Orientation Métiers Secteurs

Secteur : Construction aéronautique, ferroviaire et navale

Info générale sur le secteur

La construction aéronautique, ferroviaire et navale est l’un des fleurons de l’économie française. Elle est essentiellement représentée par des groupes de renommée internationale tels que Dassault, Airbus, EADS, Thalès, Alstom ou encore les Chantiers de l’Atlantique. Aux côtés de ces géants industriels, de nombreuses PME-PMI sous-traitantes participent activement au dynamisme du secteur. Au total, ce sont plus de 300 000 salariés qui travaillent directement pour cette industrie de pointe et presque autant dans le domaine de la sous-traitance. La construction aéronautique est le principal recruteur avec 160 000 salariés directs et 80 000 indirects. La construction aéronautique, ferroviaire et navale fait appel à toute une chaîne de métiers situés en amont et en aval de ces deux filières centrales que sont la production et l’assemblage. Elle offre ainsi des possibilités de carrière très variées (depuis la conception des prototypes jusqu’au démantèlement des engins) et accessibles à de nombreux profils. Tourné vers l’exportation européenne et internationale, le secteur connaît un marché de l’emploi relativement stable malgré les soubresauts de l’économie. La nécessité permanente de modernisation des parcs aéronautique, ferroviaire et navale lui permet de remplir régulièrement ses carnets de commandes. Et si la signature médiatisée des gros contrats met surtout en avant les géants de la filière, elle profite également à tous leurs sous-traitants assurant ainsi la pérennité de l’emploi.

Johanna Dominici développe un cockpit révolutionnaire - Créidt photo : Le Parisien

Construction aéronautique, ferroviaire et navale : qualités requises

Par la grande diversité des métiers qu’elle propose, la construction aéronautique, ferroviaire et navale est ouverte à de très nombreux profils. Les titulaires de CAP et de bacs professionnels trouvent surtout leur place dans la filière production pour l’assemblage et la fabrication/réparation des pièces en tout genre (hydrauliques, électromécaniques, pneumatiques…). A ce niveau de formation, certaines qualifications sont plus recherchées que d’autres. Le secteur manque principalement de chaudronniers, de soudeurs, de métallurgistes, d’électroniciens ou encore de spécialistes des automatismes industriels. La construction aéronautique, ferroviaire et navale recrute également des diplômés de niveau bac +2 à bac +5 pour ses bureaux d’essais, d’études et dans ses départements R&D. Dans ce domaine, les candidats à très forte qualification issus des écoles d’ingénieurs et des masters industriels ou scientifiques sont parmi les plus recherchés. Les titulaires de BTS, de DUT et de licences pros y trouvent également leur place à des postes de techniciens supérieurs. La construction aéronautique, ferroviaire et navale fonctionnant autour de bassins bien délimités, les candidats devront souvent faire preuve de mobilité pour accéder à l’emploi. Cette qualité est d’autant plus indispensable dans l’aéronautique où la signature de contrats internationaux nécessite souvent d’accompagner la production à l’étranger avec une main-d’œuvre française qualifiée.

Les métiers du secteur Construction aéronautique, ferroviaire et navale

Mots clefs

Secteur

Matière

Construction aéronautique, ferroviaire et navale : L'actu du secteur / Articles liés

Newsletter

L'actu du Parisien Etudiant, examens, bons plans, soirées, orientation... *

Inscription réussie - Merci.


* En complétant votre adresse électronique, vous validez les Conditions Générales d’Utilisation et acceptez que Le Parisien, responsable de traitement, traite vos données pour vous permettre de recevoir les actualités Le Parisien Etudiant. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : Politique de confidentialité.