OrientationFormations

Réforme de l'orthographe : l'accent circonflexe ne disparaît pas !

Dans les classes, la réforme de l’orthographe recommandée par l’Académie française risque d’être bien compliquée.

Une réforme de l'orthographe inapplicable ! A la rentrée, les manuels du primaire prendront en compte une réforme de l’orthographe recommandée par l’Académie française… depuis 1990. Dans les classes, ça risque d’être bien compliqué...

Les livres scolaires ont enfin décidé de mettre les points sur les i ! A partir de la rentrée de septembre, ils écriront, sans faute, le nom « maitresse » privé de son accent circonflexe. Avec plus d’un quart de siècle de retard, tous les manuels du primaire vont ainsi appliquer la réforme de simplification de l’orthographe de 1990 approuvée à l’unanimité par l’Académie française. A l’époque, face au déclin de la langue de Molière à l’international, un rapport initié par le Premier ministre Michel Rocard préconisait d’en supprimer les absurdités.

une réforme qui vise : accent circonflexe, noms composés ou anomalies de notre langue


Un bulletin officiel (BO) du ministère de l’Education relatif aux nouveaux programmes à l’école datant de novembre dernier stipule que l’enseignement « a pour référence » les rectifications publiées par « le Journal officiel » en 1990. En fait, elle rappelle là une règle déjà dictée dans un BO en 2008. Une partie seulement des ouvrages ont joué le jeu jusqu’à maintenant. Car cette réforme qui cible l’accent circonflexe, les noms composés ou les anomalies de notre langue si complexe (nénufar-nénuphar, charriot-chariot, imbécilité-imbécillité…) n’est pas très claire aux yeux de certains professeurs mais aussi du grand public.

Deux orthographes autorisées


Si les nouvelles règles sont recommandées par l’Académie française, les anciennes ne sont pas considérées comme fautives. Deux orthographes sont donc autorisées à cohabiter. Résultat : de nombreux instits en perdent leur latin. Cette réforme pose de nombreuses questions. Faut-il par exemple abandonner l’accent circonflexe de « maître » dans la célèbre poésie « le Cancre » de Jacques Prévert ? Comment corriger la dictée d’un élève qui se démarque en orthographiant les mots « comme papa », adepte des règles d’antan ?



Pour compliquer un peu plus les choses, les manuels dans le secondaire ne seront pas tous revus et corrigés. Ainsi, un « cout » en CM 2 pourra se lire « coût » en 6 e. S’il veut vérifier dans le Petit Robert 2016 l’orthographe du mot « ognon », simplification d’« oignon », l’enfant de cours moyen sera déçu : il n’y apparaît pas. L’orthographe de « nénufar », elle, est mentionnée mais à l’article « nénuphar ». « On applique cette réforme partiellement et non aveuglément. Notre dictionnaire se base sur l’usage », rappelle le lexicographe Edouard Trouillez. « On est dans une sorte d’entre-deux inconfortable pour les enseignants, qui ont peur de troubler leurs élèves. Cette réforme n’a pas du tout été impulsée, on les a laissés se débrouiller seuls », regrette Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp, syndicat majoritaire dans le primaire.

Toucher à l’orthographe, c’est toucher à son enfance...


Des résistances sont inévitables, en particulier chez les anciennes générations. Entre les tenants de la tradition et les réformateurs, le débat promet d’être animé. « Ce qui rend le sujet conflictuel, c’est sa dimension passionnelle. Toucher à l’orthographe, c’est toucher à son enfance, ça éveille la douleur, l’effort, les victoires pour acquérir les règles et en triompher. Les accents circonflexes étaient une sorte de trophée. Les enseignants veulent transmettre cette joie d’apprendre », décrypte Pierre Favre, directeur d’école dans l’Ain et président du Syndicat national des écoles (SNE), qui veut croire que « la sagesse l’emportera ». Delphine Guichard, institutrice dans le Loiret, s’est mise à la page avant même les manuels scolaires. « C’est la vie d’une langue que d’évoluer, ça ne la défigure pas », assure-t-elle. Et de rappeler, histoire de dédramatiser, que ce n’est pas tous les jours qu’un petit écolier, même premier de sa classe, emploie dans sa rédaction « nénufar » ou « ognon ».

