Accueil > Orientation > écoles

Smart Ecole, quand une business school passe au tout digital

Interview de Jean-Guy Bernard, le Directeur Général de l'EM Normandie qui nous présente le concept de SmartEcole

L’EM Normandie bascule à son tour dans l’espace numérique en révolutionnant l’organisation de son parcours de formation. Désormais, il faudra parler de Smart Ecole, et pas seulement parce que les étudiants travailleront sur une tablette. A la découverte du concept avec Jean-Guy Bernard, le Directeur Général.

Vous avez lancé le concept de Smart Ecole, ça veut dire quoi précisément ?


Nous avons décidé de capitaliser notamment sur le savoir-faire acquis avec notre Master Grande Ecole en formation continue dispensé en e-learning. Et nous avons décidé d’aller encore plus loin dans notre programme de formation initiale. Nous n’allons pas remplacer les cours traditionnels mais en faire évoluer environ 20% en nous appuyant sur les possibilités du numérique. Objectif : servir mieux encore nos étudiants dans leur parcours d’apprentissage. Certaines salles de cours sur les campus seront aménagées pour travailler avec des outils digitaux afin de faire place à la créativité et à l’esprit d’initiative des jeunes et bien entendu au travail collaboratif. D’ici 2015, nos étudiants seront tous équipés de tablettes ainsi que nos enseignants.

L’enseignement à l’ancienne va disparaître ?


Non pas du tout. Les nouvelles technologies vont renforcer les enseignements. Nos étudiants sont des digital native et ont acquis des habitudes pour s’informer notamment. Il serait étonnant de ne pas utiliser leurs outils du quotidien pour l’apprentissage du management et de la gestion. En plus, ils pourront bénéficier d’une vraie individualisation de leur parcours. Au niveau des cours, ils pourront interagir avec leurs professeurs. C’est la grande nouveauté : à partir de leurs tablettes, ils interviendront dans les cours et contribueront aux contenus. Pour faire vivre cette pédagogie résolument innovante, nous créons le Campus La Smart Ecole, une plateforme d’e-Services dotée d’un réseau social privé, d’un espace numérique de travail (ENT), d’une plate-forme de formation open-source, d’un e-Portfolio pour administrer les compétences, de gestionnaires de MOOC et d’événements et d’outils de création de contenus, très simples d’utilisation pour les professeurs.

Vous allez mettre en place des salles de cours futuristes ?


Certaines salles seront complètement repensées. Les murs seront repeints pour permettre aux enseignants et aux étudiants, d’écrire dessus tout en projetant des travaux et en faisant appel à des ressources et des contenus. Ces aménagements s’inscrivent dans le cadre des travaux d’extension et de réhabilitation de nos campus de Caen et du Havre qui vont nous permettre de disposer de 4000 m2 de surface supplémentaire d’ici 2015.

Vous vous installez à Paris. Pourquoi ?


Nous serons présents à Paris notamment pour élargir les débouchés des étudiants du programme Grande Ecole en matière d’alternance. Cela représente une centaine d’étudiants en plus dans cette filière dès la rentrée prochaine. Cette implantation correspond aussi à une demande du marché - selon les programmes, 25 à 30% de nos étudiants sont originaires d’Ile de France - et à une volonté de l’école d’accroître son rayonnement sur le bassin parisien. Ce nouveau campus nous permettra également de nouer des liens avec de grandes entreprises basées dans la capitale. Enfin, nous avons pour ambition de développer la formation continue en nous basant sur nos savoir-faire. Ce qui est conforme à notre vision stratégique qui est de travailler sur l’axe Sud de l’Angleterre-Normandie-Paris.

Vous êtes également associé à Grenoble Ecole de Management sur votre campus parisien. Pourquoi ?


Nous sommes associés depuis longtemps sur le concours Passerelle et ses dérivés mais aussi autour du programme EMSI (Ecole de Management des Systèmes d’Information) que nous développons sur notre campus de Deauville. Enfin, nous travaillons sur une plate-forme à destination de l’Afrique à partir de Casablanca. J’ajoute que nous avons été retenus, avec Grenoble comme école pilote par le Ministère de l’enseignement supérieur pour produire de la connaissance sur l’intelligence économique et que nous allons collaborer autour de notre expertise commune.

Vous ambitionnez de devenir une école parisienne ?


Nous sommes avant tout une Grande Ecole Normande qui rayonne sur un axe naturel, au bénéficie de son territoire. Mais cela ne nous interdit pas de nous déployer ailleurs qu’en Normandie. Nos ambitions ne se limitent pas à un périmètre régional !

