Accueil > Orientation > écoles

Trois questions à Bernard Ramanantsoa, directeur général d’HEC

La crise touche-t-elle les diplômés des établissements prestigieux ? Apparemment non.

La crise touche-t-elle les diplômés des établissements prestigieux ? Apparemment non. Selon la dernière enquête d’insertion de la conférence des grandes écoles 2012, les chiffres demeurent très satisfaisants. Bernard Ramanantsoa, directeur général d’HEC explique ce phénomène.

Il semble que les élites ne souffrent pas de la crise qui touche pourtant de nombreux diplômés. Pourquoi selon vous ?
Pour deux raisons. D’une part, les élites continuent d’être recrutées par les entreprises qui investissent pour l’avenir. C’est le reflet de la guerre des talents. D’autre part, nos élèves ont su s’adapter pour « coller » aux nouvelles opportunités du marché de l’emploi. Nos diplômés sont particulièrement agiles pour aller là où il y a de l’emploi, tant sur le plan géographique que fonctionnel. Du côté des grandes écoles, les équipes se posent en permanence une question essentielle : « Que devons-nous faire pour former les meilleurs diplômés ? ». On passe un temps fou à redéfinir les programmes et les parcours de nos étudiants. C’est d’ailleurs une contrainte partagée avec les meilleures universités mondiales, que ce soit Harvard aux USA ou Tsinghua à Pékin.

Les entreprises ont encore des capacités de recrutement en matière de jeunes diplômés ?
Une entreprise qui veut rester compétitive ne peut pas s’arrêter. Elle doit impérativement recruter les jeunes qui correspondent à des investissements d’avenir. Cesser ces investissements peut se révéler extrêmement préjudiciable. Si les groupes multinationaux peuvent limiter les emplois liés au fonctionnement quotidien, ils ne peuvent absolument pas arrêter les embauches liées à l’apport de valeur.

Peut-on affirmer que les formations de haut niveau protègent à coup sûr les jeunes ?
Oui et non. La vérité c’est qu’on est plus protégé avec des diplômes de haut niveau. D’ailleurs, il est clair qu’on s’en sort mieux avec un bac+5 qu’avec un bac+3. Cela étant, il est vrai que pour nous aussi la compétition s’accroit. La concurrence des talents est désormais mondiale et les recruteurs sont aussi beaucoup plus exigeants. Il faut que nos jeunes aient une sensibilité internationale, qu’ils fassent preuve d’une grande mobilité, soient très opérationnels, mais aussi qu’ils disposent de grandes capacités de réflexion et de conceptualisation. Aujourd’hui, on a l’impression de former le mouton à cinq pattes ! Ce qui exige une scolarité plus dense et plus variée entre les années césures, les stages, les expériences de vie, les cours théoriques, la pratique, les projets, etc. Bref, nos jeunes s’en sortent bien, mais les trois ou quatre ans du cursus sont aussi devenus beaucoup plus difficiles.


Gilbert Azoulay

Réagir sur le Forum écoles

Contact
09.07.2012

Retour au dossier écoles
écoles : Trois questions à Bernard Ramanantsoa, directeur général d’HEC : Imprimer
Derniers articles "écoles"

)); ?>

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2015

Palmarès des Bachelors du Parisien Étudiant : le classement 2015

Le classement 2015 des programmes Bachelors des écoles de commerce / management par Le Parisien Etudiant. Fondé sur des critères simples et clairs, il apporte un éclairage supplémentaire pour choisir sa future formation.

Bachelor et poursuite d'études : le choix de la raison ?

Bachelor et poursuite d'études : le choix de la raison ?

Aujourd’hui, une grande majorité des diplômés de Bachelor décident de ne pas entrer sur le marché du travail et préfèrent opter pour un master. Quelles sont leurs motivations ? Cette tendance est-elle justifiée – et inéluctable ?

Bachelor : des têtes bien pleines... et bien faites

Bachelor : des têtes bien pleines... et bien faites

Stages, intervenants professionnels, mises en situation progressives : les diplômés d’un bachelor peuvent faire valoir auprès des recruteurs une formation marquée par les expériences et la montée en compétences.

Dossier spécial Bachelors : les “petites-grandes” écoles prennent leurs marques.

Dossier spécial Bachelors : les “petites-grandes” écoles prennent leurs marques.

Reconnues par les entreprises, les formations de niveau bachelor trouvent désormais leur place sur le marché du travail. Voici l’enquête exclusive et le classement du Parisien Étudiant de ces filières très prisées par les jeunes bacheliers.

Bachelor : les programmes s'internationalisent de plus en plus.

Bachelor : les programmes s'internationalisent de plus en plus.

Étudiants, diplômés : le monde est à vous ! Une ouverture qui fait désormais partie des fondamentaux de la pédagogie, que l’on se destine ou non à une carrière à l’étranger.

Bachelors : les nouveaux programmes et spécialités ouverts aux étudiants

Bachelors : les nouveaux programmes et spécialités ouverts aux étudiants

Des spécialisations de plus en plus nombreuses sont proposées aux étudiants via les Bachelors : quelques exemples...

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
IFA R.DELOROZOY
L’IFA Delorozoy est l’une des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France qui...
ENGDE - Ecole supérieure de gestion et expertise comptable
Etablissement d'enseignement supérieur privé spécialisé depuis 1965...
ITIC
Depuis 1986, l'ITIC a formé un grand nombre d'élèves aux...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.

Sites du Groupe Amaury

France Football L'equipe ASO Velo magazine Journal du Golf