En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > écoles

Oraux d'admission : en immersion dans une école de commerce.

Dans la peau d’un juré de concours - lors des oraux, comment un jury évalue la motivation, personnalité, projet des candidats aux écoles de commerce.

Toute une journée, notre journaliste a fait passer l’oral à des étudiants postulant à l’école de commerce de Strasbourg. L’occasion de percer les secrets des meilleurs candidats.

Strasbourg (Bas-Rhin) - De notre envoyée spéciale

Ils ont trimés pendant deux ans après leur bac dans des classes préparatoires pour vivre ce moment : passer (et réussir) les oraux finaux d’admission aux grandes écoles de commerce, qui leur garantiront un diplôme reconnu, et surtout un emploi quasi assuré à la sortie de leur master.
De toute la France, jusqu’à la mi-juillet, des milliers d’admissibles, qui ont réussi la première phase des concours écrits, défilent aux oraux de ces « business schools » de Paris, Bordeaux, Grenoble, Rennes, elles-mêmes en concurrence pour repérer les meilleurs élèves et les garder…

Mais qu’est-ce qui fait un « bon » candidat ?


Que valent ces entretiens de « personnalité », où rien d’autre ne compte que le « savoir-être » des élèves, leur capacité à émouvoir ou surprendre un jury forcément subjectif ? Pour le comprendre, nous nous sommes glissés le temps d’une journée dans les coulisses de l’Ecole de management de Strasbourg, classée dans le top 20 des grandes écoles de commerce, comme membre du jury. Récit.

8h00 - « Be curious, be alive, be cyclette »


Une petite centaine d’admissibles tirés à quatre épingles viennent de s’asseoir dans l’amphi. L’heure de leur oral approche, leur stress s’entendrait presque. Les garçons sont raides dans leur costume. Aux pieds des filles dansent encore quelques étiquettes de prix, oubliées sous la semelle de leurs escarpins tout neufs. Le contraste est saisissant avec les enthousiastes « staffeurs », ces élèves de première année chargés d’organiser l’accueil des admissibles, qui tourbillonnent autour d’eux en tee-shirt rouge, dansant pour détendre l’atmosphère et surtout faire la promotion de leur école. Un an et un concours réussi les séparent. Comme toute marque, l’EM a un slogan — « be distinctive » (soyez singuliers, en français) —, appuyé par un spot de pub où l’on voit des jeunes foncer vers le succès avec une mine radieuse, et ces mots : « be curious », « be alive », « be cyclette », clin d’oeil à la ville de Strasbourg, où le vélo règne en maître. « On va vous parler de l’international dans toutes les écoles, mais ici, vous allez partir une année entière, pas juste un semestre », insiste Marie Pfiffelmann, la directrice des études, avant d’embrayer sur le statut de l’école : publique à 8 500 € l’année et adossée à la faculté, « comme Harvard ». N’en jetez plus !

9h00 - « Si vous avez un bon candidat, mettez 20/20 »


Pour faire passer les entretiens de personnalité à ses 2 629 candidats, l’administration fait appel à ses professeurs mais aussi à des chefs d’entreprise, des enseignants de classes préparatoires et des hôtes extérieurs, des journalistes par exemple. Chaque juré vient gracieusement et signe une charte dans laquelle il s’engage à ne discriminer personne et à respecter les trois valeurs de l’école : éthique, diversité, développement durable. On nous suggère d’interroger les élèves sur ces principes et à ne pas s’appesantir sur leurs connaissances scolaires, « testées par ailleurs pendant les écrits », nous dit-on.
On nous incite à la bienveillance : « remerciez l’étudiant à la fin. Il faut lui donner envie de venir. Si vous avez un bon candidat, mettez 20/20. » Il ne s’agirait pas de laisser partir une perle rare notée trop sévèrement... Aujourd’hui je verrai douze admissibles, quatre filles et huit garçons.

11h00 - « Vous connaissez Nam June Paik ? »


Tous issus de classes préparatoires, les candidats sont rompus à l’exercice des oraux. Même sous pression, ils n’en laissent rien paraître. A Strasbourg, les élèves doivent présenter une passion qui les anime, avec un objet à l’appui, point de départ à un échange de 25 minutes. Frédéric a apporté un camion porte-voitures Majorette, jouet reçu quand il avait 3 ans, à l’origine de son goût immodéré pour l’automobile. Margot, danseuse de hula-hoop, tentera une démonstration avec trois cerceaux entre les tables de la salle de classe.
La palme de l’originalité revient à Kader, le seul à afficher son amour pour… la littérature. Il lit un poème de sa composition, « une épopée inspirée des chants homériens », précise-t-il. Des formules bateau Mais le plus souvent, l’objet fétiche est un maillot : rugby, foot, basket… D’un jeune à l’autre, les métaphores sportives se suivent et se ressemblent, assorties de formules bateau : « le sport apporte de la persévérance », dit l’un, « j’aime me surpasser », affirme un autre. Mon collègue examinateur, consultant à la ville, tente de rompre la monotonie : « Vous connaissez Nam June Paik ? » demande-t-il au jeune Pierre* qui veut voyager en Corée du Sud. Un ange passe. « C’est un grand artiste sud-coréen, je vais vous montrer une oeuvre… » poursuit- il, jovial, en empoignant sa tablette. « Ah oui, c’est joli », se force Pierre devant l’image d’une installation faite d’un assemblage de télévisions.



