Le Parisien Etudiant   Imprimer cette page
Santé. Le régime étudiant de la sécurité sociale disparait
A partir du 1er septembre le régime spécial de la sécurité sociale étudiante disparait pour au final plus de simplicité pour les étudiants.
Cette année marque un grand changement pour les étudiants du supérieur, puisque le système tel que nous le connaissions depuis 50 ans change : à la rentrée, les étudiants ne seront plus obligatoirement affiliés à une "mutuelle étudiante", mais seront rattachés comme tous les français à la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie).

La fin d'un régime spécial de la sécu


C'est donc la fin du régime spécial "étudiant" de la sécurité sociale qui soulevait beaucoup de soucis de gestion pour les mutuelles et donc au final de problèmes de remboursements pour les étudiants. Les mutuelles étudiantes régionales historiques cesseront de gérer l'assurance-maladie de base pour les étudiants.

Dès le 1er septembre 2019, tous les étudiants sont automatiquement rattachés à la Caisse Primaire de l’Assurance Maladie de leur lieu d’habitation. Vous bénéficierez ainsi du même niveau de protection de santé, tout en économisant 217 € par an et en n’ayant plus aucune démarche à effectuer.

Concrètement, rien ne change pour les jeunes commençant leurs études qui n’ont plus à se soucier de leur inscription auprès de l’assurance maladie obligatoire. Ils restent affiliés à leur régime d’origine, le plus souvent celui de leurs parents (assurance maladie, MSA, régimes spéciaux…).

Ce sont les étudiants affiliés en 2018-2019 à une mutuelle étudiante qui rejoignent le régime général de l’assurance maladie. Quant aux bacheliers qui deviennent étudiants en 2019, ces derniers restent couverts par leur régime actuel.

Pensez à mettre à jour votre carte vitale !


Aucune démarche ne sera à réaliser pour le transfert ou création de votre dossier.
Néanmoins, il sera important de mettre à jour son compte assuré sur le site de la CPAM www.ameli.fr, en indiquant l’adresse de son lieu de résidence et mettre à jour sa carte vitale, à compter du 1er septembre.

Les mutuelles étudiantes ne s'avouent pas vaincues


Pour plus de couverture des soins de santé, en plus de celle de base de la sécu (qui rembourse entre 15 % et 70 % de vos dépenses de santé), c’est désormais à vous de vous renseigner et de choisir la complémentaire santé qui vous convient (non obligatoire) selon vos besoins (lunettes, chirurgie, problèmes de santé ou risques spécifiques...).

Pour compléter les remboursements de la sécurité sociale, vous pouvez adhérer à la complémentaire santé de votre choix. Vous pouvez vous renseigner auprès de la mutuelle de vos parents qui peut continuer à proposer une couverture complémentaire pour leurs enfants à charge, même majeurs. Vous pouvez également contacter une mutuelle étudiante ou un autre organisme complémentaire, pour bénéficier du niveau de prestations que vous souhaitez : il varie selon les contrats.

Deux anciennes "mutuelles étudiantes", la Smerep et la MEP, continuent leur métier de "mutuelle complémentaire" en proposant un nouveau service "Heyme". Explications avec Hadrien Le Roux, président de la Smerep et porte-parole d’Heyme, la nouvelle entité qui regroupe des assureurs historiques : "Heyme est l’alliance de sept acteurs historiques de la mutualité dont la Smerep. Nous avons voulu unir nos forces pour offrir aux jeunes de 16 à 35 ans une couverture complète et abordable. 92 % d’entre eux se déclarent en bonne santé et beaucoup n’ont pas un budget extensible. Nous devons leur proposer une solution peu onéreuse – notre première mutuelle coûte 9,90 € par mois - prenant en charge leurs besoins réels : soins courants, frais d’hospitalisation, pharmacie."

Budget étudiant. Les principales dépenses et revenus possibles
Retour au dossier Santé

Par GABRIEL - Le 28.08.2019