En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. En savoir plus

Accueil > Orientation > Parcoursup

Parcoursup - Les réussites et les ratés en 2018 : mention peut mieux faire

La nouvelle procédure d’admission dans l’enseignement supérieur prend fin ce vendredi. Bilan d’un système qui a suscité de nombreuses controverses.

orientation parcoursup Parcoursup - Les réussites et les ratés en 2018 : mention peut mieux faire La nouvelle procédure d’admission dans l’enseignement supérieur prend fin ce vendredi. Bilan d’un système qui a suscité de nombreuses controverses. bilan parcoursup 2018

Parcoursup a connu une première année loin d’être évidente. Le gouvernement devrait annoncer des ajustements pour l’année prochaine. LP/Guillaume Georges

Consultez aussi :

Le très long feuilleton se terminera à 23h59, ce vendredi. Ouvert le 22 janvier, Parcoursup fermera ses portes. Bâtie sur les ruines de son prédécesseur Admission Post Bac (APB), la nouvelle plateforme a été largement critiquée pour sa gestion des 812 047 jeunes candidats à une place dans l’enseignement supérieur. Mais quel est le bilan de cet outil controversé ? « Le Parisien » - « Aujourd’hui en France » décerne ses notes.

La fin du tirage au sort : 20/20


Un « naufrage », « brutal et inégalitaire ». Pour promouvoir Parcoursup, le gouvernement a multiplié les attaques contre son ancêtre APB et son tirage au sort dans les filières « en tension », soit celles où il y avait plus de postulants que de places. Le phénomène touchait certaines formations de santé, de droit, sport ou psychologie.

« En 2017, le tirage au sort a concerné 66 000 étudiants (moins de 1 % des effectifs), souligne Jérôme Teillard, chargé de Parcoursup au ministère de l’Enseignement supérieur. Là, le logiciel empêche les universités d’utiliser cette possibilité. » Si la rentrée 2018 a été épargnée par ce problème, les opposants à la plateforme dénoncent le remplacement d’une tare par une autre avec la mise en place d’une sélection à l’entrée des facs.

Le choix du lieu d’étude : 10/20


Le ministère l’avait promis : Parcoursup devait faire tomber les frontières sociales et faciliter les passages des élèves d’une académie à l’autre. « On voulait mettre un terme à une forme d’autocensure », met en avant Jérôme Teillard.

À la rentrée, le ministère n’a cessé de mettre en avant un chiffre : 43 % des jeunes de l’académie de Créteil, qui comporte la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et la Seine-et-Marne, sont inscrits dans des formations à Paris contre 26 % en 2017.

De l’autre côté, en Seine-Saint-Denis, on s’est inquiété d’une éventuelle discrimination de ses jeunes, à tel point que le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a annoncé l’ouverture d’une enquête.

Localement, ce principe de mobilité a amené d’autres problèmes. À Malakoff (Hauts-de-Seine), 96 % des étudiants en éco-gestion sont des Parisiens et ont obligé les candidats du cru à s’exiler plus loin ou dans un autre département.

La remise à niveau : 8/20


C’est le fameux « Oui, si », introduit par Parcoursup. Les candidats à une place dans l’enseignement supérieur qui ont accepté une formation assortie de cette mention doivent suivre des cours de remise à niveau en parallèle du cursus classique. Le ministère assure avoir envoyé 135 000 propositions d’accompagnement pour 446 dispositifs. Sur le terrain, la réalité est plus compliquée.

« On n’a pas eu le temps de mettre en place les accompagnements, admet-on à l’université de Lorraine. On les prépare pour la rentrée prochaine. » « Tout n’a pas pu être mené à son terme, glisse Emmanuel Roux, président de l’université de Nîmes (Gard) et en charge de la commission juridique de la Conférence des présidents d’université (CPU). Mais on voit que c’est un point important pour des étudiants. Certains ont préféré venir suivre un accompagnement chez nous plutôt que de partir dans une autre fac qui les acceptait sans renforcement. »

Le calendrier : 2/20


C’est le gros point noir de Parcoursup. Tout au long de l’été, des témoignages d’étudiants stressés par les incertitudes autour de leur avenir sont remontés. Là, des familles qui ont renoncé à leurs vacances pour permettre au petit dernier d’être réactif tous les jours sur la plateforme. Ici, des formations qui se sont désespérées de ne pouvoir organiser leur rentrée, faute de certitude sur le nombre de personnes qui prendront place dans les amphis.

