En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Métiers

Tous les débouchés des métiers du sport

Quels sont les débouchés dans le domaine des métiers du sport ?

La filière, qui représente au sens large 300 000 emplois en France, offre des débouchés autres que ceux de l’enseignement. Le concours pour devenir professeur d’éducation physique a la réputation d’être l’un des plus sélectifs ? Ce n’est pas une raison pour ranger la filière Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives) au rayon des voies sans issue.

Seulement un étudiant en Staps sur cinq se dirige vers l’enseignement après la licence. Pluridisciplinaire, proposant des stages dès la deuxième année et différents choix d’orientation au niveau master (management, marketing, entraînement sportif, ergonomie du sport, activité physique adaptée, etc.), ladite formation offre à ses quelque 35000 étudiants un réel panel d’opportunités.

« Un club de foot fonctionne comme une entreprise »


« Une récente enquête du Cereq (centre d’études et de recherches sur les qualifications) estime le taux d’insertion professionnelle à 87,5% après la licence. Nous tenons le haut du pavé », rappelle Bertrand During, directeur de l’UFR Staps de Paris-Descartes. Les chiffres le prouvent : les métiers du sport, qui représentent au sens large 300000 emplois en France, ont la cote, notamment auprès des jeunes, attirés par ses valeurs positives et l’aura de certaines marques.

Certes, le marché de l’emploi sur le secteur industriel est un peu attentiste, du fait d’une consommation de masse au ralenti, mais d’autres se sont chargés de prendre le relais. « Après avoir longtemps été le lieu des bénévoles, l’encadrement s’est ouvert à la professionnalisation, tant au niveau des clubs, des associations, que des collectivités locales. La fonction publique territoriale compte ainsi 60000 emplois liés au sport », explique Bertrand During. Bonne nouvelle, la filière universitaire n’est pas le seul visa pour l’emploi. Ainsi, vont être prochainement créés 4900 emplois d’avenir dans les métiers du sport et de la jeunesse, selon le ministère. Ils sont destinés aux jeunes sans qualification ni expérience. De son côté, l’Union nationale des centres sportifs de plein air (UCPA) possède son institut de formation qui initie 1800 jeunes par an aux métiers du monitorat. « Un tiers sont ensuite recrutés en interne. Avec 7000 salariés, nous sommes le premier employeur sportif d’encadrement de France. Le seul critère pour intégrer l’institut concerne le niveau technique du candidat dans sa discipline de prédilection, validé par un test de sélection », précise Frédéric Bas, directeur emploi et formation au sein de l’association.

« Un taux d’insertion professionnelle estimé à 87,5% »


Dans le sillage des clubs de football et de rugby, de nombreuses structures sportives se sont elles aussi professionnalisées. Une tendance qui n’est plus réservée à l’élite. « Un club fonctionne comme une entreprise. Il a désormais besoin de marketeurs, de communicants, de commerciaux », rappelle Alain Ghibaudo, fondateur du portail Internet Sportcarriere.com. Autant de postes qui nécessitent des cursus spécifiques. Ce qui explique que, en parallèle avec la filière Staps, certaines écoles de commerce ont créé des parcours optionnels en management du sport ou marketing sportif. Voilà qui corrobore les propos de Catherine Trachtenberg, déléguée générale de la Fédération française des industries du sport et des loisirs (Fifas) : « Bien sûr que la culture sport est un plus, mais elle ne fait pas tout. Il ne suffit pas d’être un passionné ou un ancien sportif de bon niveau pour accéder à des responsabilités. Les prérequis de qualification pour obtenir un poste clé dans une entreprise sportive sont aussi rigoureux que pour toute autre industrie. » En termes de recrutement, les secteurs les plus dynamiques sont généralement liés à l’organisation de l’Euro 2016. « Les majors du BTP ayant pour la plupart l’exploitation des stades qu’elles bâtissent, elles recherchent en masse des spécialistes en économie des équipements sportifs et des gestionnaires de billetterie », constate Alain Ghibaudo. Des métiers qu’ils ne connaissaient pas et qu’ils ne peuvent donc pas pourvoir en interne.

