qualité première de ces méthodes, c’est que ça nous fait stresser, véritablement comme si nous étions à l’hôpital, sourit la jeune femme. Cela nous apprend à avoir les mots qu’il faut, par exemple lorsqu’on est face à une famille qui est elle aussi stressée, ou à un patient qui peut avoir toutes sortes de réactions.
Réfléchir à cela en conditions réelles mais face à quelqu’un qui nous regarde sans nous juger, c’est très important… on peut faire des erreurs et revenir sur ces erreurs avec les débriefings. En fait la bonne nouvelle, c’est que ça se travaille ! »
Ce qu’elle attend de ce « bonus » aux stages et aux études ? « Peut-être un peu plus de calme, par exemple dans des situations complexes ou urgentes, où je manquerai d’informations ou de compétences, des situations stressantes qui peuvent s’améliorer si l’on parvient à bien communiquer ». Pour la future médecin, « la bonne communication » est aussi un enjeu pour les équipes médicales. Cela fait partie intégrante de l’acte de soigner, alors pourquoi ne pas l’apprendre comme tout le reste ?


Élodie Soulié

Vidéo. Découvrez les mannequins au service de la médecine




Métiers liés : Docteur / Médecin généraliste, Chirurgien, Médecin spécialiste, Médecin ORL (Oto-rhino-laryngologiste),


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
12.12.2016

Retour au dossier Universités
Universités : Médecine : les étudiants apprennent à dialoguer avec les malades pour mieux les soigner
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Universités : consultez aussi...

orientation
Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Pour mettre fin au tirage au sort à l'entrée de l’université... les prérequis sont ils la bonne solution ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Voix Express du Parisien : à votre avis, faut-il instaurer une sélection à l'entrée à l'université ? 5 avis / témoignage... propos recueillis par Margaux Dussaud.

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Forte d’une expérience de plus de 25 ans, Sup de Vente est aujourd’hui...
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...
CFA d'Alembert
Le CFA d'Alembert est l'une des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France qui...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.