OrientationMieux-travaillerArgent / Prêt

Prêts étudiants : faites jouer la concurrence

Crédit étudiant pour vos études : comparez les offres !

Pour s'équiper ou financer ses études, les étudiants peuvent avoir recours au crédit. Conscientes que c'est un moyen de capter une nouvelle clientèle, les banques multiplient leurs offres. A détailler avant de signer.

ACHETER un ordinateur, aménager un premier logement, financer ses études... de nombreux frais souvent difficiles à assumer (surtout à la rentrée). Selon l'Unef, premier syndicat étudiant, le coût de la rentrée 2009 varie de 613 euros à 2 225 euros selon le cursus. Cela comprend, notamment, le prix de l'inscription à l'université (171 euros en licence, 231 euros en master et 350 euros en doctorat), auquel s'ajoute la cotisation à la Sécurité sociale de 198 euros. Rien à voir toutefois avec le coût de la scolarité dans une grande école de commerce ou d'ingénieur.

A titre d'exemple, la première année de cycle master (M1) à HEC s'élève à 12 600 euros. A Centrale Paris, les frais de scolarité flirtent avec les 14 000 euros mais ne sont que de 6 800 euros à Sup de Co La Rochelle.
Devant de tels coûts, la Fage, deuxième syndicat étudiant, dénonce le manque d'aides notamment pour les classes moyennes, qui ne peuvent pas bénéficier d'une bourse. D'après leurs calculs, le coût réel pour des étudiants non boursiers qui doivent en plus se loger « frôle les 14 000 euros par an ». De tels besoins ouvrent des perspectives aux banques.

Offres promotionnelles des banques
Que ce soit pour s'équiper ou financer des études, les prêts aux étudiants couvrent donc tous les cas de figure. Et les établissements bancaires rivalisent d'offres promotionnelles pour attirer à elles les jeunes même si emprunter lorsqu'on est étudiant ne fait pas partie de la culture française, contrairement aux pays anglo-saxons. « Ici, en cas de difficultés financières, les élèves préfèrent renoncer aux études ou prendre un job d'appoint plutôt que de contracter un prêt et arriver endettés dans la vie active », commente Karl Stoeckel, responsable de l'aide sociale au bureau national de l'Unef.

Pour ceux qui décident de s'endetter, décrocher un prêt est loin d'être une simple formalité. Tout simplement parce que les banques prêtent davantage aux étudiants de grandes écoles plutôt qu'à ceux de fac de sciences humaines par exemple. Mieux vaut aussi avoir un job d'appoint pour démontrer sa motivation ou encore posséder de riches garants... Autre passage obligé, l'emprunteur doit parfois s'attendre à devoir ouvrir un compte-courant dans l'établissement bancaire sollicité. La raison invoquée par ce dernier est souvent de faciliter les prélèvements mensuels pour le remboursement. En réalité, il rend captif l'étudiant qui devient automatiquement client. La fidélisation est tellement importante pour les banquiers que certains comme à la Société générale ou chez BNP Paribas, ont même créé une carotte supplémentaire : un prêt de 1 000 euros à taux zéro. Tous types de prêts confondus, la BNP dit avoir soutenu plus de 50 000 jeunes l'année dernière en leur accordant pour 657,4 millions d'euros de prêts, soit une hausse de 25,5 % des encours par rapport à juin 2008. « Nous voulons avoir une image positive auprès d'eux », confirme Vincent Mallot, responsable du marché des jeunes chez BNP Paribas. Le message est passé.

Recap des offres des grandes banques en septembre 2009

Avantage aux élèves des grandes écoles
Il y a les écoles et les grandes écoles. Depuis plusieurs années, les banques accordent des prêts à des taux préférentiels aux étudiants de ces dernières et à ceux des classes préparatoires, essentiellement de commerce ou d'ingénieur. La Société générale a ainsi conclu plus de 650 partenariats avec des établissements, et offre, en cadeau de bienvenue, la gratuité des frais bancaires la première année ou une prime de 30 euros versée sur le compte épargne. La BNP Paribas a, de son côté, conclu plus de 1 000 accords avec des écoles et universités.