TEMOIN
« D'abord monitrice sportive militaire, je me suis réorientée vers le commerce »



Delphine LABENNE, 34 ans, directrice de magasin Intersport à Bordeaux (Gironde)

Si elle se destinait au départ à une carrière dans l’enseignement, Delphine Labenne n’a pas emprunté la filière traditionnelle pour autant. « Après ma licence Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives) obtenue à Tarbes dans les Hautes-Pyrénées, je me suis engagée en tant que monitrice sportive militaire : j’encadrais le sport à l’armée », se souvient-elle. Mais elle décide de ne pas aller au bout de son contrat et de se réorienter vers le commerce.

« Etudiante, j’avais pour habitude de travailler à Décathlon pendant l’été. C’est un milieu qui m’avait plu. » Elle entame sa carrière dans les grandes surfaces multisports en bas de l’échelle, en tant qu’hôtesse de caisse dans un Go Sport de Bordeaux (Gironde). La suite n’est qu’une succession d’échelons gravis progressivement. En 2001, elle est nommée conseillère de vente.

Trois ans plus tard, alors que l’enseigne Intersport prévoit l’implantation d’un troisième magasin bordelais, elle envisage de changer d’enseigne. « J’ai alors candidaté à un poste d’animatrice des ventes, situé entre celui de conseillère et de responsable de rayon dans la hiérarchie », précise-t-elle.

A la rentrée 2005, elle passe responsable de rayon, puis est nommée responsable du point de vente en 2011. Delphine Labenne, qui perçoit entre 25000 € et 30000 € brut annuel, encadre une douzaine de collaborateurs au sein de son magasin d’une surface de 1200 m2.

« J’anime les briefings, je définis les objectifs du jour, j’assure le service après-vente. La confiance de ma sociétaire me permet de travailler en autonomie, ce qui est une des clés de l’épanouissement personnel », avance la jeune femme de 34 ans, qui ne ferme pas la porte à une possible association avec sa sociétaire dans le futur.

« J’anime les briefings, je définis les objectifs du jour, j’assure le service après-vente »


Dossier réalisé par Marc hervez.
Article paru dans le supplément éco du Parisien daté du lundi 1er juillet 2013

Métiers liés : Entraîneur sportif, Sportif de haut niveau, Éducateur sportif,


Réagir sur le Forum Orientation

LE PARISIEN
30.07.2013

Retour au dossier Métiers
Métiers : Tous les débouchés des métiers du sport
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Métiers : consultez aussi...

orientation
Le Top 10 des meilleurs métiers en 2017... et les pires à éviter !

Le Top 10 des meilleurs métiers en 2017... et les pires à éviter !

Niveau de salaire, stress, recrutement, carrière... quels sont les métiers les plus en vogue et ceux à éviter ? Le site américain CareerCast.com publie chaque année une étude sur 200 métiers aux états-unis en voici le Palmarès 2017.

Les spécialités préférées des étudiants en médecine en 2016

Les spécialités préférées des étudiants en médecine en 2016

L'ophtalmologie est la spécialité la plus prisée des étudiants, alors que la médecine du travail, elle, peine à recruter, selon une étude de la Drees publiée jeudi.

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Premier emploi : plus des 2/3 des jeunes estiment que l'école prépare mal à l'insertion pro

Selon une étude, les jeunes Français jugent l’accès à la vie professionnelle difficile et considèrent que l’école les prépare mal.

Ecoles du numérique : préparer les nouveaux métiers du Marketing et de la Communication

Ecoles du numérique : préparer les nouveaux métiers du Marketing et de la Communication

Former en trois ans des professionnels opérationnels, agiles sur les réseaux sociaux et capables de répondre aux enjeux sans cesse renouvelés du numérique, c’est ce que proposent les écoles spécialisées.

Secteur qui recrute : la distribution recherche toujours de nouveaux talents

Secteur qui recrute : la distribution recherche toujours de nouveaux talents

Avec plus de 3 millions de collaborateurs et près de 100 000 recrutements prévus cette année, le secteur de la distribution gagne à être connu. Avec ou sans diplôme.

Le métier de technicien ou agent technique, qu'est-ce que c'est ?

Le métier de technicien ou agent technique, qu'est-ce que c'est ?

Techniciens : des postes de plus en plus valorisés - Rencontre avec Oualid Hathroubi directeur régional chez Hays, cabinet de recrutement, qui nous précise la définition et la recherche autour de ces postes.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...
ESO - Ecole Supérieure d'Ostéopathie
L'Ecole Supérieure d'Ostéopathie (ESO Supostéo) est l'école d'ostéopathie...
Audencia Business School
Audencia Business School : Innovative leaders for a responsible...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.