OrientationMieux-travaillerSanté

Santé. Un check-up gratuit en dix minutes pour les étudiants

La Smerep accueille dans ses locaux la première « e-cabine », conçue pour réaliser un bilan santé des étudiants en dix minutes.

Depuis le mois dernier, une drôle de cabine blanche et un peu futuriste trône à l’accueil principal de la Smerep, la mutuelle de plus de la moitié des étudiants parisiens et franciliens, boulevard Saint-Michel (VI e). C’est la « consult station », la première « e-cabine » de télémédecine, initialement conçue par la petite société française H4D comme un outil de la lutte contre les déserts médicaux.

L’expérimentation lancée pour six mois à la Smerep pourrait bien en faire l’une des solutions d’avenir pour la « reprise en main » de sa santé par une génération d’étudiants : 14 % d’entre eux se déclarent en mauvaise santé, et près d’un quart admet ne jamais consulter de médecin, même en étant malades. Délais de rendez-vous trop longs, honoraires trop coûteux, manque de contacts… les freins sont nombreux à l’âge où l’on se concentre plutôt sur les études et où « autonomie » rime le plus souvent avec « économie ». Avec une moyenne de 530 € par mois pour vivre et se loger, l’étudiant francilien fait du tri entre les priorités, et, bien souvent, c’est la santé qui trinque.

Un check-up gratuit en dix minutes


« Ces résultats illustrent des situations à risques et exigent que l’on réagisse concrètement », estiment les responsables de la mutuelle. « Quand ils sont lycéens, le plus souvent, leur santé est encore encadrée par la famille, rappelle aussi Pierre Faivre, administrateur en charge de la prévention à la Smerep. Mais une fois étudiants, il leur devient parfois difficile de pousser la porte d’un médecin. C’est encore plus compliqué pour les étrangers et les provinciaux, car le système de soins à Paris n’est ni le plus simple ni le moins onéreux… »

Médecine : connaissez vous la cabine de télé-consultation ?



Quelques chiffres sur la santé des étudiants


42 %* des étudiants admettent recourir à l’automédication.
32 % reconnaissent ne pas consulter de médecin régulièrement. Ils expliquent que c’est par manque de temps.
23 % estiment que les médecins à Paris sont trop chers.
14 % jugent les délais de consultation trop longs.
5 % des étudiants passent la visite obligatoire des trois premières années.

* Selon l’enquête annuelle 2015 OpinionWay réalisée pour la Smerep auprès de 1 200 jeunes affiliés.


Pour tenter d’inverser la tendance et ramener les jeunes à la santé, la Smerep mise notamment sur cette innovation qui réalise déjà la performance inattendue d’être à la fois gratuite, ludique et techniquement pointue : en une dizaine de minutes — une demi-heure pour un bilan plus complet, incluant des tests auditif et visuel —, de façon totalement anonyme et autonome, chacun peut effectuer son bilan, instantanément édité et récupéré à l’aide d’un code personnel et confidentiel. Grâce aux instruments très simples, aux capteurs et au guidage vidéo, la cabine livre ainsi la tension artérielle, la fréquence cardiaque, la taille, le poids et l’indice de masse corporelle du candidat au « check-up » express, sa température ainsi que la saturométrie, c’est-à-dire le taux d’oxygène dans le sang.

« Le but n’est pas de remplacer une consultation, mais c’est un premier pas vers la santé, un retour dans le cercle vertueux de la prévention et du soin de soi », souligne Pierre Faivre. « Nous suivons 210 000 étudiants, et si 86 % d’entre eux se disent en bonne santé, ce sont toujours 14 % de trop en mauvaise santé, déplore le responsable de la prévention. Il faut donc les mettre au cœur de nouveaux dispositifs, et tous les outils innovants de la e-santé sont intéressants pour cette génération. »



A l’issue du bilan, l’étudiant peut aussi obtenir de la mutuelle les adresses de centres de santé et de praticiens conventionnés. « Si, après cela, nos étudiants font au moins la démarche de demander conseil à un pharmacien plutôt qu’à Internet, c’est aussi un bon début », suggère Pierre Faivre.

Depuis son installation le mois dernier, la e-cabine réalise en moyenne dix bilans chaque jour. « C’est un outil facile mais ce n’est pas un gadget ! » insiste néanmoins Sossa, conseiller à la Smerep et désormais « médiateur » de la e-cabine, spécialement formé pour guider les jeunes dans son fonctionnement et veiller au nettoyage systématique de la « station » après chaque utilisation.

« On est bien installé et il y a beaucoup de données »

Eloïse, 21 ans, étudiante en communication.

Dix minutes montre en main, peu de manipulations, assez d’espace pour ne pas stresser et des résultats confidentiels édités dans la foulée… Son petit feuillet de bilan en main, Eloïse sort convaincue de son « baptême » de la e-santé. « C’est si simple, tout est expliqué, on est bien installé et il y a beaucoup de données », apprécie, presque étonnée, cette étudiante en communication de 21 ans, que son cursus contraint à passer certains jours à Paris, d’autres à Rennes (Ille-et-Vilaine), sa ville d’origine. « A Rennes, j’ai un médecin traitant, mais c’est vrai que lorsque je suis ici à Paris, si j’ai un souci, j’ai plutôt tendance à me soigner seule. Je pense qu’en cas de pépin, j’appellerai SOS médecins », reconnaît Eloïse, que l’expérience en e-cabine fait même réfléchir à sa consommation de tabac, qu’elle sait probablement liée à la seule anomalie de son bilan. « Cela m’indique une saturométrie au-dessus des normes… Je crois que je vais montrer ces données à mon médecin de Rennes pour qu’il m’aide à les interpréter, conclut-elle avec une pointe d’inquiétude. Ce n’est pas excessif, mais quand même, ça fait réfléchir ! »


Élodie Soulié

Retour au dossier Santé
Santé : Santé. Un check-up gratuit en dix minutes pour les étudiants
Imprimer

Commentaires / Réactions

Santé : consultez aussi...

Sécu étudiante : « La situation ne s’est pas améliorée »

Sécu étudiante : « La situation ne s’est pas améliorée »

Un an après la réforme de la sécurité sociale étudiante, voici un premier bilan dressé par Pierre Faivre, Porte-parole d'Heyme, la nouvelle mutuelle spéciale jeunes.

Santé. Le régime étudiant de la sécurité sociale disparait

Santé. Le régime étudiant de la sécurité sociale disparait

A partir du 1er septembre le régime spécial de la sécurité sociale étudiante disparait pour au final plus de simplicité pour les étudiants. Les mutuelles complémentaires (non obligatoires) dédiées aux jeunes continuent.

Rythmes scolaires : les lycéens pourront-ils dormir plus ?

Rythmes scolaires : les lycéens pourront-ils dormir plus ?

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, veut faire commencer les cours des lycéens à 9 heures au lieu de 8 heures pour mieux coller à leur rythme pendant la puberté.

Sécurité sociale : les étudiants deviennent des assurés comme les autres

Sécurité sociale : les étudiants deviennent des assurés comme les autres

La fin annoncée du régime spécifique pour les étudiants, et leur rattachement au régime général, n’entraîne aucune démarche particulière.

Coût de la rentrée 2018 : le baromètre de la FAGE en baisse !

Coût de la rentrée 2018 : le baromètre de la FAGE en baisse !

Cette année la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE) note cette année un repli du coût de la vie, selon leur baromètre annuel que nous dévoilons en exclusivité.

A la fac de Nanterre, des soirées qui ne tournent pas en beuveries, ça s’apprend !

A la fac de Nanterre, des soirées qui ne tournent pas en beuveries, ça s’apprend !

Avenir Santé intervient auprès des responsables d’associations étudiantes pour limiter les risques dans l’organisation de leurs soirées.

Ecoles à la Une

L'Ecole Multimedia
Les métiers du multimédia / digital sont au cœur des formations de L'École...
EDC Paris Business School
EDC Paris Business School est une grande école de commerce et management...
Euridis Business School - Paris Lyon Toulouse Aix-Marseille et Nantes
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.