En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Jobs / Stages > Emploi. La grande distribution à la recherche de...

Jobs/Stages

Emploi. La grande distribution à la recherche de nouveaux profils

E-commerce, drive, nouvelles enseignes : la grande distribution change. Le secteur a créé de nouveaux métiers et affiche de nouvelles exigences

Il a eu le temps de voir le secteur évoluer. « Certains candidats viennent nous voir en pensant aux cinq métiers que l’on voit en magasin, sourit Yann Thomas. Beaucoup n’imaginent pas les 340 autres profils dans le groupe ! » Entré chez Décathlon en 1990 comme responsable de rayon, il est aujourd’hui directeur des ressources humaines pour la zone ouest. « On a aussi des besoins en informatique, en finance, à l’international. J’ai vu beaucoup de nouveaux métiers apparaître. »

Ancien cadre dans la grande distribution, Ludovic d’Hooghe décrit lui aussi un secteur en mutation perpétuelle. « Entre l’e-commerce et les magasins traditionnels, on a ainsi vu apparaître le drive, qui permet de se faire livrer dans une annexe d’un magasin des courses effectuées sur Internet », ajoute le directeur du cabinet Alphéa Conseil. Malgré un taux d’équipement déjà élevé — près de 3 000 sites en 2014 —, ce recruteur prévoit encore de nouveaux recrutements et des ajustements. « Au début, les enseignes ont pris des responsables d’encadrement pour gérer les drives alors que c’est un métier de logisticien plus que de commerçant. »

Concurrence oblige, les métiers ont changé. Mais le niveau demandé, y compris en magasins traditionnels, aussi. « Quel que soit l’état du marché, nous recrutons pour certaines fonctions du 1er janvier au 31 décembre », confirme Anthony Buchenet, responsable pôle distribution et commerce au cabinet Michael Page. Parmi les profils en tension : les métiers d’exploitation, les fonctions support et réseau. « Les candidats ne manquent pas, souligne le recruteur. Mais les recrutements sont longs car les enseignes sont de plus en plus exigeantes. Aujourd’hui, on attend des candidats qu’ils puissent évoluer en interne et occuper d’autres fonctions avec, notamment dans le domaine des achats, des échanges à l’international. Mais pour cela, la pratique d’une langue étrangère est souvent nécessaire et encore insuffisamment répandue. »

Mais si un diplôme reste apprécié, il n’est plus suffisant. Et la personnalité du candidat se révèle parfois plus importante que son parcours. « Beaucoup d’employeurs estiment avoir trop capitalisé sur le savoir-faire, poursuit Ludovic d’Hooghe. Aujourd’hui, le savoir-être conditionne 70 % des recrutements et les principales enseignes ont toutes investi dans des dispositifs de formation interne très complets. Concrètement, on passe beaucoup plus de temps à échanger avec les candidats sur leurs envies et leur personnalité. On ne parle ensuite de compétences que dans un second temps. »

Yann Thomas confirme cette nécessité. « Pour faire la différence, on recrute avant tout des passionnés et des personnalités. » Pour cela, l’enseigne essaie de capter ces profils le plus tôt possible. « On commence par soigner les 800 stagiaires que Décathlon accueille chaque année, explique-t-il. Idéalement, ils aiment l’entreprise, reviennent en alternance et sont vite nommés chefs de rayon avant de progresser encore avec nos formations en interne. Pour attirer ces profils et les garder, il faut leur proposer des parcours intéressants. »

Les category managers, des figures très prisés


Les professionnels du recrutement soulignent la montée en puissance des category managers. Leur rôle : préconiser les produits à référencer en magasin ou sur un site et que les acheteurs négocieront au meilleur prix. « Cette fonction s’est particulièrement développée ces dernières années du fait de la concurrence accrue entre les enseignes et du développement de l’infidélité dans les habitudes de consommation, analyse dans une récente étude Benoît Allo, directeur de la division distribution et commerce chez Page Personnel. Elle est au carrefour des achats, du marketing et des études, elle continue à se spécialiser et son influence ne cesse de grandir. » Parmi les profils prisés : une formation supérieure en école de commerce, avec une première expérience de terrain acquise chez un industriel et doublée, si possible, d’une approche trade marketing ou responsable enseigne…

« Il y a une réelle pénurie sur certains métiers » - L'avis de...

Renaud Giroudet, directeur emploi et formation de la FCD

De quels profils le secteur de la grande distribution a-t-il besoin ?
Les profils recherchés sont variés avec des niveaux de qualification très divers. Les métiers de bouche (bouchers, charcutiers, etc.) sont notoirement pénuriques. Les métiers de la logistique sont aussi en tension mais avec des besoins régionaux plus marqués en Ile-de-France. Pour le reste, les enseignes ont toujours besoin d’employés et de responsables de rayons. On recherche aussi des directeurs de magasins et les compétences managériales restent très demandées. Enfin, certaines évolutions, comme l’e-commerce et le drive, ont été génératrices de nouveaux profils. Même si la crise n’a pas épargné la grande distribution, il s’agit de milliers, voire de dizaines de milliers de postes à pourvoir chaque année.