Les écoles post-bac ont-elles un avenir face au modèle post-prépa ?


Les deux ne s’opposent pas, bien au contraire ! Nous prônons la diversité des recrutements, c’est ce qui fait la richesse d’une Grande Ecole comme la nôtre. Les prépas correspondent à un type d’étudiants. Les élèves issus du post-bac ainsi que les admissions parallèles ont d’autres types de profils. Le cursus post-bac permet aux étudiants d’acquérir toutes les connaissances et les compétences nécessaires à un bon manager, avec une forte dimension internationale. A la sortie, les recruteurs ne font pas la différence entre ces élèves et les autres ! Et pour les parents, c’est rassurant, ils savent qu’ils investissent dans une formation de qualité avec un bac+5 et le grade de Master à la clef.

Revenons sur le développement. Vous allez aussi vous installer à Londres et Singapour avec Grenoble Ecole de Management. Quelle est la logique ?


Nous voulons nous développer sur des marchés porteurs et le sud de l’Angleterre est notre « jardin ». Nous sommes reconnus grâce à notre filière « maritime et portuaire » avec des programmes de formation continue et des MSc et MBA. C’est un atout pour s’implanter à Singapour, grand port de l’Asie. Tout cela va offrir de nouvelles opportunités à nos étudiants.

Autre évolution notable : votre association avec l’Université de Caen-Basse Normandie ?


C’est la prolongation d’une histoire partagée. Nous allons continuer à développer des services communs et des actions complémentaires, notamment avec les composantes de gestion et management comme l’IAE. Nous allons proposer des possibilités de double reconnaissance, des activités de recherche en commun… Les étudiants de la fac pourront avoir accès à l’école et nos étudiants à un diplôme universitaire, sous certaines conditions.

Propos recueillis par Gilbert Azoulay



Réagir sur le Forum écoles

Gilbert
15.02.2013

Retour au dossier écoles
écoles : Smart Ecole, quand une business school passe au tout digital : Imprimer
Derniers articles "écoles"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
François Fillon invité de la conférence étudiante "YOUR" à l'ISC Paris

François Fillon invité de la conférence étudiante "YOUR" à l'ISC Paris

Jeudi 20 novembre 2014 à 16h30 au sein de l’ISC PARIS Business School- Conférence étudiante nationale organisée par YOUR... la Junior-Entreprise de l'ISC Paris.

Naissance du Campus Cluster Paris Innovation : un mix de 4 grandes écoles et d'entreprises

Naissance du Campus Cluster Paris Innovation : un mix de 4 grandes écoles et d'entreprises

4 grandes écoles (ESG, Web School Factory, IICP, PSB) se réunissent sur un même campus en coopération avec des grandes écoles pour favoriser l'innovation. Rencontre avec Anne Lalou, directrice de l'une des écoles : la Web School Factory.

Classement écoles de commerce

Classement écoles de commerce

L'Etudiant, Le Point, Le Figaro, le Financial Times... mais aussi Le Parisien bien sûr, de nombreux classements d'écoles de commerce cohabitent... quels sont les résultats, les critères utilisés et comment utiliser ces classements d'écoles de commerce...

Orientation : Les questions très concrètes des étudiants

Orientation : Les questions très concrètes des étudiants

Noélie et Tiphaine naviguent à vue samedi au salon Studyrama à Paris et, comme les centaines de lycéens et étudiants se pressant aux multiples salons de l’automne, elles tentent d’y voir plus clair.

Orthographe : faut-il évaluer l'orthographe dans l'enseignement supérieur ?

Orthographe : faut-il évaluer l'orthographe dans l'enseignement supérieur ?

Pour lutter contre le zéro pointé en orthographe, grandes écoles de commerce ou d’ingénieurs, universités, BTS, IUT… ont multiplié les initiatives.

Orthographe : trop de fautes... pas de diplôme !

Orthographe : trop de fautes... pas de diplôme !

Orthographe. Une grande école d’ingénieurs va imposer un niveau minimal dans son cursus. Car les subtilités de la grammaire sont loin d’être acquises et cela peut coûter cher au moment de l’embauche.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
INES - Ecole d'expertise comptable
DCG, DSCG, DEC, CAFCAC. En initiale, FPC ou en alternance L'INES...
GESCIA GONESSE
GESCIA est une école qui propose des formations en alternance. Rattachée à...
EICAR - Ecole Internationale de Création Audiovisuelle & de Réalisation
EICAR est un établissement d'enseignement supérieur qui forme à...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

Paris Job France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf