En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Pratique

[Témoignages] Bizutage : toujours un délit mais toujours au programme

Le bizutage a beau être un délit depuis plus de 10 ans, il existe encore ! Témoignages d'étudiants choqués ou amusés

Pour accueillir les « petits nouveaux », il y a aujourd’hui le « week-end d’intégration » ou la « soirée de cohésion ». Mais derrière ces rassurants vocables, beaucoup d’étudiants se demandent, en cette rentrée, s’il s'agit d'une intégration ou désintégration...

Treize ans après l’entrée en vigueur d’une loi qui fait du bizutage un délit passible de six mois d’emprisonnement et de 7500 € d’amende (sous l’impulsion de Ségolène Royal, alors ministre déléguée à l’Enseignement scolaire) les brimades et épreuves humiliantes n’ont pas totalement disparu. Dans certaines écoles de commerce ou d’ingénieurs, dans les facs de médecine ou de pharmacie, voire classes prépas, certaines habitudes ont la vie dure. Une situation « inacceptable » que dénonce chaque année à la rentrée le Comité national contre le bizutage (CNCB).

Des étudiants choqués ou amusés

Ces étudiants ont été bizutés au cours des trois dernières années. Mais ils n’ont pas vécu cette épreuve de la même manière. Certains ont été « choqués »; d’autres, au contraire, ont trouvé « ça plutôt drôle ».

Louise, 20 ans, en 3e année d’ostéopathie.
« Le bureau des élèves avait loué une maison dans l’Aisne. Le bizutage a commencé dans le car : on devait se mettre en sous-vêtements et chanter une chanson paillarde. Moi c’était Bali Balo dans son berceau… Arrivés sur place, on nous a bandé les yeux puis attachés deux par deux, toujours en sous-vêtements. On devait courir tout en étant ligotés. Ceux qui arrivaient derniers devaient boire un verre d’alcool d’une seule traite. Lors de la soirée déguisée, les deuxième et troisième années ont désigné un roi et une reine parmi les petits nouveaux. Devant tout le monde, le couple a dû faire un lap dance sensuel collé serré comme les stripteaseurs. En fin de soirée, alors que la beuverie battait son plein, il fallait mimer le plus de positions du Kama-sutra en cinq minutes. C’était marrant, il y a des personnes qui n’y sont pas parvenues tellement elles étaient ivres. Durant la nuit, ma chef d’équipe m’a mis du dentifrice dans mon pyjama. Je me suis vengée. Le matin, j’ai épilé la moitié de ses sourcils. L’année d’après, j’ai bizuté. Je trouve ça sympa. »

Michael, 21 ans, en 3e année de médecine.
« Les aînés m’avaient prévenu : Tu vas mourir, tu vas tellement être saoul que tu ne sauras même plus où tu es. Ce n’est pas une partie de plaisir de se prendre des d’œufs sur le visage, mais c’est un passage obligé pour s’intégrer au groupe. Il y a tout de même des choses qui m’ont sidéré. Un concours de vomi artistique a eu lieu avec les bizuteurs dans les couloirs. Ça consiste à boire des cocktails de différentes couleurs et puis de se faire vomir pour que ça fasse un arc-en-ciel sur le sol. Après, les bizuts ramassaient le tout avec un rideau et ils balançaient ça sur les autres. »

Floriane, 21 ans, en prépa Sciences-po.
« Notre week-end d’intégration s’est déroulé en Belgique. On avait tous un numéro de bizut. Le moins chanceux, c’était le 51, car pendant deux jours, il a dû boire toutes les demiheures un verre de pastis 51 cul sec. Quand j’ai vu arriver les meneurs avec tout un attirail d’objets, des menottes, des préservatifs, du lubrifiant, je suis devenue toute blanche. J’ai été choisie pour la première épreuve : un garçon était obligé de mettre une banane devant sa braguette et je devais enfiler un préservatif dessus avec ma bouche. Ce qui m’a le plus choqué, c’est la deuxième épreuve à laquelle j’ai échappé : deux filles en sous-vêtements ont été menottées et devaient, avec leur bouche, trouver la clé des menottes dans une gamelle remplie de pâtée pour chien. Dans les douches, j’ai vu des filles en larmes parce que les membres du BDE les avaient prises en photo nues. On a eu quatre comas éthyliques en un week-end… »

Gabriel, 23 ans, en 4e année de médecine.
« En première année, lors du premier cours de l’année, les carrés (NDLR : ceux qui redoublent leur première année) et les deuxième année débarquent dans l’amphi et lancent des œufs, des bouteilles d’eau et de la farine aux primants, ceux qui viennent d’arriver. Ils grimpent sur les tables. Ils chantent Joyeux redoublement, bizut sur le ton de Joyeux anniversaire. Le but de la manœuvre, c’est de perturber les nouveaux et d’instaurer déjà une sélection en leur mettant la pression, en les intimidant. C’est la guerre, car au final le nombre de places est limité. Il y a un an, en raison des dérapages du passé, les forces de l’ordre se sont mises devant la fac. A l’intérieur, des vigiles ont vérifié les sacs. Cela n’a pas empêché l’intrusion de projectiles alimentaires. C’est sûr que prendre un œuf sur son cours d’autonomie, ça peut énerver! Mais c’est la tradition… »

Propos recueillis par Margot Haddad avec V. Md.

Vous avez un témoignage à apporter ? Envoyez nous un mail pour nous informer

Article issu du Parisien / Aujourd'hui en France du 13 septembre 2011


Réagir sur le Forum Orientation

Le Parisien
13.09.2011

Retour au dossier Pratique
Pratique : [Témoignages] Bizutage : toujours un délit mais toujours au programme : Imprimer
Derniers articles "Pratique"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Pratique : consultez aussi...

orientation
Ces jeunes qui veulent changer le monde

Ces jeunes qui veulent changer le monde

Ils ont entre 13 et 21 ans et marquent déjà leur époque. Dans son « Manifeste de la jeunesse », Johny Pitts, journaliste à la télévision anglaise, écrivain et photographe, fait le portrait de dix adolescents qui ont fait sensation ces derniers mois

Palmarès des lycées 2017 : comment choisir le bon lycée ?

Palmarès des lycées 2017 : comment choisir le bon lycée ?

Qu'est ce que c'est, un bon lycée ? Les parents et étudiants ne sont pas les seuls à s’arracher les cheveux sur cette question lourde d'angoisses. Les experts du département des statistiques de l’Education nationale s’y consacrent également à plein temps.

Concours d'écoles : se préparer efficacement aux épreuves écrites

Concours d'écoles : se préparer efficacement aux épreuves écrites

Les vacances de Février étant maintenant derrière nous, nous entrons officiellement dans la dernière ligne droite avant les concours. Cette période doit permettre à tous les étudiants de peaufiner leurs révisions, tout en gardant du temps pour soi...

Coworking de révisions : des espaces ouverts aux étudiants pour travailler sans contraintes

Coworking de révisions : des espaces ouverts aux étudiants pour travailler sans contraintes

Exemple à la Permanence à Paris, avec une soixantaine de places disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, des espaces de coworking s’adressent en priorité aux étudiants.

LSU - C'est quoi le Livret Scolaire Unique ?

LSU - C'est quoi le Livret Scolaire Unique ?

Désormais, les résultats et appréciations de vos enfants, du CP à la 3e, seront consignés informatiquement…

Santé : 6 étudiants sur 10 souffrent de troubles du sommeil dus au stress

Santé : 6 étudiants sur 10 souffrent de troubles du sommeil dus au stress

Six étudiants sur 10 et la moitié des lycéens déclarent souffrir de troubles du sommeil liés au stress, selon un sondage OpinionWay publié jeudi par la Smerep (Sécu étudiante et mutuelle).

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CIFACOM - L'école du graphisme, du multimédia et de l'audiovisuel
Passionné par le graphisme, le multimédia ou l'audiovisuel ? Une de nos...
ISIS - Institut Supérieur de l'Image et du Son
L’institut Supérieur de l’Image et du Son, implanté dans le quartier du...
IPAG Business School
Située dans l'un des plus beaux quartiers de l'une des plus belles villes du...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.