En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

Réaliser sa thèse tout en étant salarié, c’est possible

Ils étaient près de 1 200 étudiants à se lancer, en 2009, dans la réalisation d’une thèse par le biais de conventions industrielles de formation par la recherche.
Le principe ? Mener durant trois ans une recherche sur un sujet qui intéresse à la fois un laboratoire public et une entreprise. « Le doctorant est engagé, soit en CDD de trois ans, soit en CDI par l’entreprise, et mène ses travaux en collaboration avec le laboratoire public associé », explique Clarisse Angelier, chef du service CIFRE au sein de l’Association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT).

Si une majorité des CIFRE concerne encore les sciences de l’ingénieur ou les sciences « dures » en général, le dispositif est ouvert à toutes les disciplines. Les doctorants en sociologie des organisations, psychologie sociale, et même philosophie, peuvent donc eux aussi tenter leur chance.

Comment ? Si les plus chanceux se voient proposer une procédure CIFRE à l’issue d’un stage, les autres doivent démarcher les structures susceptibles de les accueillir. « Il n’y a pas de règle : certains étudiants trouvent d’abord l’entreprise, d’autres le laboratoire », constate Clarisse Angelier. « Le meilleur moyen de trouver reste le réseau, en commençant par son directeur de mastère. Le responsable des relations entreprises de son établissement, l’association des anciens, les contacts glanés durant ses stages doivent aussi être sollicités. »

Des offres sont également publiées sur les sites Web de l’ANRT et de l’association Bernard Gregory, dédiée à l’insertion des doctorants. Quant aux employeurs de ces thésards, ils ont tout à y gagner. « Par ricochet, ils bénéficient de la puissance de feu du laboratoire public associé, assure Clarisse Angelier. De plus, ils reçoivent une subvention annuelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de 14 000 euros. » Ils sont également éligibles à un crédit impôt- recherche d’un montant minimum annuel de 14 294 euros. De quoi couvrir largement la rémunération du doctorant.

DÉCRYPTAGE : les trois points clés
Conditions générales : la procédure de convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE) s’adresse aux titulaires du grade de mastère (mastère 2 universitaire, diplôme d’école d’ingénieur ou de commerce) ayant obtenu leur diplôme depuis moins de deux ans. Chaque année, les bénéficiaires doivent rédiger un rapport d’activité.
L’entreprise : grand groupe ou TPE, toute entreprise, quel que soit son domaine d’activité, peut recruter sous CIFRE. Unique impératif : elle doit être française (il peut s’agir de la filiale française d’un groupe étranger).
Rémunération : les doctorants sous CIFRE perçoivent un salaire annuel brut minimum de 23 484 euros (en moyenne, il est de 27 500 euros). Celui des doctorants sous contrat public est à peine supérieur à 20 000 euros.

Témoignage : Virginie SIMON, 27 ans, titulaire d’un mastère 2 en génétique et docteur en nanotechnologies
« Après un DEUG en biologie, je suis entrée à l’université de technologie de Compiègne (UTC) en formation d’ingénieur avec une spécialisation en biotechnologies. Attirée par la recherche, j’ai préparé, en parallèle à ma dernière année, un mastère 2 en génétique à l’université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC).La société Nanobiotix, spécialisée dans la nanomédecine, dans laquelle j’effectuais un stage, m’a engagée pour trois ans, avec le dispositif CIFRE, pour que je réalise au sein de son équipe ma thèse, dont le thème était les interactions entre certaines nanoparticules et des cellules cancéreuses. L’intérêt pour moi, c’était d’obtenir une thèse sans reculer mon entrée dans la vie professionnelle. Durant cette période, j’avais le statut cadre, j’ai travaillé avec différents chercheurs, biologistes, chimistes et informaticiens notamment. J’ai aussi managé des stagiaires et suivi des formations complémentaires. Aujourd’hui, je suis en cours de création d’une maison d’édition en ligne, dans le domaine scientifique. »

JEAN-MARC ENGELHARD, Article paru dans Le Parisien - édition éco, en date du 14 Juin 2010


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
10.08.2010

Retour au dossier Universités
Universités : Réaliser sa thèse tout en étant salarié, c’est possible
Imprimer

Universités : consultez aussi...

orientation
Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Pour mettre fin au tirage au sort à l'entrée de l’université... les prérequis sont ils la bonne solution ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Voix Express du Parisien : à votre avis, faut-il instaurer une sélection à l'entrée à l'université ? 5 avis / témoignage... propos recueillis par Margaux Dussaud.

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Créapole
CREAPOLE est une école de Design et de Création avec : - Un campus au coeur...
Ifa A. Chauvin
l'Institut de Formation par Alternance Adolphe Chauvin, implanté à Osny dans...
Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Forte d’une expérience de plus de 25 ans, Sup de Vente est aujourd’hui...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.