En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Orientation > écoles

Welcome Refugees. A Sciences-po, les réfugiés ont une deuxième chance

Agés de 20 à 40 ans, une vingtaine de réfugiés ont rejoint le programme « Welcome Refugees » proposé par la prestigieuse école.

orientation ecoles Welcome Refugees. A Sciences-po, les réfugiés ont une deuxième chance Agés de 20 à 40 ans, une vingtaine de réfugiés ont rejoint le programme « Welcome Refugees » proposé par la prestigieuse école. refugiés, etudiants, sciences po, ecole welcome

Sciences-po, rue de l’Université (VIIe), hier matin. Omar Ibrahim, Syrien de 38 ans, a été sélectionné pour faire partie de la deuxième promotion d’étudiants réfugiés.

Consultez aussi :

Des croissants, du café, des cours et de la solidarité… Hier, la prestigieuse école Sciences-po a ouvert les bras à sa deuxième promotion d’étudiants réfugiés du programme « Welcome Refugees ».

Syriens, Afghans, Bangladais, Kenyans et Irakiens, ils sont une vingtaine, âgés de 20 à 40 ans, réunis autour d’un petit-déjeuner de bienvenue dans la salle intitulée « Corporate de Sciences-po carrières », au 13, rue de l’Université (VII e), à quelques centaines de mètres de Saint-Germain-des-Prés. Entre les petits groupes, dans les conversations, c’est l’anglais qui domine comme langue. Le français viendra au fil du temps. C’est le 3 octobre que les cours, à raison de 20 heures par semaine, reprendront officiellement.

Possibilité d’intégrer un parcours classique



Autour d’eux, pour les soutenir, certains des vingt anciens étudiants de la promotion 2015-2016, comme eux réfugiés et demandeurs d’asile, mais aussi des étudiants des cycles « classiques » et des représentants de la direction des études et de la scolarité, dont Frédéric Mion, son directeur. « Sciences-po est une école ouverte sur le monde qui s’engage pour faire face aux grands enjeux contemporains », lance-t-il en guise de message de bienvenue et pour expliquer cette démarche citoyenne.

« Les gens sont sympas ici »
, commentent, souriantes, Alaa, 21 ans, et sa sœur Lobna. Les deux jeunes syriennes, voilées, sélectionnées sur dossier et après entretien, sont « venues étudier à Paris car ce n’était plus possible en Syrie. Et de plus, notre sœur habite déjà là. » Alaa était en pharmacie en Jordanie. Sa sœur avait opté pour la traduction anglaise à Damas. Un nouveau cursus les attend donc.

Dans la « cuvée » 2016-2017, certains ont déjà un métier, graphiste, dentiste, ingénieur. Des « buddy » — coach et mentor — aideront ces nouveaux dans leur scolarité tout au long de l’année. Au programme, des cours de français et d’anglais, ainsi que des cours de repères culturels, dispensés par des professeurs de Sciences-po de manière bénévole.

« C’est un cursus à part, précise la porte-parole de Sciences-po. Mais il permet néanmoins, en cas de bon niveau, d’envisager une poursuite vers la filière classique. » La dernière promo peut en attester. Si, sur la vingtaine d’étudiants à avoir intégré le premier programme « Welcome Refugees », certains ont décroché en cours de route, « il en restait quinze assidus », précise l’école. Et sur ces quinze, sept ont intégré un parcours classique. L’un d’eux a même été admis en anthropologie à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

« Je veux retourner en Syrie dès que possible »


Il est venu pour « améliorer » son français à Sciences-po, « a fancy university ( NDLR : une université chic) ». Mais Omar Ibrahim, 38 ans, veut repartir en Syrie « dès que possible », après la formation « Welcome Refugees », « parce que j’ai laissé ma famille là-bas, mon fils de 5 ans »…
C’est un ami qui a parlé à Omar de Sciences-po. « Alors, j’ai postulé !, déclare le souriant trentenaire, arrivé en France en 2014. Je veux utiliser cette formation en trouvant un lien avec la situation de mon pays. » Ces quatre dernières années, Omar a travaillé dans des associations humanitaires, dont l’ONG « Premières urgences internationales » à Beyrouth (Liban). En attendant, il savoure Paris, « même si c’est un peu cinglé au niveau rythme ».


Céline Carez


Réagir sur le Forum Ecoles

Le Parisien
21.09.2016

Retour au dossier écoles
écoles : Welcome Refugees. A Sciences-po, les réfugiés ont une deuxième chance : Imprimer
Derniers articles "écoles"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

écoles : consultez aussi...

orientation
Inscriptions post bac : les formations qui recrutent hors APB

Inscriptions post bac : les formations qui recrutent hors APB

Bon nombre de formations ne sont pas présentes sur le portail : voici la liste des filières et écoles concernées que vous pouvez contacter directement pour vous inscrire sans passer par APB.

Ecole post-bac : les raisons d’intégrer une formation sans passer par une prépa

Ecole post-bac : les raisons d’intégrer une formation sans passer par une prépa

Les écoles sans prépa présentent beaucoup d’avantages pour les élèves qui veulent éviter deux ans de dur labeur en classes préparatoires. Tour d’horizon de ces établissements qui ont acquis leurs lettres de noblesse

Classe prépa : 3 conseils pour optimiser sa rentrée

Classe prépa : 3 conseils pour optimiser sa rentrée

Entretien avec Alain Joyeux - Président de l’APHEC (Association des professeurs des classes préparatoires économiques et commerciales)

Concours d'écoles : dernière ligne droite pendant les vacances

Concours d'écoles : dernière ligne droite pendant les vacances

Les vacances, quelles vacances ? Lycéens ou étudiants, ils sont des milliers à préparer les concours pendant les congés de février. Pendant les vacances les stages pour préparer les concours d’entrée aux grands écoles ne désemplissent pas.

« Get a job » La Tony Parker Academy est née pour allier le sport et l'emploi

« Get a job » La Tony Parker Academy est née pour allier le sport et l'emploi

La Tony Parker Academy proposera sa première rentrée en septembre 2018 à Lyon pour former des sportifs mais pas que !...

Ces étudiants jardinent comme… s’ils étaient sur Mars !

Ces étudiants jardinent comme… s’ils étaient sur Mars !

Faire pousser une plante verte sur la planète rouge. Voilà l’un des défis lancé aux six étudiants et au jeune ingénieur français de l'ISAE-Supaéro, en « mission » dans le désert de l’Utah, aux Etats-Unis.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ISCOM
Créé en 1986 à Paris, l’ISCOM, institut supérieur de communication et...
ESRA - Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle
Le groupe ESRA est une école de cinéma (Paris, Rennes, Nice) proposant des...
ESO - Ecole Supérieure d'Ostéopathie
L'Ecole Supérieure d'Ostéopathie (ESO Supostéo) est l'école d'ostéopathie...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.