OrientationEcolesBachelor

Pourquoi opter pour un bachelor ?

Les principaux atouts des bachelors ? La forte professionnalisation, grâce à de multiples expériences de terrain, et l’ouverture internationale.

Après avoir privilégié les formations de master, de niveau bac+5, les écoles de commerce proposent de plus en plus de diplômes bac+3. Leurs principaux atouts ? La forte professionnalisation, grâce à de multiples expériences de terrain, et l’ouverture internationale.

Séminaires de découverte des métiers et des secteurs d’activité, stages, missions professionnelles pour les entreprises… La pédagogie de l’Ipac Bachelor Factory privilégie, dès la première année, une interaction étroite avec le monde économique. Un positionnement qui n’est pas l’exception mais bel et bien la règle. Le Bachelor INSEEC propose ainsi de multiples stages tout au long du parcours, avec en première année un mois dédié à la découverte de la relation commerciale puis deux à quatre mois d’immersion en entreprise. La professionnalisation poursuit sa montée en puissance, avec un stage de six mois en fin d’études ou un parcours en alternance en dernière année. « Le programme des bachelors est aussi professionnalisant que celui des masters, estime Claire Souvigné, directrice de l’INSEEC Bachelor. Il prépare les jeunes à un métier en trois ans. »

Former des cadres intermédiaires


Le commerce ou le marketing nécessitent en effet des profils bachelor, pour des fonctions moins élevées que celles accessibles via un master. Comme l’explique Arnaud Poitou, responsable du groupe de travail “formations courtes” à la Conférence des grandes écoles (CGE), « le premier objectif de ces programmes est de répondre aux besoins de cadres intermédiaires des entreprises, que l’enseignement supérieur ne réussit pas encore à combler ». La CGE réfléchit également à la formule des bachelors en quatre ans, encore peu répandue dans les écoles françaises (lire page I). « Ces formations, en langue anglaise, permettraient d’attirer les meilleurs profils internationaux », indique Arnaud Poitou.

Cap sur l’étranger


La dimension internationale est également très marquée dans les bachelors en trois ans. De nombreux programmes font de cette dimension une priorité, comme le bachelor International business de PPA (Pôle Paris Alternance), anglophone à plus de 80 % durant la troisième année, ou l’International bachelor programme in management de Rennes School of Business, qui prévoit un semestre d’études à l’étranger. « Les étudiants passent six mois dans nos universités partenaires et effectuent un stage de même durée hors de nos frontières », illustre pour sa part Jérôme Caby, directeur de l’ESCE, une école orientée depuis ses origines sur le commerce international.

Cette immersion apporte aux étudiants l’ouverture sur le monde indispensable à leur future carrière. Ce qui ne signifie pas nécessairement une vie professionnelle à l’étranger, mais avant tout une compréhension de l’environnement économique globalisé, essentielle à de nombreuses entreprises basées en France.

Les programmes de bachelor mettent aussi l’accent sur l’accompagnement vers l’insertion professionnelle. « C’est un élément que nous avons beaucoup renforcé, expose Khaireddine Mouakhar, directeur du bachelor Management international de l’EM Normandie. Le parcours carrière les aide dans la rédaction du CV et des lettres de motivation, la maîtrise de leur identité numérique sur les réseaux sociaux, etc. »

En dehors de l’ancienneté de l’école et de la force du réseau d’anciens, ou des labels qui reconnaissent la qualité des programmes (voir l’encadré “Bon à savoir” page C), Guy Gascoin, directeur de l’EAC (École atlantique de commerce), identifie ces mêmes critères qui doivent guider le choix des candidats :« La proximité avec les entreprises, l’ouverture internationale et l’accompagnement dans la construction du projet professionnel ».

G.M.

« Un bachelor hybride, entre business et technique »


L’ICD International Business School et l’école d’ingénieurs EPF ont mis en place le bachelor Tech sales management, associant business et ingénierie. Tawhid Chtioui, directeur de l’ICD International Business School, nous explique les spécificités de ce cursus en quatre ans.

Pourquoi avoir développé ce bachelor hybride avec une école d’ingénieurs ?
Nous faisons le constat d’un besoin, sur le marché du travail, de management commercial de produits complexes. Notre programme propose ainsi une hybridation entre compétences techniques et commerciales dès le début de notre formation. Notre rôle est de répondre aux besoins économiques des start-ups et PME dans leur développement et leur quête de marchés à l’étranger dans des domaines comme l’informatique, l’équipement scientifique et industriel ou la santé, qui nécessitent une expertise technique forte.

