En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. En savoir plus

Accueil > Jobs / Stages > Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment...

Jobs/Stages

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Le premier emploi, c'est pas la joie. Selon une étude, les jeunes Français jugent l’accès à la vie pro difficile et que l’école les prépare mal.

Quel chemin entre la maternelle et le premier emploi !

Signer son premier CDD ou CDI est l’aboutissement d’un long parcours pavé d’obstacles. Qu’ils soient diplômés ou non, qu’ils aient en tête le métier de leurs rêves ou aucune idée de ce qu’ils veulent faire, c’est la douche froide. Ceux qui ont franchi l’étape estiment à 51 % que c’était un passage difficile, selon la première édition d’une enquête de l’Observatoire du premier emploi réalisée par OpinionWay que nous publions en exclusivité. Et, chez ceux qui font toujours leurs études ou qui recherchent un premier emploi, l’appréhension est à son comble : 70 % s’attendent à se retrouver dans la galère.

Les jeunes livrés à eux-mêmes.


Cette vision du premier emploi comme un obstacle difficile à franchir est particulièrement aiguë chez les moins de 25 ans (58 %) et ceux qui ont un niveau inférieur au bac (59 %). Au banc des accusés ? Plus des deux tiers (68 %) pointent, quel que soit le niveau d’études, des formations scolaires qui préparent mal au marché du travail. Quant à Pôle emploi ? La quasi-totalité des jeunes n’en attendent aucune aide puisqu’ils ne sont que 5 % à avoir trouvé un travail grâce à ses services.
Et, contrairement à une idée reçue, les réseaux sociaux ne leur sont d’aucun secours, qu’ils soient professionnels (3 %) ou personnels (2 %). Les candidatures spontanées (23 %), les petites annonces (16 %) et le réseau des connaissances (14 %) restent le meilleur moyen de mettre le pied à l’étrier.

Un premier emploi qu’on s’empresse de quitter.


Un changement s’est opéré depuis la fin des années 1990, avec la multiplication des CDD, de l’intérim et des contrats courts. En France, on décroche un premier boulot en moyenne à 20 ans. Et on n’y fait pas de vieux os : 1 jeune sur 2 (48 %) reste moins d’un an, souvent volontairement, puisque 58 % des jeunes partent d’eux-mêmes. De plus en plus d’entre eux préfèrent démissionner, renoncer au confort d’un CDI et d’un revenu stable. Les sociologues les ont baptisés la génération zapping, qui a fait sienne le donnant-donnant…


Témoignage

« On choisit un parcours sans connaître la réalité du métier »


David, entré dans une agence de communication

A 23 ans, David Foua commence tout juste à savoir ce qu’il fera quand il sera grand. « J’ai un profil atypique », reconnaît le jeune homme, qui vient de signer son contrat de community manager en alternance dans une agence parisienne de communication. Arrivé en France du Gabon en cours de 3 e, David n’a aucune idée de ce qu’il veut faire. Au lycée, il choisit la filière STI (sciences et technologies de l’industrie) sur les conseils de sa professeur principale, « car j’étais bon en maths, mais sans penser aux débouchés ». Or, en 1 re, il réalise que l’électronique n’est pas son avenir. Bachelier, il rate un concours d’interprétariat et s’inscrit en maths informatique et application à l’université, sans conviction.

Puis un ami qui travaille dans la banque lui donne l’envie d’entrer dans ce secteur. David s’inscrit en BTS banque. « Le problème, c’est qu’on choisit un parcours sans connaître la réalité du métier. » Il s’accroche, « pour au moins avoir un bac + 2 » puis réalise qu’il peut allier son profil créatif — il compose de la musique gospel et du hip-hop — et son goût de la communication. « En classe, on parlait de la digitalisation des banques. Et, avec la musique j’étais déjà sur les réseaux sociaux. » C’est un milieu dans lequel il n’a cependant aucune relation. Grâce à la start-up My Job Glasses*, qui met les jeunes en contact avec des professionnels, David rencontre Mickaël, chef de projet digital. « Il m’a expliqué les enjeux de son métier… Et m’a donné des conseils pour mon CV. » Cette rencontre lui ouvre des pistes. Mieux informé, David trouve une formation de chef de projet digital et un contrat d’apprentissage, grâce à Mickaël. « Il m’avait dit : Reviens me voir quand ton projet sera mûr. »

* My Job Glasses est à l’origine de l’Observatoire du premier emploi.


Catherine Gasté, Coralie Garandeau


Réagir sur le Forum Job étudiant / stage / emploi
Le Parisien

Le Parisien
13.03.2017

Retour au dossier Stages/jobs
Stages/jobs : Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Stages/jobs : consultez aussi...

Entreprenariat : 80 étudiants passent la nuit à innover

Entreprenariat : 80 étudiants passent la nuit à innover

Résultat du concours « Une nuit pour entreprendre » de l'École nationale des Ponts et chaussées (ENPC) à Champs-sur-Marne

Offres d'emplois et stages : les sites de petites annonces

Offres d'emplois et stages : les sites de petites annonces

Difficile de se retrouver dans la jungle des sites Internet et de cliquer enfin sur le lien utile. Dans cette rubrique, cliquez en connaisseurs...

Le journaliste pigiste : quel statut, quels droits ?

Le journaliste pigiste : quel statut, quels droits ?

Le pigiste est un journaliste salarié payé à la tâche. Un mode de paiement particulier qui se distingue du salaire mensualisé, qu’il faut bien connaître pour faire respecter ses droits.

Travailler dans le numérique : la motivation comme unique qualification

Travailler dans le numérique : la motivation comme unique qualification

Changement de filière, reconversion professionnelle : le numérique recrute des profils de divers horizons. Et vous l’intéressez sûrement.

Le marché du Digital explose : le besoin en recrutement aussi

Le marché du Digital explose : le besoin en recrutement aussi

Le déploiement du Web met les entreprises au pied du mur. Pour être performantes, il leur faut intégrer des talents numériques. Et beaucoup.

Travailler pour une start-up, est-ce vraiment différent ?

Travailler pour une start-up, est-ce vraiment différent ?

Caricaturé pour sa liberté d’organisation, le travail dans le digital n’en est pas moins exigeant. Et suppose un engagement total, hiérarchie ou pas.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...
EMC - Ecole supérieure des Métiers de l'Image, du son et de la création 2D.3D
• L'EMC est spécialisée dans les formations artistiques en alternance et...
L'Ecole Multimedia
Les métiers du multimédia / digital sont au cœur des formations de L'École...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements