En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > écoles

Energies renouvelables : des formations prisées à tous les niveaux

Malgré la part belle aux ingénieurs, des profils moins diplômés sont très sollicités dans le secteur des énergies renouvelables.

Après un développement en dents de scie, le secteur des énergies renouvelables prend un nouveau départ. Les formations et métiers concernés.

Il décrit naturellement sa filière comme « un gisement d’emplois d’avenir ». Responsable de développement chez WPD Offshore France, Antoine Monteillet travaille actuellement sur un projet de parc éolien en mer au large de l’île d’Oléron (Charente-Maritime). Parmi ses attributions : l’identification du site après un travail de cartographie maritime, la concertation avec les acteurs du territoire , la coordination des études techniques et environnementales et la structuration d’une dynamique industrielle locale autour du projet. Autant dire que ce « chef d’orchestre » est bien placé pour témoigner des formations variées nécessaires à ce type de projet, du CAP au niveau bac + 5. « Sur les énergies marines renouvelables et l’éolien en mer, les filières d’ingénieurs sont autant prisées que les techniciens de maintenance ou les soudeurs par exemple. »

Pas de nouveaux métiers mais des évolutions d'anciens...


Les candidats n’ont pas forcément besoin de chercher des filières ultra-spécialisées. « Plutôt que de parler de création de nouveaux métiers, je préfère parler de mutations de métiers, précise Stéphane Baly, spécialiste des énergies renouvelables dans plusieurs écoles d’ingénieur dont HEI, l’ISA et l’ISEN à Lille (Nord). Si vous prenez l’éolien par exemple, vous y trouverez un certain nombre de compétences communes à beaucoup de métiers. Que ce soit dans le renouvelable ou pas, les lois physiques restent les mêmes. Un électron dans un câble se comportera toujours de la même façon ! »

Les formations / qualifications requises très variées


Interrogé sur ses formations de prédilection, Jean-Louis Juillard ne dit guère autre chose. Cofondateur en 2013 de Coldinnov, une éco-entreprise innovante dans le domaine du froid, cet entrepreneur prévoit près de 70 recrutements à court terme dans le cadre de la construction d’une usine de production dans la région de l’étang de Berre (Bouches-du-Rhône). « On aura besoin de sept ingénieurs, quatre techniciens mais surtout 48 opérateurs qualifiés. » Autrement dit, les CAP de tourneurs, soudeurs, ajusteurs et autres électroniciens instrumentistes sont avant tout les bienvenus.

Complémentarité du solaire et de l’éolien


« Beaucoup d’employeurs privilégient les profils avec des formations complémentaires, ajoute Anthony Hamon, directeur associé au cabinet Human Energies. Il s’agit donc de profils traditionnels avec une certification en plus ou une expérience dans un domaine “vert”. Certaines écoles, comme l’INSA (Institut national des sciences appliquées), proposent des cours d’efficacité énergétique en complément. C’est une bonne idée pour les étudiants qui ne veulent pas d’une étiquette trop encombrante. » De même, Stéphane Baly encourage volontiers ses étudiants à ne pas s’enfermer dans un « silo ». « Je les invite à ne pas séparer les questions de l’éolien, du solaire ou des performances des bâtiments. Quand on s’intéresse à la compréhension des enjeux climatiques, il est intéressant de maîtriser les complémentarités entre ces différents secteurs. »

« Le bâtiment et l’énergie sont en pointe »

Bern TERREL, Directeur associé chez Arthur Hunt

Comment se porte l’emploi dans les énergies renouvelables ?

Entre 2005 et le Grenelle de l’environnement en 2007, on a évoqué plusieurs centaines de milliers d’emplois potentiels. Des prévisions sans doute trop optimistes, car on n’a jamais atteint ce niveau. Les belles incitations fiscales se sont arrêtées il y a deux ans, certaines entités et start up ont même fermé, et actuellement, on est très en retard par rapport à des voisins européens comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou les pays scandinaves. Aujourd’hui cela reste une niche. Mais on observe quand même un vrai frémissement. Officiellement, le but reste d’atteindre en 2020 la production d’un quart de notre énergie grâce aux ressources renouvelables. On n’en est encore loin mais l’objectif est là.

Quels sont les métiers porteurs ?

