En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formation > étranger

Spring Break, le phénomène touche la France

La "Semaine de relâche" après les exams... une institution aux Etats-Unis et maintenant en Europe !

Importé des États-Unis, le phénomène du Spring Break se répand progressivement en France. Ces «vacances de printemps» sont l’occasion pour de nombreux étudiants, de décompresser après les examens en se rassemblant pour faire la fête. Des vacances qui se préparent dès maintenant.

De la musique, des plages paradisiaques, des filles et de l’alcool à volonté. Voilà comment attirer bon nombre d’étudiants pendant les congés, au printemps. Les partiels terminés, ils sont des milliers chaque année au mois d’avril, à s’envoler pour plusieurs jours de fête non-stop et ainsi faire retomber la pression. Si certains excès sont à noter, le «French Spring Break» n’est pas comparable à son modèle américain, en termes de débordements.

Le Spring Break tire son origine des rassemblements de jeunes sportifs en Floride. Sam Ingram, un entraîneur de natation à l’université de Colgate organise en 1936, un entraînement à Fort Lauderdale pour utiliser la première piscine olympique de l’État. Ce type de rassemblement d’étudiants se développe rapidement. Des quatre coins des États-Unis, les jeunes se retrouvent pour fêter le printemps sur la plage, à l’image des Grecs et des Romans, qui célébraient l’arrivée du printemps par la vénération des dieux du vin Dionysos et Bacchus. Mais en 1985, le maire de Fort Lauderdale décide d’interdire la consommation d’alcool en public suite à nombreux excès. Plusieurs centaines de milliers de jeunes se dirigent alors vers le sud, dans des pays chauds où l’âge légal de consommation d’alcool est inférieur.



La plupart des Spring Breakers américains partent aujourd’hui se défouler au Mexique ; à Cancún, Acapulco ou Tijuana. Mais la destination phare des Spring Breaks français est sans conteste l’Espagne. De nombreuses écoles ou agences de voyages y proposent des séjours clefs en main pour plusieurs jours de soirées, avec jeux de bières, accès piscine et open-bar.

La Catalogne est pour cela, une des régions les plus prisées par les étudiants. Son attrait est évident; la plage, le soleil, le parc d'attractions Port Aventura, la proximité de la frontière et des tarifs intéressants. La ville de Salou, station balnéaire située entre Barcelone et Valence, en est la parfaite illustration, au grand dam des résidents.
La Croatie est aussi une destination privilégiée. Les organisateurs y sont de plus en plus forcés à privatiser des hôtels entiers, pour que leurs horaires décalés ne dérangent plus les voisins.
Des entreprises spécialisées en séjours de Spring Break voient le jour depuis quelques années, pour profiter du marché français en forte croissance. Les réservations pour les prochaines vacances de printemps n’attendent pas la fin des examens et sont déjà ouvertes.

Vidéo de promo du site FunBreak qui organise à Salou fin avril début mai ces Spring break.

Adèle




Le Parisien Etudiant et son partenaire Voyage-Langue vous proposent une sélection des meilleurs séjours linguistiques à prix réduits : bénéficiez d'un code promo exclusif pour vos séjours.


Réagir sur le Forum Orientation

Adèle
20.02.2014

Retour au dossier étranger
étranger : Spring Break, le phénomène touche la France
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

étranger : consultez aussi...

orientation
Inégalités face aux études à l'étranger : 2 étudiants sur 3 ne bénéficient d'aucune expérience hors de France

Inégalités face aux études à l'étranger : 2 étudiants sur 3 ne bénéficient d'aucune expérience hors de France

Si le nombre d’étudiants bénéficiant d’un séjour à l’étranger est en progression, de fortes disparités apparaissent d’après les enquêtes. En cause : le milieu social et les cursus choisis.

Bien choisir son séjour linguistique

Bien choisir son séjour linguistique

C’est le moment de chercher, pour un départ l'été prochain. Mais quelle formule pour quel âge, et à quel prix ?

Dans quelle ville auriez-vous rêvé d'étudier ?

Dans quelle ville auriez-vous rêvé d'étudier ?

Paris, Londres, Bruxelles, Shanghai, Berlin... Des villes où beaucoup de monde souhaiterai étudier, mais surpassées par Montréal qui arrive en tête du palmarès mondial des villes étudiantes. Et vous dans quelle ville auriez-vous rêvé d'étudier ?

Ces jeunes qui veulent changer le monde

Ces jeunes qui veulent changer le monde

Ils ont entre 13 et 21 ans et marquent déjà leur époque. Dans son « Manifeste de la jeunesse », Johny Pitts, journaliste à la télévision anglaise, écrivain et photographe, fait le portrait de dix adolescents qui ont fait sensation ces derniers mois

Hult : un nouveau mode d’apprentissage basé sur la pratique

Hult : un nouveau mode d’apprentissage basé sur la pratique

L’école américaine, Hult International Business School, propose une méthodologie axée sur la pratique. Reportage dans son campus londonien "A new kind of business school"

Bachelor : l'ouverture internationale est l'un des atouts des programmes

Bachelor : l'ouverture internationale est l'un des atouts des programmes

Des cours dispensés en anglais ou bien l’immersion dans un pays l’étranger… l’ouverture internationale est l’un des atouts des programmes bachelor

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...
Ifa A. Chauvin
l'Institut de Formation par Alternance Adolphe Chauvin, implanté à Osny dans...
Euridis Paris
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.