15h00 - « Je veux lui donner sa chance »


Mon jury de l’après-midi s’est étoffé : nous sommes trois, dont une chef d’entreprise également intervenante dans l’école, et une enseignante de classe prépa venue de la région parisienne. « Si un candidat ne fait pas l’affaire, on met 8/20, l’entre-deux ne sert à rien », conseille la présidente du jury. Nos notes du matin filaient en pente plus douce : 19, 15, 12… Injustice ? « Non, c’est l’exercice qui veut cela : la diversité des jurés fait aussi celle des candidats », argumente le directeur, Herbert Casteran.

Ce candidat un peu maladroit, à la cravate de travers, rafle la mise : 20/20. « Il n’a pas la patine des élèves classiques de classe prépa, mais on voit son envie, sa capacité à écouter, il apprendra vite, s’enthousiasme ma voisine de table. C’est une pépite. » A l’inverse, malgré un CV en or, une étudiante déçoit : elle a le plus grand mal à expliquer son souhait de travailler dans une grande entreprise. « Quel manque de maturité », se désole le jury à l’unisson. Verdict ? 8/20.

« Les candidats ne connaissent rien au monde du travail et ce n’est pas grave, précise la présidente du jury. Mais il faut une envie, un projet. » Ce jeune homme n’en manque pas : sa singularité est si forte qu’elle divise le jury. « Je ne le vois pas du tout dans une école de commerce », plaide l’une des examinatrices. « Mais au contraire, ce serait dommage de se priver d’une telle personnalité ! » contre l’autre. On reprend les barèmes, on jauge et négocie. Il aura 16. Ça passe.

* Tous les prénoms ont été changés.

Christel Brigaudeau

Consultez aussi :

Palmarès des écoles de Commerce du Parisien
Oraux d'admission : un vrai tour de France des écoles
Oraux d'admission : « Être intellectuellement bien fichu ne suffit plus »
Oraux d'écoles - Pour les épreuves orales, misez sur la sincérité
Ecoles - Nos conseils pour réussir les oraux d'admission


Réagir sur le Forum Ecoles

LE PARISIEN
29.06.2016

Retour au dossier écoles
écoles : Oraux d'admission : en immersion dans une école de commerce.
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
Réseaux : dans cette école, 100 % des diplômés trouvent un travail

Réseaux : dans cette école, 100 % des diplômés trouvent un travail

L’accès au marché de l’emploi est difficile, même pour les jeunes diplômés. Un souci que ne rencontrent visiblement pas les étudiants de la filière très haut débit de l’école L’EA (ex-Itedec) dans cet établissement d’Aubergenville

Les bacheliers en immersion à Polytechnique

Les bacheliers en immersion à Polytechnique

Une quarantaine d’adolescents sont accueillis au sein de la prestigieuse école afin de préparer leurs débuts dans le supérieur.

Orientation. Dans quelles écoles s'inscrire après le bac ?

Orientation. Dans quelles écoles s'inscrire après le bac ?

Vos voeux APB n’ont pas été satisfaits ou vous êtes encore hésitant sur vos choix d’orientation pour la rentrée prochaine ? Pas de panique, il n’est pas trop tard : de nombreux établissements accueillent encore les candidats en juillet et au-delà.

Participez au Trophée de la meilleure association étudiante 2017

Participez au Trophée de la meilleure association étudiante 2017

C’est parti ! Le Classement des associations est de retour pour sa 6e édition !

Écoles. La spécialisation, un critère majeur pour bien choisir sa future école

Écoles. La spécialisation, un critère majeur pour bien choisir sa future école

Différentiation. Les grandes écoles développent des expertises dans des domaines précis en plus de la formation généraliste en management qu'elles dispensent.

Écoles. Les nouveautés et initiatives des Grandes Ecoles de Commerce en 2017

Écoles. Les nouveautés et initiatives des Grandes Ecoles de Commerce en 2017

Les grandes écoles de commerce fourmillent d’idées. Voici un florilège des actions qu’elles ont prises durant l’année pour renforcer leur développement, en France et dans le monde.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ESMAE - Ecole des professionnels du recrutement et de l’intérim
Devenez acteurs des métiers du recrutement et de l’intérim. Les fonctions...
Audencia Business School
Audencia Business School : Innovative leaders for a responsible...
EISTI - Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information
L’EISTI est une école d’Ingénieurs en Informatique et en Mathématiques...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.