Comment les pourvoir au mieux ?
On ne répond pas à tous les besoins par des embauches. Un poste de directeur de supermarché est accessible à un candidat issu d’une école de commerce ou d’un troisième cycle universitaire qui peut ensuite suivre un cursus complémentaire de six à douze mois dans le centre de formation de l’enseigne. Cependant, entre un tiers et la moitié de ces postes sont pourvus, comme d’autres, par la promotion interne.

Quels sont les meilleurs arguments pour capter les candidats ?
Le recruteur et le candidat doivent pouvoir se projeter. L’enjeu, pour une enseigne, est avant tout d’attirer des passionnés, faits pour ces métiers. Ensuite, les carrières sont longues et variées. Un diplômé en marketing peut commencer en centrale d’achat comme chef de produit pour ensuite confronter son expérience sur le terrain en magasin comme chef de rayon en hypermarché. De même, un directeur de supermarché peut évoluer vers du contrôle de gestion. Ce sont des métiers de mobilité transversale, entre les fonctions, mais également géographique. On l’ignore souvent, mais beaucoup d’enseignes proposent aussi des possibilités d’expatriation et des parcours à l’international.


Les entreprises qui recrutent


Leclerc
affiche près de 1 000 postes à pourvoir (employés commerciaux, responsables rayon, manageurs…)
www.e-leclerc.com.

Carrefour
propose aussi près de 1 000 offres (magasin et e-commerce)
http://recrute.carrefour.fr.

Décathlon
envisage près de 2 000 recrutements en 2015 (vendeurs, chefs de rayon)
www.decathlon.fr.

Amazon
a ouvert 2 500 postes en prévision de ses commandes de Noël (agents d’exploitation, manageurs)
www.amazon.fr/carrieres.

Alltricks
prévoit 40 recrutements en 2015 (développeurs, préparateurs de commandes…)
www.alltricks.fr/jobs.html.

Dossier réalisé par Céline Chaudeau
Le Parisien Économie du 24 novembre 2014

Métiers liés : Acheteur, Responsable e-commerce, Marchandiseur / Responsable du merchandising, Category Manager,


Réagir sur le Forum Job étudiant / stage / emploi

Contact
28.11.2014

Retour au dossier Stages/jobs
Stages/jobs : Emploi. La grande distribution à la recherche de nouveaux profils : Imprimer
Derniers articles "Stages/jobs"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Stages/jobs : consultez aussi...

orientation
Les ingénieuses idées des étudiants de l'Epitech

Les ingénieuses idées des étudiants de l'Epitech

Des élèves de l’école d’informatique ont été primés par des chefs d’entreprise. Leurs projets novateurs pourraient bien révolutionner votre quotidien.

CV. Avec Pix, testez et certifiez vos compétences numériques

CV. Avec Pix, testez et certifiez vos compétences numériques

Les compétences numériques deviennent de plus en plus importantes pour les entreprises : une certification permettra bientôt d'afficher votre niveau sur votre CV. Découvrez le principe de ce nouveau service.

CV - Bien indiquer son niveau de langue pour les recruteurs

CV - Bien indiquer son niveau de langue pour les recruteurs

Le niveau de langue et principalement d’anglais est aujourd’hui une évaluation fondamentale pour les recruteurs. Voici nos conseils pour vous évaluer et bien indiquer votre niveau sur votre CV

Adok, une start-up née sous X

Adok, une start-up née sous X

« L’IDÉE m’est venue lorsque je faisais des présentations en entreprise : je n’avais qu’une tablette pour cinq ou six participants, c’était tout sauf pratique ! Je me suis dit qu’il fallait trouver un nouvel outil de présentation, plus interactif. »

ESSCA : un nouveau campus XXL à Boulogne

ESSCA : un nouveau campus XXL à Boulogne

Petits amphis, espace de coworking... Les étudiants de l'Essca (Ecole supérieure des sciences commerciales d'Angers) disposent désormais d'un site de 7 700 m2 à Boulogne Billancourt.

Jobs étudiants : l'embarras du choix

Jobs étudiants : l'embarras du choix

De plus en plus d’entreprises et de secteurs d’activité s’intéressent aux 18-25 ans et à leurs disponibilités atypiques – soirées, week-ends et vacances. Des recrutements qui privilégient la personnalité à l’expérience.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ESRA - Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle
Le groupe ESRA est une école de cinéma (Paris, Rennes, Nice) proposant des...
ESMAE - Ecole formation ressources humaines, métiers de l'emploi
Devenez acteurs des métiers de l’intérim et du recrutement. Les fonctions...
EMC - Ecole supérieure des métiers de l'image, du son et du multimédia
Visez l’expérience, Vivez l’alternance. Créée en 1989 par Jean-Paul...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.