En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formations

Post Bac - L'alternance : une valeur en hausse

Après le Bac les formations en alternance ont le vent en poupe

Le principe : alterner périodes de formation académique et périodes en entreprise. L’occasion de se former gratuitement et en étant rémunéré. Et, surtout, d’acquérir une expérience professionnelle unique : en alternance, on détient le statut de salarié, et non plus d’étudiant ! Avec, à la clé, une insertion professionnelle plus rapide. Il existe deux façons de pratiquer l’alternance.

Le contrat d’apprentissage : il s’adresse aux 16-25 ans, auxquels il accorde une rémunération de 25 à 78 % du SMIC, selon l’âge et le niveau d’études. La formation, d’une durée de 400 à 750 heures par an, est assurée dans le cadre d’un centre de formation d’apprenti (CFA). La durée du contrat (en entreprise publique ou privée, mais toujours sous la responsabilité d’un « maître d’apprentissage ») varie de un à trois ans.

Le contrat de professionnalisation : C’est aussi un contrat de travail, CDI ou CDD de six à douze mois (24 mois dans certains cas), généralement proposé aux 16-25 ans également et cantonné au secteur privé. La formation en organisme y occupe 15 à 25 % de la durée du contrat, avec une rémunération de 55 à 80 % du SMIC. Un tuteur peut accompagner le jeune tout au long de son contrat.



DANS LES FILIÈRES COURTES
En BTS : le BTS est l’une des filières traditionnelles de l’alternance. La moitié de sa grosse centaine de spécialités est accessible par cette voie, le plus souvent au travers du contrat de professionnalisation. Parmi les plus représentées, les formations commerciales telles que les BTS Management des unités commerciales ou Assistant de gestion PME-PMI.
En DUT : la quasi-totalité des 25 spécialités de DUT est accessible en alternance, la plupart du temps en contrat d’apprentissage. La palme revient aux DUT Techniques de commercialisation (40 % des apprentis), Gestion des entreprises et des administrations, Génie électrique et informatique industrielle, et Génie des télécommunications et réseaux.



DANS LES FILIÈRES LONGUES
À l’université : à l’exception des licences classiques et des masters recherche, toutes les formations universitaires peuvent être préparées en alternance. Avec plus de 330 mentions sur 1400 par cette voie, les licences professionnelles y tiennent le haut du pavé, par le biais du contrat d’apprentissage, particulièrement dans le secteur tertiaire : banque, ressources humaines, hôtellerie, marketing... On compte aussi plus de 200 masters pros accessibles en alternance, dans tous les domaines d’enseignement. La plus répandue étant la filière MIAGE (Méthodes informatiques appliquées à la gestion). Certains proposant l’alternance sur les deux années de master, d’autres seulement sur la seconde.
À Sciences Po Paris : la référence de la formation en sciences politiques proposera, à partir de la rentrée prochaine, cinq programmes de Master 2 en apprentissage (en journalisme, communication, gestion des ressources humaines, marketing et études et affaires publiques).



DANS LES ÉCOLES SPÉCIALISÉES
SupRH, une école qui forme aux ressources humaines, propose deux formations à bac+3/4 et bac+5 en cursus alterné CFA/entreprise. Dans l’immobilier, l’ESPI (École supérieure des professions immobilières) délivre une première année de master en alternance. Quant à l’ISIPCA, qui prépare à des métiers dans l'industrie du parfum, de la cosmétique et de l'aromatique alimentaire, elle prépare à un Master Pro en Sciences et technologies des industries de la parfumerie, de la cosmétique et des arômes alimentaires, en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation.



EN GRANDES ÉCOLES
En écoles d’ingénieurs : sur les 250 écoles d'ingénieurs, un nombre croissant se tourne vers l’alternance, soit à partir du 2ème cycle, soit sur l’ensemble du cursus. Les 75 formations d'ingénieurs en partenariat (FIP) proposent une formation en alternance (sous contrat d’apprentissage notamment), dans toutes les spécialités de l’ingénierie. Public visé : des étudiants titulaires d'un Bac+2, pour des cursus de trois à cinq ans. Par ailleurs, de plus en plus d’écoles d’ingénieurs « traditionnelles » se convertissent à l’apprentissage, qu’elles soient accessibles après le bac pour cinq ans d’études, comme l’ESA Angers ou l’ESCOM Cergy-Pontoise ou qu’elles recrutent au niveau bac+2, à l’instar de l’ITECH Lyon. Absents remarqués de cette évolution : les écoles les plus prestigieuses (Polytechnique, Les Mines, Centrale...).
En écoles de commerce on retrouve l’alternance dans la plupart des écoles de commerce post-bac, comme le Pôle Paris Alternance, ou l’ESM-A de Marne-la-Vallée, qui forment exclusivement par cette voie jusqu’au bac+5. Les écoles recrutant après un Bac+2 ou un Bac+3, à l’instar de l’ISEAM, l’INSEEC ou encore l’ESA 3, ne sont pas en reste. Une possibilité que l’on retrouve généralement au niveau de la 2ème et/ou de la 3ème année (soit aux niveaux Master, MSc et MBA) dans les plus grandes écoles de management, recrutant après une prépa (Essec, Edhec, ESCP Europe, de nombreuses ESC...).



