OrientationFormationétranger

MBA à l'étranger : nos conseils pour choisir et partir

Un MBA à l'étranger à tout prix : Il existe environ 2 000 programmes dans plus de 120 pays, mais tous ne se valent pas.

Grâce à un contexte universitaire de plus en plus mondialisé, le Master of Business Administration jouit aujourd’hui d'une reconnaissance internationale. Il en existe environ 2 000 programmes dans plus de 120 pays, mais tous ne se valent pas

Le MBA offre une qualification et une insertion professionnelles de haut niveau dans le domaine des affaires. Ce diplôme international implique une grande mobilité et permet de développer son réseau sur place en vue d’une réorientation ou d’une promotion. De nombreux étudiants en MBA choisissent de faire leur formation dans le pays où ils souhaiteraient travailler.

Les programmes MBA, nés aux Etats-Unis au début du XXe siècle, se sont rapidement répandus sur tous les continents. Mais aujourd’hui encore, les diplômes MBA délivrés aux USA au sein des meilleures institutions ont plus de valeur sur le marché mondial que ceux proposés dans n’importe quel autre pays : plus de débouchés sur le marché de l’emploi et meilleure reconnaissance à l’internationale. Selon le classement du Financial Times, 7 MBA américains se placent dans le top 10 et 79 dans le top 100. Boston dans le Massachusetts se positionne même comme la capitale mondiale du MBA avec six établissements dans le Top 100 : dont Harvard (1er) et MIT (8e).

Diversité de destinations et nouveaux programmes

Parallèlement, de nombreuses autres destinations d’études se développent. L'Europe est certainement la destination la plus populaire auprès des Français car elle n'implique pas de dépaysement majeur et les coûts d’inscriptions sont les moins élevés. Les MBA européens sont de mieux en mieux reconnus à l'international, grâce notamment à la multiplication des accréditations. Avec une majorité de professionnels et peu de jeunes diplômés, ils sont particulièrement recommandés aux jeunes cadres qui souhaitent faire carrière au sein de l'Union Européenne.


Amphi aux Etats Unis : Wisconsin School of Business
Bruce Fritz, Monona, WI 53716/Bruce Fritz Photography PH# 608


Depuis le début des années 1990, l'Asie est devenue une destination crédible pour suivre un MBA. Les diplômes asiatiques, à l’enseignement de qualité, sont de plus en plus cotés en Chine, en Inde, à Hong-Kong ou au Japon. L'Australie et la Nouvelle-Zélande sont également très appréciées des candidats au MBA. Ces pays du bout du monde font rêver et l'investissement en termes de frais d’inscription n'est pas des plus importants. Leur niveau est très similaire à celui des MBA européens, mais il faut s’acquitter des questions de visa.

Les difficultés financières des diplômés et les réticences des banques à leur accorder des prêts ont également des répercussions sur le secteur des MBA. Le nombre d’inscrits aux programmes « full time » et « executive » diminue depuis plusieurs années en Amérique du nord, au profit du temps partiel et de la formation à distance. Il est en effet toujours difficile d’abandonner un emploi pour financer une nouvelle formation. Le marché des MBA se fracture de plus en plus et la tendance mondiale est à l’augmentation du nombre de MBA en un an. En Europe, c’est déjà le cas pour la plupart des MBA, afin de réduire les coûts d’inscription et de permettre aux étudiants de s’insérer plus rapidement sur le marché de l’emploi.

Entre prestige et bas coûts

Le titre de MBA n’est protégé ni en Europe ni aux États-Unis. N’importe quelle école peut créer une filière accessible à bac+4, la baptiser MBA, et exiger d’importants frais de scolarité sans devoir prouver une quelconque exigence de qualité. Ainsi tous les MBA ne se valent pas. Le principal risque pour l’étudiant est d’effectuer une formation au réseau professionnel moins développé et à la reconnaissance moindre sur le marché du travail. Si en théorie les MBA les plus prestigieux sont ouverts à tous, ils nécessitent, outre les frais onéreux, d’avoir une expérience professionnelle d’au moins 3 ou 4 ans. La sélection est également très rude. Certains MBA aux standards moins importants ne sont toutefois pas tous à exclure, ils offrent une variété de spécialisations pour des frais d’inscription plus modestes (entre 25 000 et 70 000€ en Europe).


The University of Chicago Booth School of Business


Principal gage de qualité, les accréditations reconnaissent la qualité des enseignements en MBA. Elles sont principalement décernées par l’association américaine AASCB (Assocation to Advance collegiate schools of business), l’Association britannique AMBA (Association of masters of Buisiness Administration) et le système d’accréditation européen EQUIS (European Quality Improvement System). Les spécialisations, le type de programme, la situation géographique en fonction d’employeurs potentiels, la mixité des nationalités et la force du réseau professionnel interne, la qualité des enseignements et la présence d'un comité d'orientation composé de dirigeants du secteur, ou encore l’importance accordée aux travaux de groupes sont les principaux critères à étudier avant de faire son choix.

