En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Orientation

Orientation - "Les rêves ont encore leur place, même actuellement"

Julie Mleczko, spécialiste de l'orientation, rédactrice en chef à Studyrama

Julie Mleczko est rédactrice en chef à Studyrama, groupe spécialisé dans l’édition de guides et organisateur de salons, dans lesquels elle donne des conférences.

L’orientation est-elle devenue une source d’angoisse ?


JULIE MLECZKO. Depuis trois ans, c’est net. Cela correspond à la fois au lancement d’Admission post-bac (APB) et à la crise. Les lycéens se font tout un monde d’APB, qui n’est pourtant pas la mer à boire. Oui, il faut désormais réfléchir plus tôt à l’après-bac, mais il faut bien choisir à un moment ce que l’on fera l’année d’après. Le problème, c’est que seulement trois jeunes sur dix ont une vocation ou savent à peu près quels secteurs les intéresseraient. Et je constate que les parents sont de plus en plus présents sur les salons.

Des parents stressés ?


Ils viennent avec leur enfant - dès la classe de seconde ou de première - ou même seuls, soucieux de le pousser vers des filières qui offrent selon eux de bons débouchés. Il est arrivé qu’une mère m’interpelle ainsi : « Ma fille veut faire de l’événementiel. Vous ne pouvez pas lui dire que c’est bouché ? » Eh bien non, je ne lui dis pas. C’est un secteur qui attire du monde, mais, si on est bon, il n’y a pas de raison de ne pas trouver sa place. Orienter de force un enfant vers des études qui ne lui plaisent pas, c’est s’assurer qu’il n’ira pas au bout. Les rêves ont encore leur place, même actuellement. A condition de bien détricoter avec le jeune ce qu’il entend par événementiel, qui ne recouvre pas que les stars et paillettes, mais peut aussi mener vers le métier de… traiteur. Ou de savoir dire à tel autre qu’il vaut mieux oublier de vouloir devenir kiné avec 6 de moyenne en maths.

La crise est donc bien présente dans les esprits ?


Oui. Chez les jeunes, je le sens plus sur le mode « Je ne suis pas pressé de m’intéresser au monde du travail » que « Je vais faire ingénieur parce que c’est un job assuré ». Pour les parents de la classe moyenne, en revanche, le souci est très terre à terre : trouver une formation pas trop chère, pas trop longue et un emploi au bout. Qu’ils se fassent des idées, c’est logique, vu la cascade de nouvelles négatives qu’ils entendent à la télé, sur fond de millions de chômeurs. Quand j’entame une conférence sur les métiers de l’industrie, j’ai intérêt à parler des débouchés tout de suite, parce que pour eux l’industrie se limite à la métallurgie ou à l’automobile, qui vont mal !

Propos recueillis par C.P.

Consultez aussi :
APB - Bien s'orienter pour affronter la crise
APB - Inscriptions post bac : ouverture du site le 20 janvier !
En savoir plus sur le site APB et la procédure d'admission Post Bac

Article publié dans Le Parisien du 7 janvier 2013


Réagir sur le Forum Orientation

Contact
10.01.2013

Retour au dossier Orientation
Orientation : Orientation - "Les rêves ont encore leur place, même actuellement" : Imprimer
Derniers articles "Orientation"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Orientation : consultez aussi...

orientation
Vidéo. La rentrée à la fac : les amphis débordent...

Vidéo. La rentrée à la fac : les amphis débordent...

Amphis bondés, wifi saturé, étudiants au sol : les conséquences de la surpopulation universitaire à la rentrée 2016.

Cergy : au moins 20 % de premières années en plus à l’université

Cergy : au moins 20 % de premières années en plus à l’université

« La fac, c’est vraiment différent de ce qu’on a connu avant ! On découvre les BDE (NDLR : bureaux des étudiants) et tout ce qu’on n’avait pas au lycée. » Comme Dimitri, un habitant de Luzarches de 17 ans, plusieurs milliers de nouveaux étudiants font...

Welcome Refugees. A Sciences-po, les réfugiés ont une deuxième chance

Welcome Refugees. A Sciences-po, les réfugiés ont une deuxième chance

Agés de 20 à 40 ans, une vingtaine de Syriens, Afghans, Bangladais, Kenyans et Irakiens ont rejoint le programme « Welcome Refugees » proposé par la prestigieuse école.

Universités : faute de places, les étudiants ne parviennent pas à s'inscrire

Universités : faute de places, les étudiants ne parviennent pas à s'inscrire

En cette rentrée, les facs accueillent 30 000 étudiants en plus. Faute de place, certains restent sur le carreau, comme Thomas, à Saint-Denis.

Journées du Patrimoine 2016 : les universités et grandes écoles ouvrent leurs portes

Journées du Patrimoine 2016 : les universités et grandes écoles ouvrent leurs portes

Découvrez les campus qui se bougent pour la 33e édition des Journées Européennes du Patrimoine qui permettent de pousser les portes de lieux insolites, souvent inaccessibles ou avec des visites guidées spéciales.

Journées Européennes du Patrimoine 2016 : 5 idées de parcours

Journées Européennes du Patrimoine 2016 : 5 idées de parcours

Les 17 et 18 septembre 2016 les journées du Patrimoine reviennent : préparez votre parcours de visites à l'avance ! 4 idées de parcours thématique vous sont proposé pour vous aider à planifier vos visites...

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CFA d'Alembert
Le CFA d'Alembert est l'une des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France qui...
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...
ISIS - Institut Supérieur de l'Image et du Son
L’institut Supérieur de l’Image et du Son, implanté dans le quartier du...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.