Focus sur les certificats de qualification professionnelle : une voie directe vers l’emploi
Les certificats de qualification professionnelle (CQP) sont des titres destinés à acquérir une qualification professionnelle. À la différence des diplômes nationaux, ils ne sont reconnus que par une branche professionnelle. Pour un jeune qui ne souhaiterait pas poursuivre un cycle d’études supérieur, les CQP peuvent être une opportunité de faire reconnaître ses compétences et d’acquérir une qualification correspondante à un métier donné. Avec d’importantes perspectives d’embauche à la clé, les entreprises pérennisant souvent l’emploi des personnes qu’elles ont formées… On dénombre plus de 400 CQP, dans une soixantaine de branches d’activités différentes : distribution, production, maintenance, agriculture, automobile, immobilier, industries hôtelière, alimentaire ou encore pharmaceutique... À noter que les 110 CQP inscrits au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles) sont également exploitables auprès d’entreprises de branches différentes. Les CQP peuvent être préparés en formation initiale, en contrat de professionnalisation le plus souvent, et d’apprentissage si le titre est inscrit au RNCP. Il s’agit donc, dans tous les cas, d’une formation prise en charge par l’entreprise et rémunérée. Ils sont également accessibles une fois dans l’entreprise, par le biais de la formation continue, si l’on souhaite se spécialiser.
Plus d’infos : www.cncp.gouv.fr
Vous pouvez aussi contacter l’OPCA (organisme paritaire collecteur agréé) de la branche professionnelle qui vous intéresse.



Catherine Piraud-Rouet


Dossier spécial "Après le Bac", Le Parisien - supplément éco, en date du 28 juin 2010.


Dossier spécial BAC : Après le BAC
ORIENTATION POST-BAC : tous les choix à la loupe
» Le Bac : un sésame pour les études supérieures
» Le Bac en poche, il est encore temps de choisir son orientation !
» Orientation Post-Bac : un éventail de choix
» Entrer directement dans la vie active après le Bac
» L'alternance : une valeur en hausse
» Post-Bac : choisir son style / rythme d'études supérieures
» Que faire sans le bac ?


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
26.07.2010

Retour au dossier Formations
Formations : Post Bac - L'alternance : une valeur en hausse
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Formations : consultez aussi...

orientation
International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

En échange universitaire, sur un campus à l’étranger ou en stage en entreprise, les possibilités d’acquérir une expérience multiculturelle sont variées.

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

La formule a trouvé sa place dans les écoles de commerce. Pour les étudiants, c’est avoir un pied dans l’entreprise et pouvoir mettre en application les apprentissages théoriques.

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

L'invité - Rick Levin : ancien président de l’Université Yale et directeur général de Coursera. Faut-il être riche pour entrer dans les meilleures business schools ?

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

Une circulaire parue discrètement fin avril, officialise la méthode de sélection par "tirage au sort" pour l'entrée à l'Université... beaucoup d'étudiants s'en insurgent et une pétition vient d'être lancé pour demander au nouveau gouvernement d'agir.

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

Vous avez jusqu'au 31 mai minuit pour modifier l’ordre de leurs vœux dans le logiciel d’orientation post-bac APB. Un moment stratégique pour les élèves. Les solutions pour s’en sortir.

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

François Hollande avait fixé l’objectif de 500 000 apprentis. Mais en 2016, seuls 405 000 élèves ont signé un contrat leur permettant de suivre une formation tout en travaillant dans leur domaine.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...
Atelier Prép'art
Le projet de Prép’Art est de délivrer un enseignement culturel et...
CIFACOM - L'école du graphisme, du multimédia et de l'audiovisuel
Passionné par le graphisme, le multimédia ou l'audiovisuel ? Une de nos...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.