Il y a deux secteurs porteurs : le bâtiment et l’énergie. On recrute notamment des ingénieurs études en énergies renouvelables et efficacité énergétique, et des ingénieurs thermiciens pour optimiser la consommation d’énergie et les intégrer dans le bâtiment. On trouvera là de belles opportunités pour les jeunes diplômés qui peuvent être facilement embauchés après un stage, par exemple, sans davantage d’expérience. Ces candidats peuvent faire de belles carrières et devenir manager, et suivre, à terme, des projets de bout en bout, de la conception à la mise en service. Mais on va aussi chercher des chefs de projet ou chargés d’affaires avec trois à cinq ans d’expérience, voire des experts avec dix ans d’expérience. Pour ces profils, les demandes augmentent et on observe des tensions.

Quelles sont les formations appréciées ?

Elles sont de plus en plus larges, aussi bien dans les écoles d’ingénieurs que dans les universités où l’offre devient intéressante. Le marché est moins discriminant pour les universitaires dans ce domaine-là que dans d’autres. A côté des écoles spécialisées reconnues (Supelec, Ensam, ENISE à Saint-Etienne, INSA de Rouen, polytech Orléans ou Nantes, Ense3 Grenoble), et des école généralistes (Supelec, Ensam), on note une forte montée en puissance des diplômes universitaires avec des Master en énergies nouvelles et renouvelables. A l’embauche, le décalage de rémunération peut être de 15 % à 20 % mais il se lisse assez vite au bout de trois à cinq ans.


Les entreprises qui recrutent


ENGIE : recrute plusieurs milliers de techniciens, ingénieurs, commerciaux, etc : www.engie.com/espace-candidats
Groupe Carré : va intégrer une vingtaine de nouveaux profils (ingénieurs, techniciens), spécialisés dans le photovoltaïque : groupecarre.com/nous rejoindre
Coldinnov : prévoit le recrutement de 70 nouveaux collaborateurs à l’horizon 2018 : www.coldinnov.com
Ostwind : intègre en moyenne 15 salariés par an pour travailler sur ses projets d’éoliennes offshore : www.ostwind.fr/notre-entreprise

Métiers liés : Ingénieur en énergie solaire, Conseiller info énergie, Ingénieur en R&D en énergies renouvelables, Responsable environnement, Technicien en environnement, Chargé de mission en environnement,


Réagir sur le Forum Ecoles

LE PARISIEN
03.12.2015

Retour au dossier écoles
écoles : Energies renouvelables : des formations prisées à tous les niveaux
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
Réseaux : dans cette école, 100 % des diplômés trouvent un travail

Réseaux : dans cette école, 100 % des diplômés trouvent un travail

L’accès au marché de l’emploi est difficile, même pour les jeunes diplômés. Un souci que ne rencontrent visiblement pas les étudiants de la filière très haut débit de l’école L’EA (ex-Itedec) dans cet établissement d’Aubergenville

Les bacheliers en immersion à Polytechnique

Les bacheliers en immersion à Polytechnique

Une quarantaine d’adolescents sont accueillis au sein de la prestigieuse école afin de préparer leurs débuts dans le supérieur.

Orientation. Dans quelles écoles s'inscrire après le bac ?

Orientation. Dans quelles écoles s'inscrire après le bac ?

Vos voeux APB n’ont pas été satisfaits ou vous êtes encore hésitant sur vos choix d’orientation pour la rentrée prochaine ? Pas de panique, il n’est pas trop tard : de nombreux établissements accueillent encore les candidats en juillet et au-delà.

Participez au Trophée de la meilleure association étudiante 2017

Participez au Trophée de la meilleure association étudiante 2017

C’est parti ! Le Classement des associations est de retour pour sa 6e édition !

Écoles. La spécialisation, un critère majeur pour bien choisir sa future école

Écoles. La spécialisation, un critère majeur pour bien choisir sa future école

Différentiation. Les grandes écoles développent des expertises dans des domaines précis en plus de la formation généraliste en management qu'elles dispensent.

Écoles. Les nouveautés et initiatives des Grandes Ecoles de Commerce en 2017

Écoles. Les nouveautés et initiatives des Grandes Ecoles de Commerce en 2017

Les grandes écoles de commerce fourmillent d’idées. Voici un florilège des actions qu’elles ont prises durant l’année pour renforcer leur développement, en France et dans le monde.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, l'école du i-management de la CCI Paris Ile-de-France, forme chaque...
Ecole EGO
« La grande illusion du monde des affaires est de croire que l’on peut...
ENGDE - Ecole supérieure de gestion et expertise comptable
Etablissement d'enseignement supérieur privé spécialisé depuis 1965 dans...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.