Le Parisien Etudiant   Imprimer cette page
Quand les étudiants de l'Essec innovent chez Engie
Rencontre avec Gerard Guinamand, Chief Data Officer d’Engie, qui nous présente le projet avec l'Essec et l'importance de la data
Les étudiants de l'Essec ont fait fort. En imaginant une méthode d’analyse des données internes, ils ont éclairé la DRH sur l’engagement de ses 170 000 salariés. Retour sur cette initiative assez unique avec Gerard Guinamand, Chief Data Officer d’Engie.

Engie illustre un nouveau modèle d’entreprise qui noue des relations fortes avec l’enseignement supérieur et la recherche. Quelle en est la raison ?


Nous sommes associés depuis déjà longtemps avec le monde académique, notamment pour partager notre trajectoire zéro-carbone. L’ambition est de contribuer à l’innovation en participant aux programmes via des chaires ou des mastères spécialisés. C’est aussi une manière d’accueillir des jeunes et bien entendu le cas échéant de procéder à des recrutements. Pour une entreprise de technologie comme la nôtre c’est enfin une façon de faire découvrir nos métiers à des jeunes talents qui ne nous choisiraient pas en première intention mais qui pourraient apprécier notre contexte industriel et être sensibles aux enjeux de la transition écologique.

Comment s’est opérée l’opération avec l’Essec ?


Un groupe de cinq étudiants a planché de novembre à juin sur notre enquête interne qui touche les 170 000 collaborateurs dans le monde. Notre objectif était d'optimiser les data récoltées par cette étude annuelle conduite par la Direction des Ressources Humaines (DRH). Les étudiants ont mis au point une méthode d’analyse sémantique des verbatims via l’intelligence artificielle et ont analysé les réponses des nombreuses questions ouvertes. Ils ont enfin imaginé un tableau de bord pour notre DRH qui mesure l’engagement et l’adhésion à la stratégie du groupe autour de notre priorité zéro carbone. La qualité de leur travail leur ont permis de remporter le Grand Prix 2020 de la chaire ESSEC Accenture « Strategic Business Analytics ».

Vous êtes en charge de la data, c’est indéniablement un domaine qui va recruter de manière importante ?


Bien sûr. Aujourd’hui la data est un élément fondamental. Pour toutes nos activités, nous sommes dans une posture de « data driven company ». C’est-à-dire que nous nous appuyons sur les données collectées pour gérer, optimiser, anticiper aussi bien la production que les services associés. D’ailleurs, aujourd’hui 2000 collaborateurs d’ENGIE sont exclusivement au service de la data.

Le recrutement des alternants sera un sujet important à la prochaine rentrée, quelle sera la stratégie d’Engie ?


Nous allons accélérer ce levier de recrutement. Nous sommes à 7% d’alternants dans nos effectifs et notre ambition est de passer à 10 d’ici 2021, avec comme objectif l’obtention du diplôme à 100% et un recrutement de 50% d’entre eux. Nous venons d’ailleurs de publier 3000 offres. Outre la nécessité liée à notre activité de disposer de talents, nous considérons que cela fait partie de notre mission.

Propos recueillis par Gilbert Azoulay

Retour au dossier écoles

Par Gilbert - Le 24.06.2020