En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. En savoir plus

Accueil > Orientation > Métiers > Culture,... > Traducteur Interprète Assermenté

Rechercher un métier

Mots clefs

Secteur

Matière

Fiche Métier : Traducteur Interprète Assermenté

Dans le secteur privé ou public, le traducteur interprète assermenté fait un travail de traducteur interprète classique, mais il appose sur la traduction et sur l’original qu’il a traduit, son cachet, sa signature et un numéro d’ordre unique qui valident officiellement que l’un est bien la traduction certifiée de l’autre. Cette procédure est requise dans de nombreux contextes.
Pour devenir traducteur interprète assermenté, il faut être nommé par une Cour d’Appel. Il n’y a pas de niveau de diplôme requis, tout citoyen français majeur ayant un casier judiciaire vierge peut postuler.

Fiche métier proposée par Maria Elvira Cuadrenys, Traducteur-Interprète Expert près la cour d'Appel. www.gmtrad.fr


Comment devenir Traducteur Interprète Assermenté ? Retrouvez ici les missions, formation nécessaire, rémunération de cette profession.

Mission du métier : Traducteur Interprète Assermenté

Il est avant tout à la disposition de la justice, de la police, des douanes et de la gendarmerie, qui pourront recourir à ses services dans divers contextes requérants traduction ou interprétariat : audiences, garde à vue, interrogatoires, enquêtes, écoutes téléphoniques, traduction de dossiers, …

Il peut également – et c’est le cas pour l’immense majorité – proposer ses services à une clientèle privée pour de multiples situations : permis de conduire, acte de naissance, de décès, de mariage, de divorce, diplômes, K-Bis, statuts de société, documents comptables, testaments, jugements, contrats notariés, sous-seing privés, …

Concrètement, il fait un travail de traducteur interprète classique, mais il appose sur la traduction et sur l’original qu’il a traduit, son cachet, sa signature et un numéro d’ordre unique qui valident officiellement que l’un est bien la traduction certifiée de l’autre. Cette procédure est requise dans de nombreux contextes.

De nombreuses autres professions peuvent être complétées du titre d’expert judiciaire. On peut être médecin expert, architecte expert, etc. Ces professionnels seront consultés en cas de litige ou d’enquête, pour déterminer quelle a été la cause du sinistre, évaluer les dommages… A contrario, le Traducteur Interprète Expert ne fait pas réellement « d’expertise », car il ne rend pas un avis : il établit des traductions certifiées sincères et véritables de l’intégralité des documents qui lui sont soumis.

Fiche Métier : comment devenir Traducteur Interprète Assermenté
Traducteur Interprète Assermenté devant le tribunal de grande instance d'Evry. Crédit : Le Parisien

Synonymes du Métier

  • traducteur interpretre expert

Devenir Traducteur Interprète Assermenté : Qualités requises

Probité et professionnalisme sont bien évidemment indispensables. La disponibilité est également importante. L’organisation de la justice est complexe, quand une audience est fixée et qu’un interprète est nécessaire, elle ne peut pas être facilement déplacée. Quand un prévenu est placé en garde à vue, la police ne dispose que de quelques heures pour l’interroger, on peut avoir besoin d’un interprète au milieu de la nuit. Bien-sûr, un expert peut ne pas être disponible et refuser la mission.

Traducteur Interprète Assermenté : carrière / possibilité d’évolution :

La quasi-totalité des traducteurs-interprètes experts exercent en profession libérale. Ils répondent aux demandent de l’administration et travaillent aussi pour le public. Même si la part dédiée à l’Etat est contraignante (horaires, délais de règlement), elle est clairement rééquilibrée par l’apport de clientèle privée. Nous en voulons pour preuve que les démissions sont très rares.

Consultez aussi :

Traducteur-interprète
interprète en langue des signes

Salaire brut mensuel d'un débutant :

0 €

Devenir Traducteur Interprète Assermenté : formation nécessaire

Il faut être nommé par une Cour d’Appel. Il n’y a pas de niveau de diplôme requis, tout citoyen français majeur ayant un casier judiciaire vierge peut postuler.
Il est évident qu’il faut parler / écrire couramment au moins une langue étrangère, des études supérieures en langue sont donc généralement requises. Mais rien n’est acquis automatiquement et tout est très relatif. La justice ne décerne pas des titres d’expert comme on décerne des décorations, pour récompenser un mérite ou un savoir particulièrement remarquable. Elle le fait exclusivement selon ses besoins.
De l’importance de la langue et de la région. Si vous êtes parisien et bilingue anglais-français, la concurrence sera extrêmement forte, il faudra donc rivaliser de diplômes et de patience pour obtenir le titre d’Expert près la Cour d’Appel. Mais si vous parlez une langue rare, et raisonnablement utile à la justice de la région, peut être serez-vous accepté rapidement, même si vous n’êtes pas « bac + 10 ». Enfin l’expérience professionnelle est également prise en compte.

Situation du métier / contexte pour devenir Traducteur Interprète Assermenté

Pratiquement aucun traducteur interprète expert n’est salarié, il n’existe donc pas d’ordre de grandeur. On peut estimer que les revenus s’étagent comme ceux d’un médecin, où les disparités sont très importantes entre le petit cabinet médical de campagne et la clinique parisienne réputée.

La France, hors DOM-TOM, compte 30 Cours d’Appel. Chacune d’elles effectue annuellement des nominations d’experts selon ses besoins concrets. On doit résider dans la circonscription administrative de la cour d’Appel pour laquelle on postule, mais la nomination une fois obtenue est valable dans toute la France. Au total il y a environ trois mille cinq cents traducteurs interprètes ayant le titre d’expert.

La meilleure stratégie consiste à effectuer une analyse préalable des listes officielles, pour trouver quels sont les Cours d’Appel qui pourraient manquer de traducteurs interprètes dans votre (ou vos) langue(s), ce qui inclue aussi une réflexion sur les populations étrangères présentes. Quelques exemples : la Cour d’Appel de Nice aura probablement plus besoin de traducteurs en italien que celle de Poitiers. Et si vous parlez tzigane, la Haute-Savoie n’est a priori pas le meilleur bassin d’emploi pour vous.

Peut-être aurez-vous la chance d’avoir naturellement la bonne langue au bon endroit, mais sinon l’obtention d’une assermentation vous amènera probablement à déménager. Sachez aussi que les experts en poste sont mis à la retraite d’office à 70 ans. Une petite recherche sur l’âge des experts en place peut vous aider à repérer des disponibilités prochaines. Pour postuler, il suffit de remplir un dossier de candidature disponible sur le site de la Cour d’Appel de votre région.


Secteurs associés au métier : Culture, Artisanat d'art, Droit, justice, Edition, Journalisme,
Matières associées au métier : Droit, Français / Littérature, Langues vivantes,


Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
IGS-RH - Lyon - l'école des Ressources Humaines
IGS RH l’école des Ressources Humaines forme depuis 40 ans des responsables...
ISCPA - Institut des Médias de Paris
Ecole de Journalisme (de Bac à Bac+3), de Communication (de Bac à Bac+5), et...
CAMPUS IGS ALTERNANCE
Depuis plus de 20 ans, le Campus IGS Alternance forme les étudiants par des...