En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formations

Métiers de l'eau : Le secteur de l'eau offre 5 000 postes par an

Le secteur de l'eau offre de bonnes perspectives d'embauche dans les collectivités locales

A la différence de certains de ses voisins comme l'Espagne, la France ne connaît pas de problème au niveau de la quantité d'eau nécessaire pour alimenter son territoire. Ses efforts, elle les concentre surtout pour améliorer la qualité de celle-ci. Logique, lorsqu'on sait que 40 % des Français utilisent l'eau du robinet comme boisson principale, et que les normes européennes sont de plus en plus pointues. Une exigence qui se traduit en termes d'emploi. Selon le Centre national de formation aux métiers de l'eau, ce secteur emploie 150 000 personnes. Et recrute régulièrement. Cinq mille postes sont ainsi à pourvoir chaque année dans la filière. « Les besoins en main-d'oeuvre sont notamment très importants dans les domaines de la maintenance d'installations, l'ingénierie et l'exploitation », détaille Laurent Tedeschi, directeur de la gestion des carrières chez Suez environnement.

Bonne nouvelle, la palette des métiers du secteur est pour le moins large.
Avant d'arriver jusqu'à nos robinets, l'eau est d'abord traitée par les usines de production d'eau potable, où travaille une batterie d'agents techniques de réseau, de techniciens de traitement ou encore de responsables d'usine. Une fois consommée, l'eau devient l'affaire des personnels de stations d'épuration. Au premier rang de ces salariés : les techniciens de contrôle de réseau d'assainissement et les techniciens du service d'assistance technique à l'exploitation de stations d'épuration (Satese) dont le rôle est de purifier l'eau, avant de la reverser en milieu naturel.

Les employeurs ? Il peut s'agir des collectivités locales, qui ont la propriété de ces infrastructures. Mais aussi d'entreprises, à qui les syndicats intercommunaux ou les municipalités peuvent confier le fonctionnement de ces installations via des contrats d'affermage portant sur plusieurs années. S'il est possible de faire carrière aussi bien dans le public que dans le privé, le secteur de l'eau reste d'ailleurs en premier lieu une affaire de grands groupes. A poste équivalent, les salaires sont généralement plus élevés dans le privé, les grandes multinationales que sont Suez environnement ou Veolia n'hésitant pas à confier des postes à responsabilités à des jeunes diplômés.

Résultat : traditionnellement peu attractifs, les métiers de l'eau ont aujourd'hui la cote. Mais ce n'est pas seulement grâce aux débouchés offerts. « Les gens sont séduits par la noblesse que représentent les métiers de l'environnement. Par exemple, après la catastrophe qui a touché Haïti, nous avons reçu un afflux de candidatures spontanées », remarque Laurent Tedeschi. Même si les hommes occupent encore 75 % des emplois, les femmes y sont de plus en plus nombreuses. Il faut dire que la trajectoire empruntée par Isabelle Kocher, nommée directeur général de la Lyonnaise des eaux en septembre 2009, est un bon exemple.

MARC HERVEZ
Article paru dans l'eco LeParisien du Lundi 29 Mars


Consultez aussi :
- Métiers de l'eau : Des métiers pour tous les profils
- Métiers de l'eau : Quatre sociétés qui embauchent

Métiers liés : Ingénieur, Électromécanicien, Ingénieur électronicien,


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
11.06.2010

Retour au dossier Formations
Formations : Métiers de l'eau : Le secteur de l'eau offre 5 000 postes par an
Imprimer

Formations : consultez aussi...

orientation
International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

En échange universitaire, sur un campus à l’étranger ou en stage en entreprise, les possibilités d’acquérir une expérience multiculturelle sont variées.

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

La formule a trouvé sa place dans les écoles de commerce. Pour les étudiants, c’est avoir un pied dans l’entreprise et pouvoir mettre en application les apprentissages théoriques.

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

L'invité - Rick Levin : ancien président de l’Université Yale et directeur général de Coursera. Faut-il être riche pour entrer dans les meilleures business schools ?

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

Une circulaire parue discrètement fin avril, officialise la méthode de sélection par "tirage au sort" pour l'entrée à l'Université... beaucoup d'étudiants s'en insurgent et une pétition vient d'être lancé pour demander au nouveau gouvernement d'agir.

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

Vous avez jusqu'au 31 mai minuit pour modifier l’ordre de leurs vœux dans le logiciel d’orientation post-bac APB. Un moment stratégique pour les élèves. Les solutions pour s’en sortir.

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

François Hollande avait fixé l’objectif de 500 000 apprentis. Mais en 2016, seuls 405 000 élèves ont signé un contrat leur permettant de suivre une formation tout en travaillant dans leur domaine.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...
Audencia Business School
Audencia Business School : Innovative leaders for a responsible...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.