En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Formations

Travailler dans la musique : témoignage d'Olivier

Pas facile d'allier passion de la musique et emploi... Voici les conseils d'un pro pour se diriger dans le monde de la musique

Olivier, compositeur et ingénieur du son, travaille dans le milieu de la musique depuis plus de 10 ans, il nous raconte son parcours semé d'embûches, et vous fait part de ses conseils...

Mon activité se décline autour de deux axes principaux qui sont la composition et la production de musique.

Je suis tout d'abord compositeur de musique et suis donc amené à écrire de la musique pour l'image ou pour des artistes de tous horizons. C'est donc ma partie créative qui est avant tout mise à contribution. Je suis également producteur de musique et suis demandé en tant qu'ingénieur du son afin d'enregistrer, mixer et masteriser des projets artistiques : un travail avant tout basé sur la technique du son, la maîtrise des logiciels informatiques.

Quand as-tu eu ce goût pour la musique? Par quel biais ?

Mon goût pour la musique a débuté dès ma plus tendre enfance puisque ma mère pratiquait le piano à un niveau avancé. Elle est naturellement ma première influence.

Comment t'es tu formé à la musique ? Quel cursus as tu suivi ?

J'ai débuté la musique par le piano classique vers 7 ans avec des professeurs particuliers. J'ai suivi des études de musicologie, en effectuant une licence pendant trois ans à l'Université de Tours (LICENCE Musique et Musicologie). Parallèlement j'ai suivi des formations professionnelles en Jazz, d'abord à l'école de Jazz à Tours, puis à Paris avec les frères Belmondo.Par ailleurs je me suis intéressé à la musique électronique, au travail du son en général vers mes 18 ans et depuis je n'ai cessé d'accumuler du matériel jusqu'à la création de notre studio l'Entresol avec mon partenaire Laurent Lavaur.

Quelles étaient tes références, tes influences qui t'ont poussé à travailler dans la musique ?

J'ai acheté mon premier synthétiseur après avoir été marqué par les premiers albums de Jean-Michel Jarre et Vangelis, intrigué par ces sons innovants pour l'époque. Peu de temps après j'ai découvert le jazz avec Miles Davis, Bill Evans et Wayne Shorter qui restent mes références dans la musique de Jazz ainsi que Stan Getz qui m'a poussé à faire du saxophone ténor. Enfin le cinéma et les compositeurs de musique de film ont largement alimenté mon imaginaire.

Pourquoi avoir pris le risque de te lancer dans une aventure musicale professionnelle ?

Risque ou pas risque il s'agit avant tout d'une passion donc ais-je eu vraiment le choix ?

Quel regard portes-tu sur le milieu de la musique actuellement ?

Forcément un regard contrasté puisque j'évolue en pleine crise de la musique et du cinéma. Nous jeunes compositeurs, nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation paradoxale puisqu'en terme d'équipement nous n'avons jamais eu autant de possibilités qu'aujourd'hui. N'importe qui, s'il dispose d'un peu talent est à même de pouvoir composer et produire sa musique, l'argent n'est plus un frein comme il a pu l'être auparavant en comparaison où seuls quelques compositeurs fortunés pouvaient s'équiper avec du matériel de qualité.

De même qu'Internet s'il est utilisé à bon escient permet d'apprendre énormément sur la musique, se perfectionner sur les techniques du son, découvrir d'autres musiques, rencontrer des artistes.
Mais en même temps alors que l'on dispose des outils, du talent il est très difficile aujourd'hui de se faire une place en raison de cette crise économique ou la prise de risque qui est aujourd'hui très limitée que ce soit dans les maisons de disque ou pour le cinéma où la musique arrive toujours en dernier pour les budgets et la réalisation...

Quels conseils donnerais-tu pour des étudiants qui souhaiteraient poursuivre dans ce milieu ?

D'être tenace, ne pas s'enfermer dans une voie mais au contraire essayer d'apprendre le plus et de rencontrer le maximum de personnes de tous horizons artistiques, ne pas chercher à imiter mais au contraire trouver et imposer son style.


Les plus et moins du métier ?

Tout d'abord, pour les moins nous n'avons aucun horaire ou emploi du temps défini à l'avance puisque le travail arrive quand il arrive …Il faut donc passer une partie de son temps à se faire le maximum de contacts et en même temps continuer à apprendre, à se former que ce soit sur les évolutions du matériel, les nouvelles tendances musicales ainsi qu'améliorer sa technique propre d'écriture.
Pour les plus c'est le plaisir et la surprise des rencontres et des collaborations avec des artistes qu'ils soient chanteurs, comédiens, réalisateurs ... J'ai pu à titre d'exemple composer la musique du premier court-métrage d'Hafsia Herzi (César du meilleur espoir féminin pour "La graine et le mulet").
J'ai également rencontré une artiste peintre américaine Leigh Viner avec qui je collabore en composant des musiques sur ses tableaux.

Pour écouter ses compositions consultez son site : soundcloud.com/lentresol-sound-studio.

Consultez aussi l'article sur les Métiers de la Musique : travailler dans la musique.

Pour consulter la fiche école de Jazz à Tours

Métiers liés : Auteur-compositeur interprète,


Réagir sur le Forum Orientation

Melanie
24.03.2011

Retour au dossier Formations
Formations : Travailler dans la musique : témoignage d'Olivier
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Formations : consultez aussi...

orientation
International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

International. Découvrir et s'enrichir des cultures des autres continents

En échange universitaire, sur un campus à l’étranger ou en stage en entreprise, les possibilités d’acquérir une expérience multiculturelle sont variées.

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

Écoles. Les business schools misent sur l'alternance

La formule a trouvé sa place dans les écoles de commerce. Pour les étudiants, c’est avoir un pied dans l’entreprise et pouvoir mettre en application les apprentissages théoriques.

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

Pourquoi les plus prestigieuses business schools sont-elles américaines ?

L'invité - Rick Levin : ancien président de l’Université Yale et directeur général de Coursera. Faut-il être riche pour entrer dans les meilleures business schools ?

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

APB - Une pétition contre le tirage au sort des étudiants

Une circulaire parue discrètement fin avril, officialise la méthode de sélection par "tirage au sort" pour l'entrée à l'Université... beaucoup d'étudiants s'en insurgent et une pétition vient d'être lancé pour demander au nouveau gouvernement d'agir.

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

APB : Nos conseils pour ordonner vos voeux d'orientation

Vous avez jusqu'au 31 mai minuit pour modifier l’ordre de leurs vœux dans le logiciel d’orientation post-bac APB. Un moment stratégique pour les élèves. Les solutions pour s’en sortir.

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

Alternance. Une mauvaise image auprès des familles

François Hollande avait fixé l’objectif de 500 000 apprentis. Mais en 2016, seuls 405 000 élèves ont signé un contrat leur permettant de suivre une formation tout en travaillant dans leur domaine.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Ecole EGO
« La grande illusion du monde des affaires est de croire que l’on peut...
EISTI - Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information
L’EISTI est une école d’Ingénieurs en Informatique et en Mathématiques...
Audencia Business School
Audencia Business School : Innovative leaders for a responsible...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.