En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

Université : les filières sélectives, une alternative aux prépas

Le top des formations universitaires... sélectives et qui rivalisent avec les grandes écoles.

Double cursus, licences bi-disciplinaires, partenariats avec des établissements étrangers… L’université multiplie les formations d’excellence pour attirer les meilleurs étudiants et rivaliser avec les grandes écoles.

Étudier deux disciplines à la fois et obtenir deux diplômes en trois ans, c’est possible ! C’est ce qu’on appelle le double cursus et c’est le choix de Bérénice, en dernière année de licence droit-économie et gestion à Paris 2 : « Faire du droit des affaires sans avoir une vision économique de l’entreprise me paraissait impensable », déclare-t-elle. Edward, quant à lui, a opté pour une licence en droit franco-anglais. Il a fait ses deux premières années à Londres, puis les deux suivantes à la Sorbonne à Paris. Aujourd’hui, il a une licence et un master en Droit de l’université Paris 1 et un Bachelor of Laws de King’s College à l’université de Londres.

À la différence du double cursus qui permet de valider deux diplômes complémentaires en même temps, la licence bi-disciplinaire ne prépare qu’à un seul diplôme. Seules les matières les plus importantes de chaque domaine d’enseignement sont étudiées. C’est le cas du cursus bi-disciplinaire “sciences et chinois”, proposé par l’UPMC-Université Pierre et Marie Curie qui dote, tout en menant à la licence “Sciences et technologie”, les étudiants d’une solide formation en chinois.

Parcours renforcés


Très sélectives également sont les formations au “parcours renforcé”. Le Collège de Droit de l’université Panthéon-Assas, à Paris, en fait partie. Chaque année, 120 élèves très motivés bénéficient, en plus des cours de droit, d’enseignements en économie, en philosophie ou en sociologie avec une année d’enseignement ou de stage à l’étranger. Ils décrochent leur licence en trois années. Toutes ces filières, très appréciées des recruteurs, sont également très prisées des bacheliers.

Priorité aux mentions “Très bien”


La sélection est drastique. Elles recrutent, hors APB, des candidats triés sur le volet, dotés d’une grande capacité de travail. Priorité, donc, aux mentions “Très bien” ! La cible : des bosseurs qui ne sont pas attirés par les prépas. « Nous ne sommes pas tout à fait en concurrence avec les grandes écoles, tient à préciser Bertrand Crettez, professeur de Sciences économiques de la licence Droit-Économie et gestion de Paris 2. Nos étudiants ont le même niveau de compétences, mais recherchent un cadre différent : chez nous, il n’y a pas de professeur principal ni de colles ».

Focus

Les facs mettent l’accent sur le projet des étudiants



Test de niveau à l’entrée de 1re année, tutorat par un étudiant senior, accompagnement individualisé… L’Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne (UPEC) fait de la réussite en licence une de ses priorités. L’objectif de ce programme : « Faire prendre conscience aux étudiants qu’ils sont en formation pour se construire et que nous les accompagnons tout au long de leur parcours », explique Yann Bassaglia, vice-président de la commission formation et vie universitaire. Le projet personnel et professionnel (PPP) est devenu le maître mot. À l’Université d’Orléans, le PPP fait même l’objet d’un enseignement obligatoire. Une réflexion qui, parfois, mène à des réorientations. « Si besoin nous téléphonons à des établissements que nous connaissons pour voir s’il leur reste des places », souligne François Germinet, président de l’université de Cergy-Pontoise. Les enjeux : concilier la mission de service public des universités en donnant sa chance à tous et être compétitifs vis-à-vis des universités étrangères qui, elles, sont sélectives dès la 1re année.



Le Parisien Etudiant spécial APB 2017 :


> Comment réussir son inscription sur APB ? : Nos 5 conseils...
> Les formations qui recrutent hors APB
> Étudier à l’étranger ça se prépare / Témoignage de Violette
> Les raisons d’intégrer une école post-bac
> 3 conseils pour réussir sa rentrée en classe prépa
> Université : les filières sélectives, une alternative aux prépas
> Bons plans culture, ciné, musique, événements avec la FFBDE
> Interview du chanteur Vianney : son parcours d'études
> BTS/DUT : au plus près des besoins des entreprises



Nathalie Tran


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
21.02.2017

Retour au dossier Universités
Universités : Université : les filières sélectives, une alternative aux prépas
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Universités : consultez aussi...

orientation
Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Sélection à l'université. Des prérequis qui fâchent...

Pour mettre fin au tirage au sort à l'entrée de l’université... les prérequis sont ils la bonne solution ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Débat. Faut-il instaurer une sélection à la fac ?

Voix Express du Parisien : à votre avis, faut-il instaurer une sélection à l'entrée à l'université ? 5 avis / témoignage... propos recueillis par Margaux Dussaud.

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
EISTI - Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information
L’EISTI est une école d’Ingénieurs en Informatique et en Mathématiques...
IPAG Business School
Située dans l'un des plus beaux quartiers de l'une des plus belles villes du...
EMC - Ecole supérieure des métiers de l'image, du son et du multimédia
Visez l’expérience, Vivez l’alternance. Créée en 1989 par Jean-Paul...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.