Le Parisien Etudiant   Imprimer cette page
Microsoft veut inciter les filles à se lancer dans le numérique
Les métiers du numérique, ce n’est pas que pour les garçons.
Les métiers du numérique, ce n’est pas que pour les garçons. Le slogan a couru, toute la journée, dans les couloirs du building ultramoderne de Microsoft à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Le géant des nouvelles technologies accueillait pas moins de 350 collégiennes et quelques lycéennes venues d’établissements classés REP (réseau d’éducation prioritaire) de toute l’Ile-de-France. Les collèges et lycées de Seine-Saint-Denis, cooptés par le club d’entreprises Fondation agir contre l’exclusion, étaient bien représentés.

Des ateliers étaient organisés le matin sur le bon usage des réseaux sociaux et la présentation des métiers du numérique. L’après-midi, les filles ont rencontré les salariées.

Riz-Laime, âgée de 13 ans, scolarisée au collège Pierre-André-Houel de Romainville, est ravie de cette journée découverte. « J’ai appris qu’une photo supprimée par moi restait enregistrée sur le site », dit-elle à la sortie de l’atelier. L’adolescente aimerait devenir ingénieur informatique.

Ce n’est pas le cas de Djouma. « Je ne sais pas ce que je veux faire plus tard. J’ai découvert le numérique et ses débouchées, aujourd’hui, mais je ne suis pas certaine que cela me plaise », ajoute l’ado de 15 ans élève au collège Marcelin-Berthelot de Montreuil.

« C’est un honneur d’être reçue dans une entreprise aussi prestigieuse. J’ai vraiment été surprise d’apprendre que le numérique était aussi ouvert aux femmes. J’ai compris que ce secteur offrait de nombreuses possibilités et que toutes ne demandent pas un passage obligatoire par une grande école. », témoigne de son côté Chérazade, 16 ans, en seconde au lycée Paul-Robert des Lilas.

« C’est une rencontre vraiment intéressante. Par exemple, parmi les personnes qui sont intervenues, beaucoup ont dit ne pas avoir eu un parcours linéaire. Pour certaines même, ça a été assez chaotique. En fait, j’ai compris que le numérique ne creusait pas les inégalités. C’est même tout le contraire. Ils rassemblent les gens », ajoute Kaouthar, 17 ans, en terminale STMG aux Lilas.

Dans la cafétéria du rez-de-chaussée, mardi après-midi, plusieurs salariées du groupe sont installées à des tables et racontent leur parcours aux élèves. Virginie est responsable de marketing audience. C’est elle qui choisit entre autres les pubs pour les différents produits. « J’ai changé trois fois de métier et l’informatique a été le fil conducteur », raconte cette cadre âgée de 38 ans, ingénieure en informatique. Héléna écoute avec attention. L’adolescente parisienne qui veut devenir dessinatrice de Manga — bande dessinée japonaise — envisage de suivre une formation en numérique qui pourrait lui être utile.

Dans une autre salle, une « programme manager » raconte son parcours à une classe. « Je me suis retrouvée dans une école où j’étais la seule fille avec 36 garçons. Ça s’est très bien passé », sourit-elle. Jusqu’à la porte-parole du groupe, ce mercredi, qui est une femme. « Il s’agit de casser les idées préconçues, dire que le numérique ne conduit pas qu’à travailler derrière un écran d’ordinateur. Il s’agit aussi de donner des conseils pour décrocher un stage dans l’entreprise », conclut Roxane Varza.

Des ateliers Wi-Filles pour initier aux métiers de l’informatique


« Nous luttons pour ne pas exclure les filles d’un pan de métier qui est l’avenir », explique Claire Etien, la directrice de la Fondation agir contre l’exclusion (Face) de Seine-Saint-Denis. Face lance ce mercredi avec le fabricant d’ordinateurs Dell la seconde promotion des Wi-Filles. C’est un programme d’initiation intensive aux métiers de l’informatique, destiné aux collégiennes et lycéennes du département de la Seine-Saint-Denis. « Nous proposons des ateliers tous les mercredis et pendant les vacances scolaires pour encourager l’éducation et améliorer l’insertion sociale des jeunes grâce aux technologies de l’information », poursuit Claire Etien.

Pour plus d’informations, consultez le site Internet www.wifilles.org

Marie-Pierre Bologna
Retour au dossier Orientation

Par LE PARISIEN - Le 27.04.2015