Qu’apporte cette hybridation aux étudiants ?
Tout d’abord des compétences techniques et technologiques adaptées au business development. Mais en plus des cours de commerce et de marketing, ce bachelor vise à apporter des compétences professionnelles et personnelles aux élèves, afin de leur donner une dimension internationale et leur permettre de comprendre les enjeux de l’économie internationale, la communication, la négociation, etc.

Pourquoi mettre en place ce bachelor sur quatre ans ?
Afin que les élèves acquièrent cette double compétence technique et de commerce international. Entre le semestre à l’étranger en deuxième année, leur spécialisation dans un secteur particulier en troisième année et l’alternance en fin de cursus, il est indispensable de construire cette formation sur quatre ans.

Un bachelor en quatre ans est-il un plus sur le marché du travail ?
Ce sont des bachelors aux objectifs différents : les bachelors en trois ans amènent les élèves vers des fonctions plus opérationnelles. Notre programme en quatre ans permet d’apporter une dimension plus managériale et stratégique, tout en gardant la perspective internationale propre aux bachelors.

Propos recueillis par N.G.


Dossier spécial Bachelor : comment faire son choix de formation ?


> Palmarès des bachelors : le classement 2016. Une forte concurrence.
> Les nouveaux programmes : 4 exemples de bachelors récemment créés
> Quels concours pour quels bachelors
> Pourquoi opter pour un bachelor ?
> Emploi. Une insertion au top pour les diplômés d'un bachelor
> Bachelor : Un an dans une université étrangère
> Bachelors. Les atouts des filières spécialisées
> Dans l’ADN des bachelors en quatre ans
> Bachelor : « Je souhaitais partir rapidement à l’étranger et avoir des expériences professionnelles. »

Retour au dossier Bachelor
Bachelor : Pourquoi opter pour un bachelor ?
Imprimer

Commentaires / Réactions

Bachelor : consultez aussi...

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2020

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2020

Le classement 2020 des programmes Bachelors des écoles de commerce / management par Le Parisien Etudiant. Fondé sur des critères simples et clairs, il apporte un éclairage supplémentaire pour choisir sa future formation.

Bachelor : le nouveau standard bac +3. Notre dossier et palmarès des meilleures formations

Bachelor : le nouveau standard bac +3. Notre dossier et palmarès des meilleures formations

Dossier spécial "Bachelors" ce mardi 10 mars avec Le Parisien Etudiant : disponible en kiosque et sur notre site.

Bachelors. Les écoles d'ingénieurs s'ouvrent elles aussi aux diplômes en 3 ans

Bachelors. Les écoles d'ingénieurs s'ouvrent elles aussi aux diplômes en 3 ans

Elles ont tardé à franchir le pas mais le mouvement est bien lancé. Les filières techniques s’ouvrent largement aux diplômes en trois ans

Reconnaissance du Bachelor : vers le grade de licence

Reconnaissance du Bachelor : vers le grade de licence

C’est fait. Les bachelors pourront bientôt obtenir la même reconnaissance qu’un bac +3 à l’université. Quels changements pour les étudiants ?

Etudes ou emploi ? Quelle suite après mon bachelor...

Etudes ou emploi ? Quelle suite après mon bachelor...

Poursuivre ses études au-delà des 3 ans reste l’option la plus suivie par les diplômés. Mais ils ont toutes leurs chances s’ils veulent intégrer une entreprise.

Un bachelor du troisième type mélant techno, langues et management

Un bachelor du troisième type mélant techno, langues et management

À la rentrée 2020, un nouveau double diplôme sera proposé aux étudiants de l’ISIT (langues-management interculturel) et l’EFREI (ingénieurs) désireux de suivre une formation combinant techno et expertises dans les langues

Ecoles à la Une

Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Présentation de l'école "Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la...
Coding Factory by ITESCIA, l'école qui bouscule le Code
La Coding Factory : l’école qui bouscule le Code Découvrez nos formations...
EMC - Ecole supérieure des Métiers de l'Image, du son et de la création 2D.3D
• L'EMC est spécialisée dans les formations artistiques en alternance et...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.