En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. En savoir plus

Accueil > Orientation > Métiers > Armée, sécurité > Linguiste d'écoute

Rechercher un métier

Mots clefs

Secteur

Matière

Fiche Métier : Linguiste d'écoute

Spécialiste des langues et des télécommunications, le linguiste d’écoute est un militaire qui travaille au renseignement des armées. Il intercepte, analyse et traduit les informations transmises par radio dans différentes langues.
Comment devenir Linguiste d'écoute ? Retrouvez ici les missions, formation nécessaire, rémunération de cette profession.

Mission du métier : Linguiste d'écoute

Le linguiste d’écoute ou linguiste d’armée est un militaire dont la mission principale est d’intercepter et de traduire les communications radio importantes pour l’armée de terre ou de l’air. Acteur du renseignement militaire, le linguiste d’écoute est un spécialiste des télécommunications qui maîtrise parfaitement au moins une langue rare (arabe, mandarin ou russe, par exemple). Au quotidien, le linguiste d’armée :

- détecte et analyse des signaux électromagnétiques ou acoustiques ;
- intercepte et enregistre les communications radio d’intérêt pour l’armée ;
- contrôle et traduit ces communications ;
- en relation avec des analystes, trie les informations recueillies et, en fonction de leur importance, en rend compte à son état-major ;
- s’assure du bon fonctionnement et de l’entretien des équipements radio ;
- maintient ses connaissances en langue.
En centre d’écoute fixe ou aéroporté, le linguiste d’écoute est amené à partir régulièrement en mission en France ou à l’étranger. Sous-officier de l’armée de l’air, il est également amené à participer à l’encadrement d’une section et s’assure du bon fonctionnement, de l’entretien et de la maintenance des équipements techniques avec lesquels il travaille.

Fiche Métier : comment devenir Linguiste d'écoute
Analyser des échanges radio en langue étrangère - crédit photo : Armée de terre

Synonymes du Métier

  • Intercepteur-traducteur
  • linguiste des armées
  • Linguiste de l'armée de terre

Devenir Linguiste d'écoute : Qualités requises

Une grande facilité avec les langues et la maîtrise parfaite d’une langue rare, l’arabe en particulier, sont les premières qualités requises de la part d’un linguiste d’écoute. Formé aux techniques de l’interprétariat, il sait traduire rapidement un message. Familier avec toutes les techniques de télécommunication, le linguiste d’écoute fait preuve d’une grande aisance dans le maniement des équipements radio et des systèmes de recueil d’informations issues du renseignement militaire. Il est doté d’une grande capacité de concentration et, afin d’exploiter au mieux les flux d’informations qui lui sont soumis, d'excellentes capacités d’analyse. Il sait identifier les informations clés et, avec une grande réactivité, sait les faire remonter à son commandement. Comme tous les militaires, une parfaite forme physique est essentielle et le linguiste d’armée sait l’entretenir. Une grande disponibilité est par ailleurs requise : des astreintes les week-ends, les nuits et les jours fériés, ainsi que de nombreux déplacements en France et à l’étranger sont à prévoir.

Linguiste d'écoute : carrière / possibilité d’évolution :

Membre de l’armée de terre ou de l’air, le linguiste d’écoute appartient au corps des sous-officiers, un corps dont l’accès est limité. Ainsi faut-il remplir certains critères pour y rentrer :

- être de nationalité française ;
- être au minimum titulaire d'un baccalauréat (général, technique ou technologique) ;
- être âgé de moins de 30 ans lors de la signature du contrat.

La profession de linguiste d’écoute n’est pas facile d’accès : outre qu’il faut avoir une bonne maîtrise des langues, l’admission au sein de l’armée est soumise à de nombreux tests, physiques et médicaux en particulier. Une fois admis, le candidat signe un contrat initial d’engagement de 5 ans (armée de terre) ou de 6 ans (armée de l’air). À la fin de cette période, plusieurs options sont offertes au linguiste d’écoute :

- en tant que militaire : il peut d’abord être amené à signer un second contrat de 5 ou 6 ans comme sous-officier. Si ses performances sont satisfaisantes, il peut envisager de devenir, par promotion interne, sous-officier de carrière avec un statut équivalent à celui d'un fonctionnaire. Il peut également accéder au corps des officiers, qui offre de plus grandes responsabilités et une meilleure rémunération. Cette évolution s’effectue soit par concours interne, 2 ou 3 ans après son admission, soit par ancienneté après 15 ans de carrière ;
- en tant que linguiste : bénéficiant d’une formation continue assurée par l’armée, le linguiste d’écoute peut évoluer vers un poste de traducteur dans l’armée ou dans d’autres services de l’État.

Enfin, après 5 ans d’ancienneté, le linguiste d’armée qui souhaiterait quitter la fonction militaire peut envisager, grâce aux services de l’agence Défense Mobilité, de se reconvertir dans le privé.

Salaire brut mensuel d'un débutant :

1450 €

Devenir Linguiste d'écoute : formation nécessaire

Comme pour toutes les professions militaires, le candidat au poste de linguiste d’écoute doit d’abord se présenter au Centre d’information de recrutement des forces armées (CIRFA). Après avoir déposé un dossier de candidature, l’entrée en formation est soumise à plusieurs tests et entretiens effectués dans un Centre de sélection et d’orientation (CSO) :

- des épreuves physiques et sportives ;
- un examen médical d’aptitude ;
- des tests psychotechniques ;
- des entretiens de motivation.

Une fois les tests réussis, la formation s’effectue ensuite en deux phases :

- la formation militaire : celle-ci se déroule pendant huit mois à l’École nationale des sous-officiers d’active (ENSOA), à Saint-Maixent. Le programme s’organise autour de cinq enseignements : les missions opérationnelles, la formation académique, le comportement militaire, l’entraînement physique et, pour finir, le management d’une unité militaire. À l’issue de cette formation, le candidat devient sous-officier avec le grade de sergent ;
- la formation spécialisée de linguiste d’écoute : celle-ci se déroule au Centre de formation interarmées au renseignement de Strasbourg (CFIAR) et dure entre deux et trois ans.

Situation du métier / contexte pour devenir Linguiste d'écoute

L’emploi militaire ne connaît pas la crise : en effet, la menace terroriste ou la multiplication des interventions militaires de la France à l’étranger dynamise le recrutement des armées, avec près de 20 000 postes à pourvoir chaque année. Bien que la sélection puisse être rude à l’entrée, et les contrats parfois précaires, l’armée offre de nombreuses opportunités aux jeunes. Qu’ils soient diplômés ou non, elle leur permet de s’insérer dans la vie active, voire, pour les plus motivés, de faire carrière par le biais de la promotion ou des concours internes.

Voir aussi : Linguiste, Officier de renseignement.


Secteurs associés au métier : Armée, sécurité,
Matières associées au métier : Français / Littérature, Langues vivantes,


Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ESRA - Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle
Le groupe ESRA est une école de cinéma (Paris, Rennes, Nice) proposant des...
IPI - Lyon - Ecole d'informatique
IPI Lyon vous accueille au sein du CAMPUS HEP Lyon – René Cassin, situé à...
EISTI - Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information
L’EISTI est une école d’Ingénieurs en Informatique et en Mathématiques...