Et tout est fait pour fidéliser ces futurs bons clients dont la capacité de remboursement est assurée. Des avantages que Karl Stoeckel, responsable des aides sociales au bureau national de l'Unef, juge « discriminatoires ». « On prête davantage à un étudiant inscrit dans une école d'ingénieur plutôt qu'en première année de sociologie », se désole-t-il. Signe des temps, la Bred a ouvert une agence en plein Paris destinée spécifiquement aux étudiants des grandes écoles.

La banque propose des prêts à des taux variant entre 2,40 % et 2,90 % selon les établissements. Mais il y a toujours possibilité de négocier en contactant notamment la banque de la personne qui se porte caution. Si cette personne est un bon client, son banquier aura tout intérêt à faire la meilleure offre possible. D'autres banques comme le CIC ont au contraire fait le choix du prêt unique. Elles en accordent sans distinction du niveau des études entreprises. Mais dans les faits, un étudiant d'une grande école aura toujours plus de chance de voir son dossier accepté.

DOSSIER RÉALISÉ PAR MAXIME GOLDBAUM

Dossier publié dans Le Parisien Economie du 14 septembre 2009

Retour au dossier Argent / Prêt
Argent / Prêt : Prêts étudiants : faites jouer la concurrence
Imprimer

Commentaires / Réactions

Argent / Prêt : consultez aussi...

Rentrée 2020 : après 6 mois loin des amphis, Pierre a hâte de retrouver la vie étudiante

Rentrée 2020 : après 6 mois loin des amphis, Pierre a hâte de retrouver la vie étudiante

Pierre, 21 ans, entre en deuxième année de licence maths-informatique à l’université de Strasbourg. S’il est heureux de retourner à la fac, son budget serré ne lui permettra pas d’acheter des masques chirurgicaux.

Une rentrée étudiante plus chère de 76 euros et des jeunes plus pauvres, selon la Fage

Une rentrée étudiante plus chère de 76 euros et des jeunes plus pauvres, selon la Fage

Le 18e baromètre de la première fédération étudiante, que nous dévoilons, évalue le coût moyen de la rentrée 2020 à 2361 euros pour les jeunes inscrits dans l’enseignement supérieur.

Prêt étudiant : l'essentiel à savoir avant de souscrire

Prêt étudiant : l'essentiel à savoir avant de souscrire

Pour financer vos études, il est souvent nécessaire de souscrire un crédit étudiant. Mais attention ! Il s’agit d’un prêt bien particulier qui peut finir par coûter cher. Suivez le guide.

Lettre pour une demande de suspension de prélèvement automatique

Lettre pour une demande de suspension de prélèvement automatique

Vous souhaitez suspendre le prélèvement automatique d'un créancier ? Avisez votre banque en lui envoyant ce modèle de lettre adapté.

Resto U : des repas à un euro pour les étudiants boursiers

Resto U : des repas à un euro pour les étudiants boursiers

Castex annonce des repas à un euro, contre 3,30 euros actuellement, pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires

Lettre pour une demande d'aide sociale

Lettre pour une demande d'aide sociale

Pour prétendre aux différentes prestations sociales, il faut remplir plusieurs conditions. Toute personne à faible ressource accède à l'aide sociale à partir de 60 ans. Pour en bénéficier, il faut adresser une demande à l'image du modèle suivant.

Ecoles à la Une

CFA ACE
Le CFA ACE accueille chaque année 1000 jeunes pour les préparer efficacement...
EDC Paris Business School
EDC Paris Business School est une grande école de commerce et management...
IN'TECH – Ecole supérieure d’ingénierie en informatique
Fondée en 2002, IN'TECH est une école supérieure d'Ingénierie en...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.