MBA ou Master spécialisé ?


Le MBA est un investissement important qu’il faut mûrement réfléchir. Pour les candidats sans expérience professionnelle ou pour lesquels le financement d’un MBA serait difficile, le master peut être une très bonne alternative. Il y a souvent très peu de différences en termes de contenu entre un MBA et un MiM (Master in Management), beaucoup plus économique. De plus, un MBA, sert par définition, à faire carrière dans les grandes entreprises internationales, les banques d'affaires ou les sociétés de conseil, il a une vocation mondiale. Il s’avère inutile pour créer ou reprendre une entreprise. Dans cette optique, il serait plus judicieux de suivre un master d’entreprenariat.

Cependant même pour les candidats dont le profil correspondrait à un MBA (âge, expérience, capacité de financement…) il n’est pas forcément le choix le plus stratégique. Le MBA offre une vue large du management général d’entreprise, avec une formation dans plusieurs disciplines. Le Master of Science se concentre pour sa part sur une seule spécialité, telle que l’a comptabilité, les ressources humaines, les technologies de l’information… Pour un candidat attiré par un domaine particulier, il peut être plus judicieux de se spécialiser dans cette branche avec un master, faisant de lui un expert de la discipline.

Consultez aussi :
Inscription en Master : quelles questions se poser avant de postuler à un MBA, Mastères, Masters...
MBA : Portraits de diplômés
MBA/MS/MSc/Master : Au niveau ?
Master/MBA : Comment choisir sa formation ?
Mastères spécialisés/MBA : le banc d'essai

Adèle




Le Parisien Etudiant et son partenaire Voyage-Langue vous proposent une sélection des meilleurs séjours linguistiques à prix réduits : bénéficiez d'un code promo exclusif pour vos séjours.

Adèle
20.05.2014

Retour au dossier étranger
étranger : MBA à l'étranger : nos conseils pour choisir et partir
Imprimer

Commentaires / Réactions

étranger : consultez aussi...

Études à l'étranger, séjours linguistiques : où peut-on voyager ?

Études à l'étranger, séjours linguistiques : où peut-on voyager ?

Vous avez prévu de partir à l’étranger pour un semestre, une année d’études ou un séjour linguistique en 2020 ou 2021 ? Voici un état des lieux sur l’ouverture des frontières des destinations les plus prisées.

Coronavirus. En Suisse, comment l'école CREA (Inseec U) a passé la crise

Coronavirus. En Suisse, comment l'école CREA (Inseec U) a passé la crise

La Suisse a été très touchée par la crise du COVID-19, si le confinement a été moins strict qu’en France, il a tout de même impacté la vie des étudiants et professeurs. René Engelmann, directeur de CREA INSEEC U-Genève-Lausanne, témoigne.

Lettre pour une demande de stage à l'étranger

Lettre pour une demande de stage à l'étranger

Vous souhaitez mettre en pratique vos connaissances ou acquérir des compétences professionnelles dans un pays autre que le vôtre ? Rédigez soigneusement votre demande de stage à l'étranger à partir de ce modèle.

Coronavirus. Comment les écoles pensent relancer les échanges internationaux

Coronavirus. Comment les écoles pensent relancer les échanges internationaux

Quelle mobilité demain ? La crise a donné un coup d’arrêt brutal aux échanges d’étudiants. Quand et comment faire repartir les étudiants ?

Etudier à l'étranger. S'expatrier devient une norme

Etudier à l'étranger. S'expatrier devient une norme

Découvrir d’autres cultures, se couler dans une ambiance internationale, voyager… Une manière de vivre leurs études, appréciée des étudiants

TOEFL, TOEIC, IELTS, Cambridge : quel test d'anglais choisir ?

TOEFL, TOEIC, IELTS, Cambridge : quel test d'anglais choisir ?

Difficile de s'y retrouver dans la jungle des examens d'anglais. Tous ne se valent pas, n'évaluent pas les mêmes compétences et ne sont pas reconnus par les mêmes établissements

Ecoles à la Une

Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Présentation de l'école "Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la...
Les Roches Management Hôtelier
DES OPPORTUNITÉS DE CARRIÈRE À L’INTERNATIONAL Nos liens privilégiés...
ITESCIA - L'école du i-Management
ITESCIA, école publique la CCI Paris Île-de-France, forme plus de 1400...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.