En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

Médecine : un jeu vidéo pour former les apprentis médecins

Une maladie non détectée ou un diagnostic erroné ? Un patient perdu ? Pas grave, il suffit de rejouer !

orientation universites Médecine : un jeu vidéo pour former les apprentis médecins Une maladie non détectée ou un diagnostic erroné ? Un patient perdu ? Pas grave, il suffit de rejouer !  apprentis, médecins, jeu vidéo, entrainement, médecine, paces

Le jeu vidéo, baptisé LabForGames, permettra aux étudiants d’apprendre en faisant des erreurs sans conséquences graves. (DR.)

Consultez aussi :

Depuis la rentrée, les étudiants en 4e année à la fac de médecine pourront s'entraîner sur un jeu ultra-réaliste dans lequel quatre pathologies neurologiques ont été mises au point

Une maladie non détectée ou un diagnostic erroné ? Un patient perdu ? Pas grave, il suffit de rejouer ! Les étudiants de la faculté de médecine de l'université Paris-Sud d'Orsay bénéficieront à la rentrée d'un privilège impossible pour des médecins : celui de se tromper sans conséquence grave.

L'établissement a annoncé le lancement à la rentrée d'un jeu vidéo ultra-réaliste, baptisé LabForGames, retranscrivant en pixels des urgences neurologiques. Cet outil pédagogique sera intégré au programme de formation des futurs docteurs en 4e année.

L'université est engagée dans l'activité de simulation médicale depuis 2004. Au départ, il ne s'agissait que de l'achat de mannequins en plastique à charcuter et à palper. En partenariat avec le centre hospitalier du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) et de la société Interaction Healthcare, spécialisée dans ces jeux médicaux sérieux, quatre scénarios de pathologies neurologiques aiguës ont été mis au point. Via son écran, l'étudiant accueille un patient aux urgences. Il peut se déplacer, l'interroger, l'examiner, prescrire des bilans et poser un diagnostic.



Un système en complément du terrain


« Ils peuvent apprendre par l'erreur, c'est une vraie nouveauté en médecine, avance-t-on chez Interaction Healthcare, dont les programmes ont déjà permis la formation de 14 000 professionnels de santé dans le monde. Le jeu fonctionne en temps réel. Si on donne de la morphine en surdose, c'est l'arrêt cardiaque. »

L'objectif est d'améliorer le raisonnement médical des étudiants en augmentant le réalisme du cas clinique. « Ce système ne se substitue pas au terrain. Cela vient en complément », précise-t-on chez Interaction Healthcare.

Un autre projet de jeu vidéo réaliste avec quatre instituts de formation en soins infirmiers, rattachés à l'université, est en cours sur la détection de l'aggravation du cas d'un patient. « L'ensemble des acteurs médicaux, par exemple, les kinés, peuvent être simulés », annonce-t-on chez Interaction Healthcare.

Consultez aussi :

> APB - S'inscrire en médecine ou dans le domaine paramédical sur Admission Post-bac
> Médecine : l'accès en deuxième année s'ouvre à plus d'étudiants

Métiers liés : Docteur / Médecin généraliste, Infirmière / Infirmier, Chirurgien, Infirmier anesthésiste (IADE), Sage-femme, Médecin urgentiste, Infirmier de bloc opératoire,


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
21.09.2015

Retour au dossier Universités
Universités : Médecine : un jeu vidéo pour former les apprentis médecins
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Universités : consultez aussi...

orientation
Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

APB. Tirage au sort en médecine : plus de 800 étudiants en liste d'attente

APB. Tirage au sort en médecine : plus de 800 étudiants en liste d'attente

857 jeunes remplissant toutes les conditions pour entrer en licence de santé ont pourtant été retoqués, après tirage au sort. Face au tollé, le ministère a promis hier de leur trouver une solution

Soigner son orthographe fait aussi progresser en maths

Soigner son orthographe fait aussi progresser en maths

Une étude montre que l'entraînement à la grammaire et à la syntaxe aide à réduire l'échec universitaire.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
IPAG Business School
Située dans l'un des plus beaux quartiers de l'une des plus belles villes du...
EMC - Ecole supérieure des métiers de l'image, du son et du multimédia
Visez l’expérience, Vivez l’alternance. Créée en 1989 par Jean-Paul...
Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Forte d’une expérience de plus de 25 ans, Sup de Vente est aujourd’hui...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.