En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. En savoir plus

Accueil > Orientation > Métiers > Armée, sécurité > Officier de police judiciaire (gendarme)

Rechercher un métier

Mots clefs

Secteur

Matière

Fiche Métier : Officier de police judiciaire (gendarme)

L’officier de police judiciaire, homme ou femme, est chargé d’enquêter sur les délits et les crimes, et de rassembler les preuves qui permettront de mener leurs auteurs au tribunal, le tout sous la supervision des juges. Parce qu’il(elle) exerce au sein de la gendarmerie nationale, l’OPJ est aussi un militaire.
Comment devenir Officier de police judiciaire (gendarme) ? Retrouvez ici les missions, formation nécessaire, rémunération de cette profession.

Mission du métier : Officier de police judiciaire (gendarme)

L'officier de police judiciaire de gendarmerie, ou officière, doit s'attendre à des missions riches et variées avec, pour décor, le monde des infractions et des crimes. Le quotidien de l’OPJ est constitué de vols, d’agressions, de trafics en tous genres, de mises en danger d’autrui et de meurtres. En effet, l’officier/officière de police judiciaire de gendarmerie cumule les attributions suivantes :
• recevoir les dénonciations et les plaintes lorsque des crimes et délits ont été commis ;
• constater ces crimes et ces délits (quand ils ne font pas l’objet d’une plainte ou d’une dénonciation), par exemple lors des patrouilles ;
• contrôler l’identité des personnes qui évoluent sur la voie publique, en cas de doute sur leur dangerosité ;
• mener l’enquête et collecter les indices pour retrouver les coupables, que ce soit d’office (suite à un relevé d’infraction) ou à la demande du procureur de la République ;
• réaliser les perquisitions et les saisies chez les suspects ;
• mener des interrogatoires lors de gardes à vue ;
• participer à la lutte contre le travail illégal, le trafic de biens spécifiques (œuvres d’art), les atteintes à la santé publique ou à l’environnement – s'il travaille dans une unité centrale de la gendarmerie.
Les attributions exactes de l’officier/officière de police judiciaire de gendarmerie sont ensuite fonction de l’unité dans laquelle il/elle exerce ses talents.

Fiche Métier : comment devenir Officier de police judiciaire (gendarme)
L'OPJ fait les constatations. Elle conclut ici qu'il s'agit d'un suicide, il n'y a pas lieu de faire venir un médecin légiste - Crédit Photo : LP

Synonymes du Métier

  • Officier/officière de police judiciaire de gendarmerie
  • officier/officière de gendarmerie
  • gendarme enquêteur/enquêtrice
  • inspecteur/inspectrice de police
  • militaire OPJ
  • officier/officière de police judiciaire
  • gendarme en unité de recherche

Devenir Officier de police judiciaire (gendarme) : Qualités requises

Vous rêvez d’aller sur le terrain, de collecter des indices, de mener l’enquête pour démasquer les criminels ? Commencez par prendre conscience du fait que le bon exercice du métier d’officier/officière de police judiciaire de gendarmerie suppose de travailler en équipe. C’est la cohésion du groupe que vous dirigez qui vous permettra de faire aboutir vos investigations. Vous aurez besoin de rigueur et de précision, de patience et de sang-froid, ainsi que d’une bonne résistance à la pression et d’une réactivité sans faille pour pouvoir agir dans les situations d’urgence. Sur les scènes de crimes comme dans la salle d’interrogatoire, un esprit de déduction bien affûté et un brin de psychologie seront des atouts précieux – sans avoir besoin pour cela de ressembler à Sherlock Holmes ! Enfin, l’officier/officière de police judiciaire de gendarmerie doit réunir deux critères : posséder le permis B (vous aurez besoin de vous déplacer très régulièrement), ainsi qu'un casier judiciaire entièrement vierge.

Officier de police judiciaire (gendarme) : carrière / possibilité d’évolution :

La qualité d’officier de police judiciaire est une étape dans une carrière de gendarme. Tous les gradés de la gendarmerie sont des OPJ qui ont passé le concours ad hoc. À partir de là, vos possibilités d’évolution sont fonction de vos choix de carrière. Un/une officier/officière de police judiciaire de gendarmerie peut souhaiter conserver sa place au sein d’une brigade territoriale et mener ses investigations sous l’autorité du procureur de la République. Mais il est également possible de demander à rejoindre les affaires judiciaires, qui agissent au niveau national. Enfin, vous aurez l’opportunité de monter en grade pour devenir maréchal des logis-chef.

Voir aussi : Gendarme départemental, Administrateur judiciaire, enquêteur privé.

Salaire brut mensuel d'un débutant :

1900 €

Devenir Officier de police judiciaire (gendarme) : formation nécessaire

Pour devenir officier de police judiciaire de gendarmerie, il faut remplir deux conditions préalables : se situer dans la tranche d’âge 18-35 ans, et être déjà en service dans la gendarmerie en tant que sous-officier depuis au moins trois ans. Il vous suffit ensuite de passer l’examen d’OPJ après une formation d’une année au sein de l’EOGN de Melun (l’École des officiers de la gendarmerie nationale), puis d’obtenir l’habilitation obligatoire remise par le procureur général, sans laquelle il vous sera impossible d’exercer comme officier/officière de police judiciaire de gendarmerie. Cette habilitation vous confère un certain nombre de pouvoirs, mais uniquement sur l’étendue d’un territoire donné, local ou national selon vos attributions.

Situation du métier / contexte pour devenir Officier de police judiciaire (gendarme)

Les attributions de l’officier/officière de police judiciaire de gendarmerie dépendent de l’unité dans laquelle il/elle exerce. À ce titre, plusieurs choix sont possibles :
• la brigade de recherche, axée sur la petite délinquance et sur des enquêtes locales ;
• la section de recherche, orientée moyenne ou grande délinquance et crimes de sang (on parle aussi de groupe d’intervention régional) ;
• le groupe d’observation et de surveillance, qui travaille en lien avec la section de recherche, par exemple pour surveiller les agissements d’un suspect ;
• l’unité centrale de la gendarmerie, où les missions sont quelque peu différentes (voir la section "missions" un peu plus haut).
Quelle que soit sa brigade, l’OPJ vit au rythme de ses enquêtes, ce qui veut dire que ses horaires de travail sont dictés par le contexte : en semaine ou le week-end, de jour comme de nuit, jours ouvrés ou fériés, huit ou quinze heures d’affilée… Il doit donc être prêt à s'adapter aux nécessités induites par l'investigation ! Sachez également que le métier est essentiellement masculin, mais que de plus en plus de femmes choisissent de devenir officières de police judiciaire de gendarmerie.


Secteurs associés au métier : Armée, sécurité,
Matières associées au métier : Droit,


Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
ADIP - ADIP
Depuis plus de 30 ans, l’ADIP allie connaissance technique et approche...
Audencia Business School
Audencia Business School : Innovative leaders for a responsible...
ESIS - Ecole Supérieure de l'Image et du Son
L'ESIS, implantée dans le quartier du Canal Saint Martin, dispense des...