Attention - L'accent circonflexe « ^ » n'est pas enterré


Depuis hier, sur le site eBay, un drôle d’internaute met aux enchères la touche de son clavier d’ordinateur qui fait l’accent circonflexe. Prix de départ : 0,99 € ! Sur Twitter, le hashtag #jesuiscirconflexe est devenu très populaire, surtout chez les twittos prénommés Jérôme qui craignent de perdre leur identité. Aucun danger pourtant.

L’accent circonflexe demeure sur le « a » et « o ». Et rien n’interdit aux inconditionnels de cet accent de le maintenir sur le « i » et le « u » car l’ancienne orthographe reste admise par l’Académie française. A long terme, le lexicographe Edouard Trouillez pense tout de même que « l’accent circonflexe qui n’a pas d’utilité sémantique va sortir de l’usage ». Par le passé, ce petit signe avait lui-même remplacé un « s ». Au XVII e siècle, la graphie « forêt » a ainsi pris le dessus sur « forest ». De même, on écrivait autrefois « traisner » et non « traîner ».

L'accent circonflexe demeure la règle pour les mots ambiguë ou à double signification : on continuera de distinguer crû (du verbe croître) et cru (de verbe croire), mûr (adjectif) et mur (nom), jeûne et jeune, etc.


2 400 mots sont concernés


Représentant 4% de notre lexique. Les 10 mots vont changer à la rentrée :
Oignon : ognon
Nénuphar : nénufar
S’entraîner : s’entraine
Maîtresse : maitresse
Coût : cout
Paraître : paraitre
Week-end : weekend
Mille-pattes : millepattes
Porte-monnaie : portemonnaie
Des après-midi : des après-midis

Vincent Mongaillard

Consultez aussi :

=> L'orthographe, mieux vaut en rire !
=> Le top 10 des fautes de français

Retour au dossier Formations
Formations : Réforme de l'orthographe : l'accent circonflexe ne disparaît pas !
Imprimer

Formations : consultez aussi...

Alternance. Le témoignage de 2 apprenties, leur retour d'expérience

Alternance. Le témoignage de 2 apprenties, leur retour d'expérience

S’immerger dans la réalité professionnelle tout en accumulant les connaissances. Une alchimie idéale. Rencontre avec deux apprenties.

Alternance. Le tandem gagnant tuteur-alternant

Alternance. Le tandem gagnant tuteur-alternant

Au cœur du succès de l’apprentissage, il y a l’accompagnement. Technique, oui, mais aussi humain. Récit d’une immersion réussie chez EDF.

Alternance. Une première étape de recrutement pour les entreprises

Alternance. Une première étape de recrutement pour les entreprises

Pour les employeurs, l’apprentissage est un moyen de sourcer les bons profils le plus tôt possible. Avec l’idée de les embaucher.

Alternance. Comment les écoles peuvent vous aider à trouver

Alternance. Comment les écoles peuvent vous aider à trouver

Avec l’essor de l’alternance, le placement des étudiants est devenu un enjeu stratégique. Les formations sont à pied d’œuvre.

A chaque passion, son BTS Audiovisuel : choisissez le vôtre !

A chaque passion, son BTS Audiovisuel : choisissez le vôtre !

On n’y pense pas forcément mais pour devenir un pro du cinéma, du son ou de l’audiovisuel, on peut choisir de préparer un BTS Métiers de l'Audiovisuel. Article proposé par l'école EMC

Alternance. Ces secteurs et entreprises qui recrutent encore

Alternance. Ces secteurs et entreprises qui recrutent encore

Les places sont de plus en plus chères. Après la crise sanitaire du Coronavirus, cette année encore plus, il faudra bien cibler les entreprises à qui envoyer votre candidature sera la clé.

Ecoles à la Une

Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France
Présentation de l'école "Sup de Vente, l'école supérieure de vente de la...
CY Tech
CY SUP assure l’articulation des premiers cycles du territoire avec les...
Euridis Business School - Paris Lyon Toulouse Aix-Marseille et Nantes
Euridis Business School est la grande école de commerce spécialisée dans la...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.