En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > Universités

Universités : au secours, les amphis craquent

Les photos d'amphis bondés pullulent sur le web, une manifestation est prévue ce vendredi pour dénoncer le manque de moyens.

orientation universites Universités : au secours, les amphis craquent Les photos d'amphis bondés pullulent sur le web, une manifestation est prévue ce vendredi pour dénoncer le manque de moyens. fac, facs, amphis, amphis bondés, amphithéâtre, université, #masalledecoursvacraquer, orientation,

Depuis un mois, des photos d'universités surpeuplées (ci-dessus Bordeaux) alimentent la Toile.

Consultez aussi :

« Soixante-cinq mille étudiants de plus (nombre d’inscriptions supplémentaires, redoublements ou doubles inscriptions compris), c’est l’équivalent de trois universités », avait calculé Thierry Mandon, le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur, lors de la rentrée. Difficile de pousser les murs : il a donc bien fallu accueillir tant bien que mal, parfois très mal, tout ce monde, soit 2,5 millions d’étudiants au total, dans les facs existantes.

Ce surpeuplement, les étudiants en colère se sont fait un devoir de le mettre en image. Depuis un mois, les photos d’amphis surchargés alimentent en flux continu le Tumblr #MaSalleDeCoursVaCraquer, lancé par l’Unef, le premier syndicat étudiant qui appelle à manifester vendredi. Toutes se ressemblent : les étudiants sont au coude-à-coude dans les rangées, parfois sans chaise, les derniers arrivés se casent sous les premières tables, leur ordi sur les genoux, ou sont relégués sur les dernières marches des salles. Les clichés ont été pris aussi bien à Paris (Assas ou Descartes) qu’en banlieue (Créteil ou Evry) ou en province (Bordeaux, Nantes, Lyon, Montpellier, Aix-Marseille…). Même les facs des villes moyennes, comme Caen, sont représentées. C’est en première année de médecine, en droit, en psycho et Staps (sport) que ça coince vraiment, ces quatre filières concentrant le plus d’inscriptions.

>> Rentrée 2015 : les syndicats étudiants dénoncent les conditions d'études dégradées

Une tendance démographique qui ne va pas s'arranger


Le phénomène n’est pas nouveau : il y a eu cette année une augmentation de 1,5 % des nouveaux arrivants, mais cela fait trois ans que la démographie en fac est galopante. Résultat, « les universités sont au bout du rouleau », confiait en septembre Jean-Loup Salzmann, le président de la Conférence des présidents d’université (CPU). Et ça ne va pas s’arranger puisque les babyboomeurs des années 2000 ne vont pas tarder à prendre à leur tour le chemin de facs qui séduisent de plus en plus.



Pour Thierry Mandon (secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur) : c'est un défi à relever


« C’est un défi très fort », mesure Thierry Mandon, qui dit se réjouir de cette explosion démographique. Pour y faire face, il espérait un budget stable, il sera finalement de 23,25 Mds€, en très très légère hausse avec 165 M€ de dotations en plus pour les universités et la création de mille postes. Une goutte d’eau pour l’Unef qui réclame « 500 M€ dans l’immédiat, pour seulement faire face à l’afflux d’étudiants », et beaucoup plus pour atteindre l’objectif des 60 % d’une génération diplômée de l’enseignement supérieur (contre 42 % actuellement) que François Hollande appelle de ses vœux.

Pour y parvenir, encore faut-il savoir garder les inscrits les moins motivés. Ce ne sont pas les amphis bondés qui les retiendront. Selon une étude du ministère, le parcours des étudiants en premier cycle est en effet ponctué de réorientations et de redoublements qui viennent gonfler les bancs des facs. Seul un jeune sur deux passe directement en 2 e année de licence, alors qu’un sur quatre redouble et un sur quatre se réoriente ou abandonne ses études supérieures. Le ministère estime que « le cœur de la réponse, c’est l’orientation. Un travail est mené actuellement pour l’améliorer, pour que les bacheliers connaissent mieux les filières, leur taux d’insertion et de réussite. Et que l’on ne se dirige pas par défaut vers une licence alors qu’il y a des places dans un BTS qui correspond mieux à son profil. »

Les étudiants dans la rue à Paris vendredi 16 octobre à 14h


L’Unef, premier syndicat étudiant, et l’UNL, syndicat étudiant, appellent à manifester vendredi après-midi à Paris à 14h de Jussieu à République, notamment pour obtenir plus de moyens dans l’enseignement supérieur. « Notre génération refuse, qu’au nom de l’austérité, il faille accepter des conditions d’études plus dégradées », assène le président de l’Unef, William Martinet. De nombreuses autres organisations de jeunesse comme la Fidl, Solidaires-Etudiant-e-s, Jeunes Socialistes, Jeunes Ecologistes, Parti de gauche manifesteront également.


Véronique Maribon-Ferret

Consultez aussi :

=> 65000 étudiants en plus à absorber cette année : les chiffres clés de la rentrée 2015/2016
=> Rentrée 2015 : les syndicats étudiants dénoncent les conditions d'études dégradées
=> Des universités françaises bientôt rachetées par des chinois ?


Réagir sur le Forum Universités

LE PARISIEN
16.10.2015

Retour au dossier Universités
Universités : Universités : au secours, les amphis craquent
Imprimer

Universités : consultez aussi...

orientation
Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Examen du concours de médecine : incidents à répétition sur les sujets

Les couacs à répétition ne concernent pas que le bac. Près de 9 000 étudiants en 6 e année de médecine ont été contraints de repasser, hier, deux épreuves d’internat initialement programmées lundi et mercredi.

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

APB - La ministre Frédérique Vidal veut mettre fin au tirage au sort à la fac

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a accordé sa première interview au Parisien. L’ancienne présidente de l’université de Nice compte mettre fin dès 2018 à la procédure très décriée de tirage au sort.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Pourquoi les facs françaises sont saturées

Pourquoi les facs françaises sont saturées

C'est la hantise de ceux qui passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat ce jeudi : tous n'auront pas de place dans la fac de leur choix.

APB. Tirage au sort en médecine : plus de 800 étudiants en liste d'attente

APB. Tirage au sort en médecine : plus de 800 étudiants en liste d'attente

857 jeunes remplissant toutes les conditions pour entrer en licence de santé ont pourtant été retoqués, après tirage au sort. Face au tollé, le ministère a promis hier de leur trouver une solution

Soigner son orthographe fait aussi progresser en maths

Soigner son orthographe fait aussi progresser en maths

Une étude montre que l'entraînement à la grammaire et à la syntaxe aide à réduire l'échec universitaire.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...
EMC - Ecole supérieure des métiers de l'image, du son et du multimédia
Visez l’expérience, Vivez l’alternance. Créée en 1989 par Jean-Paul...
ENGDE - Ecole supérieure de gestion et expertise comptable
Etablissement d'enseignement supérieur privé spécialisé depuis 1965 dans...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.