La « faute » aux futurs étudiants qui ont tiré parti de la possibilité laissée par le système de jouer la montre, dans l’attente d’une meilleure proposition, créant des embouteillages et laissant en carafe d’autres jeunes.

LIRE AUSSI > Ce que va changer le gouvernement

Pour les forcer à se décider, le ministère a autorisé les classes préparatoires, les IUT et les BTS à avancer la date limite des inscriptions d’une semaine. « On a eu des retours sur le problème du calendrier, concède Jérôme Teillard. On a conscience que cette réforme a été menée rapidement, on travaille à améliorer cet aspect. »

L’orientation des étudiants : 13/20


La philosophie de Parcoursup ? Ne pas bloquer l’orientation des étudiants en les cantonnant à des vœux faits en début d’année. « On a de nombreux retours de jeunes qui sont satisfaits de pouvoir changer d’avis en été, quand ils ont une idée plus précise de ce qu’ils veulent faire », souligne-t-on au ministère de l’Enseignement supérieur.

Certes, Parcoursup restreint moins les possibilités des étudiants qu’APB, dont la hiérarchisation des vœux était jugée contraignante. Mais les naufragés du système restent les mêmes. Plus des trois quarts des 3 000 bacheliers sans solution le 5 septembre provenaient des filières technologiques ou professionnelles.

Au final, 583 000 étudiants ont accepté une proposition début septembre contre 540 000 l’an dernier à la même époque. Mais les contempteurs de la plateforme mettent en avant les 40 000 candidats considérés comme « inactifs » le 5 septembre.


Faute d’avoir donné signe de vie, ces candidats n’ont pas été classés parmi les jeunes en recherche d’une formation. Les laissés-pour-compte du système ? Dans la majorité des cas, le ministère y voit des postulants qui ont choisi une autre voie et ont oublié de l’indiquer.

Moyenne générale : 10,6


Un résultat perfectible, sans être honteux.

Consultez aussi > Parcoursup : les bons et les mauvais points de deux étudiants


Réagir sur le Forum Parcoursup (Post bac)
Le Parisien

Le Parisien
21.09.2018

Retour au dossier Parcoursup
Parcoursup : Parcoursup - Les réussites et les ratés en 2018 : mention peut mieux faire
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Parcoursup : consultez aussi...

Parcoursup : les bons et les mauvais points de deux étudiants

Parcoursup : les bons et les mauvais points de deux étudiants

Juliette a été admise en double licence. Kelyan, lui, a eu une offre en classe prépa. Si la première est satisfaite de la plateforme, le second en est déçu.

Parcoursup : pourquoi les bacs pro sont encore les grands perdants

Parcoursup : pourquoi les bacs pro sont encore les grands perdants

Comme avec son prédécesseur APB, la majorité des recalés de la plateforme viennent des voies professionnelles et technologiques.

Parcoursup : les recours possibles pour les étudiants sans affectation

Parcoursup : les recours possibles pour les étudiants sans affectation

Des solutions s’offrent aux étudiants sans affectation. Phase complémentaire, aide du recteur, recours en justice...

Inscription en septembre - Où s'inscrire à la rentrée ?

Inscription en septembre - Où s'inscrire à la rentrée ?

Les vacances sont bientôt terminées... il n'est pas trop tard pour choisir votre établissement et s'inscrire ou même changer d'avis et se réorienter ! Fac, écoles spécialisées... les pistes pour trouver votre formation à la rentrée de septembre.

Parcoursup : pourquoi c'est encore loin d’être terminé

Parcoursup : pourquoi c'est encore loin d’être terminé

Si la phase principale du logiciel d’affectation des étudiants dans le supérieur s’achève ce mercredi, la phase complémentaire doit permettre de trouver une formation à tous les candidats.

Parcoursup : en septembre les étudiants doivent répondre dans la journée

Parcoursup : en septembre les étudiants doivent répondre dans la journée

Depuis lundi, les bacheliers en attente sont sommés d’accepter ou de refuser une proposition dans la journée.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CAMPUS IGS ALTERNANCE
Depuis plus de 20 ans, le Campus IGS Alternance forme les étudiants par des...
CFA IGS
Le CFA IGS est un centre de formation en apprentissage situé à Paris qui...
Atelier Prép'art
Le projet de Prép’Art est de délivrer un enseignement culturel et...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements