Accueil > Orientation > Ecoles > écoles d'ingénieurs

Secteur automobile : un grand besoin d'ingénieurs

Il fait bon être ingénieur dans le secteur automobile... un secteur en pleine révolution écologique et technique

L’évolution des technologies et la bonne santé des équipementiers profitent aux grandes sociétés d’ingénierie. Spécialisées dans l’innovation et l’accompagnement de projets technologiques, les sociétés d’ingénierie proposent des compétences techniques aux constructeurs et aux équipementiers.

L’un des leaders français, Altran, dégage 17% de son CA avec la filière auto. Nathalie Pichery, directrice des grands comptes de l’automobile, parle de « prévisions intéressantes pour 2012 et 2013 ». A la fin de l’année, le groupe aura recruté plus de 2000 personnes, comme en 2011. Sur l’ensemble, elle considère qu’au moins 15% d’entre elles sont dédiés à l’automobile.

30% des embauchés sont de jeunes diplômés


Chez Assytem, autre grand nom du secteur, une porte-parole confirme un total de 2000 embauches pour 2013. Elle refuse toutefois de s’avancer sur celles dévolues aux constructeurs et équipementiers « en raison du manque de visibilité ». Quant à Alten, qui met également à disposition des équipes d’ingénieurs, son site Internet consacré au recrutement propose actuellement plus de 30 offres d’emploi pour travailler avec le secteur automobile.

Certaines spécialités sont particulièrement recherchées : ingénieurs systèmes embarqués dans le cadre du développement des véhicules dits connectés et ingénieurs système pour améliorer les process de production ou les performances des voitures. Les chefs de projet, interface essentielle avec les clients, ont également le vent en poupe.

Chez Altran, environ 30% des recrutements concernent des jeunes diplômés, payés entre 31000 € et 35000 € brut par an. Les autres doivent avoir au moins entre deux et cinq ans d’expérience.

Les plus gros recruteurs de la filière auto

Valeo : fort de ses bons résultats, l’équipementier a annoncé, en début d’année, le recrutement de 15000 personnes d’ici à 2015 au niveau mondial. En France, 1500 recrutements sont prévus sur la période, soit entre 300 et 400 embauches par an, en particulier dans la recherche et le développement.

Michelin : le spécialiste des pneus, basé à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), vient d’annoncer quelque 850 recrutements en France pour 2013, plus 300 contrats en alternance. Une perspective en hausse après les 700 embauches déjà prévues cette année. Mondialement, le Bibendum aura recruté près de 2500 personnes fin 2012.


TEMOIGNAGE

Charles PRAT,
28 ans, chef de projet chez Saint Jean Industries, Anse (Rhône)


« Je pilote deux projets en même temps »

Diplômé en 2007 de l’Ecole catholique d’arts et métiers (Ecam), à Lyon (Rhône), Charles Prat a une formation d’ingénieur généraliste. Après un stage de six mois chez Airbus au Royaume-Uni, il intègre une filiale d’un fournisseur américain de l’aéronautique comme technico-commercial. Après trois ans, il souhaite évoluer : « J’ai cherché notamment dans l’industrie automobile. Sans être un passionné, j’avais néanmoins un fort intérêt pour le secteur », explique-t-il. Au printemps 2011, il intègre, comme chef, de projet Saint Jean Industries qui produit des pièces en aluminium pour les châssis et moteurs. L’entreprise est en forte expansion depuis deux ans grâce à des acquisitions comme la Fonderie du Poitou.

Le quotidien de Charles Prat : piloter l’ensemble des équipes de l’entreprise (bureau d’études, qualité, production) impliquées dans des projets pour le compte de constructeurs. « Je gère le budget, les plannings, les fournisseurs et les clients », détaille le jeune homme. Un poste complet dont il aime la diversité et la flexibilité. De fait, actuellement, Charles Prat travaille sur deux projets : le développement de pièces de liaison au sol pour un constructeur français et sur celui de pièces de support moteur pour un véhicule électrique. « Pour de telles missions, il faut compter entre un an et demi et deux ans », précise-t-il.

Au-delà de son poste, il dit aimer cette entreprise innovante et familiale, qui compte 2000 salariés dont la moitié en France. Un profil comme le sien est, selon le DRH du site, embauché entre 2500 € et 4000 € brut par mois.


Article paru dans le Parisien Économie du lundi 1er octobre 2012

Réagir sur le Forum écoles d'ingénieurs

Contact
05.10.2012

Retour au dossier écoles d'ingénieurs
écoles d'ingénieurs : Secteur automobile : un grand besoin d'ingénieurs : Imprimer
Derniers articles "écoles d'ingénieurs"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles d'ingénieurs : consultez aussi...

orientation
Femmes : les écoles d'ingénieurs séduisent les étudiantes...

Femmes : les écoles d'ingénieurs séduisent les étudiantes...

Persuadée que les femmes ont tout autant leur place sur ses bancs, et également face au risque de pénurie d’ingénieurs qui se profile, les grandes écoles d'ingénieurs françaises veut séduire les étudiantes.

Numérique, mathématiques, management... devenez ingénieur avec l'EISTI

Numérique, mathématiques, management... devenez ingénieur avec l'EISTI

Notre époque a besoin d’experts pour diagnostiquer les problèmes, produire des solutions et mener des projets ambitieux. Présentation du métier d'ingénieur et de l'école EISTI et ses formations en 6 questions / réponses.

Recherche femmes ingénieurs…

Recherche femmes ingénieurs…

Encore minoritaires, les femmes n’occupent que 18% des postes d’ingénieurs en 2013 et moins de la moitié dans l’industrie. L’affaire n’est pas nouvelle, mais de nombreuses mesures ont été mises en place depuis près de dix ans...

Réseau n+i : le monde entier vient se former dans les écoles d'ingénieurs françaises

Réseau n+i : le monde entier vient se former dans les écoles d'ingénieurs françaises

Le Réseau n+1 fédère plus de 70 écoles d'ingénieurs françaises pour accueillir un maximum d'étudiants étrangers. La formation en français dans les domaines scientifiques et technologiques est donc crédible.

Etudiant-ingénieur et... instituteur !

Etudiant-ingénieur et... instituteur !

Des élèves-ingénieurs interviennent auprès d’enfants, de la maternelle au CM2, pour leur enseigner les sciences expérimentales dans le cadre du programme la Main à la pâte.

Santé : les étudiants ingénieurs au cœur de la recherche

Santé : les étudiants ingénieurs au cœur de la recherche

Que ce soit pour optimiser le système de santé ou mettre au point des techniques et matériels de pointe, les étudiants peuvent mettre en pratique leurs compétences auprès de soignants.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ECV Paris - Ecole de Communication Visuelle
L'ECV - Ecole de...
75011 PARIS
CEFIRE-PARIS Alternance
Le CEFIRE-Paris est...
75010 PARIS
EISTI - Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information
L'EISTI conjugue...
95011 CERGY PONTOISE

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

Paris Job France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf